Guerre en Ukraine : La guerre de Severodonetsk fait toujours rage, la crise du blé s’accélère

Publié le par 20 Minutes avec AFP

RECAP' Ce mercredi 8 juin, comme tous les soirs, « 20 Minutes » fait le point pour vous sur l’avancée du conflit en Ukraine

Un champ de blé à Odessa en Ukraine. — Genya SAVILOV / AFP

Un champ de blé à Odessa en Ukraine. — Genya SAVILOV / AFP

  • La Russie a lancé son « opération militaire » en Ukraine le jeudi 24 février. Tous les soirs, à 19h30, 20 Minutes vous propose son point récap' sur le conflit russo-ukrainien devenu une guerre qui fait chaque jour des morts, des blessés et des milliers de réfugiés.
  • Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Et qui soutient qui et pourquoi ? Vous saurez tout sur l’avancée des négociations et sur les événements de cette crise qui secoue la Russie, l’Ukraine, l’Europe ou encore les Etats-Unis.
  • Ce mercredi 8 juin, la Russie et l’Ukraine sont notamment toujours dans l’impasse sur le sujet des céréales, se rejetant sans cesse la balle concernant la pénurie.

Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

Les combats, intenses, se poursuivent à Severodonetsk. Les Russes affirment avoir « totalement libéré » les zones résidentielles de cette ville stratégique pour le contrôle de l’intégralité du bassin houiller du Donbass, dans l’est de l’Ukraine. « La prise de contrôle de sa zone industrielle et des localités voisines se poursuit », a assuré mardi, dans un rare briefing télévisé, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou.

De leur côté, les forces ukrainiennes devront peut-être fuir la ville, « bombardée 24 heures pour 24 », pour aller vers des positions mieux fortifiées. « Il faudra peut-être se retirer », a déclaré le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï, sur la chaîne 1+1.

La phrase du jour

« Le blocage des ports signifie condamner à mort des millions d’enfants. »

Ce cri d’alarme vient de Luigi Di Maio. Selon le ministre italien des Affaires étrangères, « les prochaines semaines seront cruciales pour débloquer la situation. Nous attendons de la Russie des signaux clairs et concrets, car bloquer les exportations de blé signifie tenir en otage et condamner à mort des millions d’enfants, de femmes et d’hommes ».

Le chiffre du jour

8,5 %. L’OCDE double la prévision d’inflation pour ses pays membres, à 8,5 % pour 2022. La hausse des prix devrait ensuite ralentir en 2023, prévient l’OCDE, qui regroupe 38 pays développés à travers la planète, tout en mettant en garde contre une aggravation de ces perspectives en cas de nouveaux chocs économiques.

La tendance du jour

L’Ukraine refuse de déminer le port d’Odessa pour permettre la reprise de ses exportations de céréales, car elle craint que les forces russes n’en profitent pour attaquer la ville, selon le porte-parole de l’administration de la région d’Odessa, Serguiï Bratchouk. « La flotte russe de la mer Noire fera semblant de se retirer vers la Crimée annexée. Mais dès qu’on déminera les accès au port d’Odessa, elle sera là ». La Russie « voudra attaquer, elle rêve de parachuter des troupes ».

En parallèle, la Russie a minimisé mercredi le rôle de son offensive en Ukraine dans la flambée des cours des céréales, appelant à ne pas « exagérer » l’apport ukrainien dans ce domaine. « Il ne faut pas exagérer l’importance de l’influence sur les marchés internationaux des réserves de céréales » ukrainiennes, a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article