Guerre en Ukraine : Poutine menace les Occidentaux de viser de nouvelles cibles

Publié le par La Tribune par Sylvain Rolland

Dans une interview à paraître dimanche soir en Russie, le président Vladimir Poutine menace de viser de nouvelles cibles si des missiles de longue portée sont fournis à l'Ukraine. Kiev réclame de telles armes depuis des semaines, mais les Etats-Unis n'ont toujours pas accepté, même s'ils s'apprêtent à livrer dans les prochains jours des lance-roquette multiples.

 Le président russe Vladimir Poutine. (Crédits : Reuters)

Le président russe Vladimir Poutine. (Crédits : Reuters)

Coup de bluff ou possible nouvelle escalade du conflit ? Le président russe Vladimir Poutine a lancé des menaces troublantes à l'encontre de l'Ukraine et des pays occidentaux. Dans une interview télévisée à paraître ce dimanche soir sur la chaîne Rossiya-1, mais dont des extraits ont été diffusés par une agence de presse, le chef de l'Etat russe a prévenu que Moscou frapperait de nouvelles cibles si les Occidentaux fournissaient des missiles de longue portée à l'Ukraine.

Autrement dit : Poutine fixe une limite à l'aide occidentale à l'Ukraine aux missiles de longue portée, qui ne sont pour l'instant pas d'actualité. Le président russe juge que les livraisons actuelles d'armes visaient à "prolonger le conflit". Et que si les Occidentaux se mettent à livrer des missiles de longue portée à l'Ukraine, "alors nous tirerons les conclusions appropriées et utiliserons nos armes (...) pour frapper des sites que nous n'avons pas visés jusqu'à présent".

Menaces floues alors que les Etats-Unis s'apprêtent à aider l'Ukraine

Vladimir Poutine n'a toutefois pas défini dans l'extrait porté à la connaissance du public la portée à partir de laquelle Moscou réagirait, ni précisé quelles cibles pourraient être visées. Autrement dit, on ne sait pas encore si le président russe joue ici une tactique de dissuasion en mettant la pression sur les Occidentaux, ou s'il a effectivement des plans pour frapper de nouvelles cibles en Ukraine ou ailleurs.

La France, dont les propos de ce week-end sur la nécessité de ne pas humilier Vladimir Poutine pour préserver les canaux diplomatiques avec la Russie ont provoqué l'ire de l'Ukraine, n'a pas encore réagi.

Ces déclarations interviennent quelques jours après que les Etats-Unis ont annoncé leur décision de livrer à l'Ukraine des lance-roquettes multiples Himars (High Mobility Artillery Rocket System) d'une portée d'environ 80 km.

Les experts militaires soulignent que cette portée est légèrement supérieure à celle des systèmes analogues russes, ce qui permettrait aux forces de Kiev de frapper l'artillerie adverse en restant hors d'atteinte.

Le président américain Joe Biden a cependant déclaré lundi exclure de livrer à l'Ukraine des systèmes de lance-roquettes à longue portée qui pourraient atteindre la Russie, malgré les demandes répétées de Kiev pour obtenir de telles armes.

Vladimir Poutine a estimé qu'il n'y avait pour l'instant "rien de nouveau" dans les armes américaines fournies à Kiev, ajoutant que les forces ukrainiennes disposaient déjà de "systèmes similaires de fabrication soviétique ou russe, comme les Grad, les Smertch ou les Ouragan". La portée des projectiles "ne dépend pas du système lui-même, mais des missiles qui sont utilisés", a poursuivi M. Poutine. "Ce que nous entendons et comprenons aujourd'hui, c'est qu'il s'agit (pour les Himars américains) de missiles d'une portée de 45 à 70 km", a-t-il ajouté.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article