Guerre en Ukraine : les forces russes ont "froidement exécuté" le photojournaliste ukrainien Maks Levin et son accompagnateur, selon RSF

Publié le par franceinfo Radio France

Les corps de Maks Levin et de Oleksiy Chernyshov avaient été retrouvés le 1er avril dernier au nord de Kiev, trois semaines après leur disparition.

Le photographe et documentariste Maks Levin, à Kiev (Ukraine) en octobre 2019. (GENYA SAVILOV / AFP)

Le photographe et documentariste Maks Levin, à Kiev (Ukraine) en octobre 2019. (GENYA SAVILOV / AFP)

Les forces russes ont "froidement exécuté" le photoreporter ukrainien Maks Levin et son accompagnateur Oleksiy Chernyshov, selon Reporters sans frontières (RSF) qui publie un rapport mercredi 22 juin. L'organisation internationale a transmis des éléments de preuve à la justice ukrainienne, qui ont été collectés dans le cadre d'une mission d'enquête de RSF en Ukraine du 24 mai au 3 juin dernier.  

Les corps de Maks Levin et de Oleksiy Chernyshov ont été retrouvés le 1er avril dernier, soit trois semaines après leur disparition. Ils étaient dans une forêt près du village de Gouta Mejyguirska, à quelques dizaines de kilomètres au nord de Kiev.   Reporters sans frontières a collecté "plusieurs dizaines de photos et neuf preuves matérielles, dont trois balles" qui "attestent" qu'ils ont été exécutés et affirme avec moins de certitudes qu'ils "ont probablement été interrogés et torturés par les forces russes le jour de leur disparition, le 13 mars 2022".  

Selon RSF, le corps de Mask Levin a été retrouvé "en position allongée sur le dos" avec "trois impacts de balles visibles, un sur son torse et deux sur sa tête". Le journaliste de 40 ans ne présentait pas de signe de brûlure contrairement à son accompagnateur et ami Oleksiy Chernyshov. Lui était "allongé face contre terre, à proximité de la voiture du côté de la portière ouverte. Il était en grande partie brûlé". Dans son rapport RSF précise que plusieurs éléments laissent penser qu'il a été brûlé vif et que Mask Levin "a probablement été abattu par une voire deux balles tirées à courte distance alors qu’il se trouvait déjà au sol".  

Reporters sans frontières indique que "les auteurs de ces meurtres pourraient appartenir à la 106e division aéroportée de la Garde russe ou à une unité des forces spéciales". L'organisation assure avoir des "preuves matérielles de la présence russe à proximité immédiate de la scène de crime".  

Il documentait les conséquences de l'invasion russe

Ce rapport a été co-écrit par le photoreporter Patrick Chauvel et par Arnaud Froger, le responsable investigation d’RSF. Ce dernier a été entendu le 1er juin dernier, comme témoin par les services de renseignement ukrainiens (SBU) chargés de l’enquête. Maks Levin travaillait notamment pour l'agence de presse Reuters. "Il avait contribué à documenter les conséquences de l’invasion russe en vendant des photos et des images prises avec son drone", explique RSF.  

Le 30 mai dernier, le Français Frédéric Leclerc-Imhoff était le huitième journaliste tué en Ukraine.   

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article