Le diplomate russe Boris Bondarev démissionne après la guerre en Ukraine, affirmant qu’il n’a « jamais eu aussi honte de mon pays » | Nouvelles du monde

Publié le par Les Actualités

Le diplomate russe Boris Bondarev démissionne après la guerre en Ukraine, affirmant qu’il n’a « jamais eu aussi honte de mon pays » | Nouvelles du monde

Un diplomate russe chevronné a démissionné suite à ce qu’il a appelé le « désastre » de l’invasion de l’Ukraine par son pays.

Boris Bondarev, 41 ans, a déclaré qu’il n’avait « jamais eu aussi honte de mon pays » et de la « guerre d’agression » menée par les forces du président Vladimir Poutine.

Il a déclaré que ce que faisait son gouvernement était « intolérable ».

M. Bondarev, qui travaillait pour la mission permanente du pays auprès des Nations Unies à Genève, a ajouté : « En tant que fonctionnaire, je dois assumer une part de responsabilité à cet égard, et je ne veux pas le faire. »

Poutine « a survécu à une tentative d’assassinat » – dernières mises à jour sur la guerre en Ukraine

Il a déclaré: « Je suis allé à la mission comme n’importe quel autre lundi matin et j’ai transmis ma lettre de démission et je suis sorti. »

C’est une rare démission politique face à la guerre, qui a commencé il y a trois mois.

Lorsqu’on lui a demandé si l’un de ses collègues ressentait la même chose, M. Bondarev a déclaré: « Tous les diplomates russes ne sont pas bellicistes. Ils sont raisonnables, mais ils doivent se taire. »

M. Bondarev, qui a travaillé comme conseiller sur le contrôle des armements, a suggéré que d’autres pourraient être dissuadés de se rendre également publics au cas où il serait poursuivi.

« Si mon cas est poursuivi, alors si d’autres personnes veulent suivre, elles ne le feront pas », a-t-il déclaré.

Image: Vladimir Poutine a cherché à réprimer les critiques de sa guerre

Image: Vladimir Poutine a cherché à réprimer les critiques de sa guerre

Le gouvernement de M. Poutine a cherché à réprimer la dissidence à propos de la guerre en Ukraine et comment se déroule ce que le Kremlin appelle « l’opération militaire spéciale ».

M. Bondarev a déclaré que ceux qui ont décidé de lancer la guerre « ne veulent qu’une chose – rester au pouvoir pour toujours, vivre dans des palais pompeux et insipides, naviguer sur des yachts comparables en tonnage et en coût à toute la marine russe, profiter d’un pouvoir illimité et d’une impunité totale ».

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article