Assemblée nationale : Les députées LFI enfilent la cravate contre le sexisme

Publié le par 20 Minutes avec AFP

PIED-DE-NEZ Ce choix vestimentaire est une « réponse » aux déclarations d’Eric Ciotti sur les tenues que devraient porter les députés, jugées sexistes

Député du parti de gauche français La France Insoumise (LFI) et membre de la coalition de gauche NUPES, Rachel Keke, le 26 juillet à l'Assemblée — BERTRAND GUAY / AFP

Député du parti de gauche français La France Insoumise (LFI) et membre de la coalition de gauche NUPES, Rachel Keke, le 26 juillet à l'Assemblée — BERTRAND GUAY / AFP

C’est une réponse claire et simple. Après les déclarations du Républicain Eric Ciotti, qui aimerait imposer le port de la cravate aux députés hommes dans l’hémicycle, les députées LFI ont décidé, elles aussi, de la porter. Une manière de combattre aussi le « sexisme ». « C’est un pied de nez pour tenir tête à M. Ciotti », a ainsi déclaré Clémentine Autain en arrivant, cravate verte autour du cou, avec ses collègues insoumises en séance.

L’élu LR, questeur de l’Assemblée, a reproché la semaine dernière à certains élus de la France insoumise « des tenues de plus en plus relâchées ». « Nous avons besoin de penser cette Assemblée dans la mixité », a ajouté l’élue de Seine-Saint-Denis.

La cheffe de file des députés insoumis Mathilde Panot a estimé que derrière la polémique sur la cravate qui agite le Palais-Bourbon depuis plusieurs jours se pose « la question de la place des femmes dans l’Assemblée ». « Apparemment pour M. Ciotti, certains à droite et à l’extrême droite, la présence des femmes n’est pas encore acceptée », a-t-elle affirmé.

Remarques sexistes

Elle a dénoncé les « remarques sexistes par-ci par-là, sur la façon dont nous nous habillons, ou la forme de nos corps ». « Des femmes simplement en parlant sont houspillées, on leur demande de se taire et elles n’arrivent pas à parler dans un chahut infernal juste parce qu’elles sont des femmes », a renchéri Clémentine Autain.

En portant la cravate « nous le disons avec humour, mais nous sommes en colère », a-t-elle souligné. Le groupe LFI avait déjà répliqué à Eric Ciotti en soulignant que « l’habit ne fait pas le député ».

Tribune de la présidente

La présidente de l’Assemblée, Yaël Braun-Pivet est revenue sur la polémique dans une tribune mardi dans Libération, en rappelant que le règlement de l’institution prévoit que « la tenue vestimentaire adoptée par les députés dans l’hémicycle doit rester neutre et s’apparenter à une tenue de ville ». « En somme, un Parlement libre est aussi un Parlement où l’on s’habille librement, mais pas n’importe comment », souligne Mme Braun-Pivet.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article