Ukraine : 18 morts dans une frappe russe sur un centre commercial, un «crime de guerre» pour le G7

Publié le par Le Figaro avec AFP

Emmanuel Macron a dénoncé une «horreur absolue» et a appelé le peuple russe à «voir la vérité» en face. L'armée russe affirme de son côté que le centre commercial était fermé.

Ukraine : 18 morts dans une frappe russe sur un centre commercial, un «crime de guerre» pour le G7

Un bombardement russe a fait au moins dix-huit morts dans un centre commercial en Ukraine, selon les autorités locales mardi 28 juin, provoquant une vive condamnation des pays du G7 réunis en Allemagne, qui ont dénoncé un «crime de guerre». De son côté, l'armée russe estime avoir frappé un dépôt d'armes, entraînant des explosions qui, selon Moscou, ont mis le feu à un centre commercial désaffecté : «Les détonations des munitions destinées à des armes occidentales ont provoqué l'incendie (...) d'un centre commercial qui ne fonctionnait pas», affirme le Kremlin.

«18 morts... Mes sincères condoléances aux familles et aux proches. Les sauveteurs continuent à travailler», a indiqué mardi matin le chef par intérim de l'administration régionale de Poltava Dmitry Lunin, à propos de ce bombardement à Krementchouk, une cité à 330 km au sud-est de Kiev, et à plus de 200 km du front. Dans la nuit, un précédent bilan des services de secours faisait état de 16 morts et de 59 blessés, dont 25 sont hospitalisés.

C'est «l'un des actes terroristes les plus éhontés de l'histoire européenne», a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Il a frappé «une ville paisible, un centre commercial ordinaire, avec à l'intérieur des femmes, des enfants, des civils ordinaires», a-t-il souligné.

Réactions des dirigeants occidentaux

Une frappe russe a également tué dans la journée huit civils à un point de distribution d'eau dans l'Est, selon Kiev, qui en a appelé au G7 pour mettre fin à la guerre. «Les attaques indiscriminées contre des civils innocents constituent un crime de guerre», ont déclaré dans la soirée les dirigeants du G7 depuis leur sommet dans le sud de l'Allemagne, dans une déclaration qui «condamne solennellement l'attaque abominable» de Krementchouk et assure que Vladimir Poutine devra «rendre des comptes».

Le président français Emmanuel Macron a dénoncé une «horreur absolue» et a appelé le peuple russe à «voir la vérité» en face. Cela «ne fera que renforcer la détermination» des Occidentaux à soutenir l'Ukraine, a lâché le premier ministre britannique Boris Johnson. Selon l'armée de l'air ukrainienne, le centre commercial a été atteint par des missiles antinavires Kh-22 tirés par des bombardiers à long rayon d'action Tu-22, de la région russe de Koursk.

À New York, le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric a rappelé que les belligérants étaient tenus par le droit international de «protéger les civils et les infrastructures civiles», jugeant la nouvelle frappe «totalement déplorable». Une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU sur les derniers bombardements russes contre des cibles civiles en Ukraine est prévue mardi à 19H00 GMT, a-t-on appris auprès de la présidence albanaise de l'instance onusienne.

«Tiré sur une foule»

Quelques heures après l'annonce du bombardement de Krementchouk, les autorités ukrainiennes ont annoncé une autre frappe russe meurtrière contre des civils, à Lyssytchansk, une poche de résistance ukrainienne stratégique dans le bassin du Donbass (Est). Dans cette ville jumelle de celle de Severodonetsk, récemment prise par les Russes, au moins huit civils ukrainiens ont été tués et plus de vingt autres, dont deux enfants, ont été blessés pendant qu'«ils collectaient de l'eau à partir d'une citerne», a annoncé le gouverneur régional de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï. «Les Russes ont tiré sur une foule de gens avec des lance-roquettes multiples Ouragan», a-t-il dénoncé.

Lyssytchansk est la dernière grande ville restant à conquérir pour les Russes dans cette province. «Nos défenseurs tiennent la ligne, mais les Russes réduisent la ville en ruines par l'artillerie, l'aviation... L'infrastructure est complètement détruite», a détaillé Serguiï Gaïdaï. La conquête du Donbass, déjà en partie tenu par des séparatistes prorusses depuis 2014, est l'objectif prioritaire des Russes depuis qu'ils ont évacué les environs de Kiev fin mars. De nouvelles frappes russes sur la grande ville de Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, ont par ailleurs fait lundi soir cinq morts et 22 blessés dont cinq enfants, ont affirmé les autorités locales.

Dans une allocution par visioconférence, avant l'annonce des attaques de Krementchouk et de Lyssytchansk, Volodymyr Zelensky a signifié aux dirigeants du G7 rassemblés au château d'Elmau, dans les Alpes bavaroises, que ce n'était «pas le moment de la négociation» avec Moscou et a insisté sur la «nécessité d'un soutien plein, entier, très opérationnel à l'Ukraine», selon des propos rapportés par la présidence française.

Les sept puissances industrielles (Allemagne, États-Unis, France, Canada, Italie, Japon, Royaume-Uni) lui ont promis leur soutien «aussi longtemps qu'il le faudra». Parallèlement, le G7 va continuer d'«accroître la pression sur (Vladimir) Poutine», a assuré le chancelier allemand Olaf Scholz, hôte de ce sommet, à travers notamment une nouvelle salve de sanctions ciblant l'économie russe.

Les Occidentaux, États-Unis en tête, veulent resserrer l'étau sur Moscou en visant tout particulièrement l'industrie de défense russe, a dit un haut responsable de la Maison Blanche, et entendent développer un «mécanisme pour plafonner au niveau mondial le prix du pétrole russe». Le G7 va également «se coordonner pour utiliser les droits de douane sur les produits russes afin d'aider l'Ukraine», selon la même source.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article