Dans un enregistrement inédit, Adolf Eichmann admet son implication dans la « solution finale »

Publié le par Vanity Fair

Réputé pour avoir mis en œuvre la déportation et l'exécution des juifs d'Europe pendant la Seconde guerre mondiale, Eichmann a minimisé ses responsabilités lors de son procès en Israel, en 1962. L'enregistrement d'une interview, menée en Argentine en 1957, confirme le rôle central qu'il a joué dans l'Holocauste. 
Bettmann

Bettmann

Adolf Eichmann avait pleinement conscience de son rôle dans le génocide du peuple juif. C'est ce qu'indique en tout cas un enregistrement inédit daté de 1957. « Si nous avions tué 10,3 millions de juifs, j'aurais déclaré avec satisfaction : “Bien, nous avons détruit un ennemi.” […] Nous aurions atteint notre objectif », y déclare le nazi. 

L'extrait audio, jamais entendu, date de 1957. À cette époque, Adolf Eichmann est l'un des fugitifs les plus recherchés au monde. Capturé par l'armée américaine à la fin de la guerre, le colonel SS est parvenu à s'enfuir après seulement quelques semaines de captivité. Eichmann gagne l'Argentine après quelques années passées à se cacher en Allemagne. En Amérique latine, l'ancien SS est connu sous le nom de Ricardo Klement, une couverture qui lui permettra de vivre en toute tranquillité jusqu'en 1961. 

C'est au cours de ces années qu'Eichmann accorde des entretiens à Willem Sassen, ancien SS et futur impresario d'Augusto Pinochet. Les deux hommes s'entretiennent à plusieurs reprises, pendant soixante-dix heures au total. Dans un autre extrait, Eichmann déclare à Sassen : « Les juifs qui peuvent travailler devaient être mis au travail. Ceux qui ne le pouvaient pas étaient destinés à la solution finale », ajoutant qu'il lui était indifférent de savoir si les internés d'Auschwitz avaient survécu ou non. 

Ces enregistrements on reposé pendant plus de cinquante ans au centre des archives de la fédération d'Allemagne, à Coblence. Il refont aujourd'hui surface à la faveur d'un nouveau documentaire : The Devil’s Confession: The Lost Eichmann Tapes, réalisé par Kobi Sitt, un réalisateur israélien.

Les propos très durs que tient Adolf Eichmann dans ces enregistrements apportent un nouvel éclairage historique sur son implication dans la politique du IIIe Reich et sur son degré de conscience. En 1961, le fugitif est finalement arrêté en Argentine par le Mossad, les services secrets israéliens. Après une extradition rocambolesque et semi-légale vers Israel, le nazi fût jugé puis exécuté par pendaison à Ramla, près de Tel Aviv, le 31 mai 1962. Lors de son procès, Adolf Eichmann choisit de minimiser le rôle qu'il avait joué dans la « solution finale », indiquant avoir « suivi les ordres ». 

Les interviews aujourd'hui dévoilées avaient été présentées au procès sous la forme de transcriptions, mais les 700 pages de textes n'avaient pas été retenues comme éléments de preuve par les juges. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article