Décès de l’actrice Charlotte Valandrey à 53 ans

Publié le par Le Parisien avec AFP

Le mois dernier, elle avait annoncé être en attente d’une greffe de cœur. La trithérapie avait épuisé son organe et elle avait eu recours à une transplantation en 2003, ce qui avait fait d’elle la première séropositive greffée du cœur en France.

La comédienne Charlotte Valandrey est décédée à l'âge de 53 ans. LP/Guillaume Georges

La comédienne Charlotte Valandrey est décédée à l'âge de 53 ans. LP/Guillaume Georges

Elle s’est « endormie dans un sourire », racontent ses proches. La comédienne Charlotte Valandrey, est décédée ce mercredi à l’âge de 53 ans, a-t-on appris ce mercredi. On la connaissait notamment pour son rôle dans « Demain nous appartient », où elle a incarné le juge Laurence Moiret jusqu’en 2020, ou dans « Les Cordier, juge et flic ».

En 2008, elle fut victime d’un infarctus, son cœur s’arrêtant de battre pendant 22 secondes. Et le 8 juin, elle avait annoncé sur Instagram être en attente d’une greffe de cœur. « Mon cœur est arrivé en bout de course et j’attends donc celui qui sera mon 3e », écrivait l’actrice.

« Le 14 juin dernier, Charlotte a dû être opérée en urgence pour remplacer son cœur d’occasion comme elle l’appelait mais cette nouvelle greffe n’a pas pris, ce troisième cœur n’a pas vécu », ont expliqué sa fille, sa sœur et son père dans un communiqué.

« Depuis l’opération, Charlotte était plongée dans un coma artificiel pour échapper à la douleur et aux complications, poursuivent-ils. Il y a quelques jours, elle en est brièvement sortie pour exprimer son épuisement et le vœu impérieux de rejoindre Anne-Marie, sa mère décédée. »

Charlotte Valandrey n’a pas encore 17 ans à la sortie de « Rouge Baiser », le film qui fait d’elle la nouvelle star. Elle y incarne, dans la France de la Guerre froide, Nadia, jeune révoltée qui milite aux Jeunesses communistes et voit son idéal vaciller après une rencontre amoureuse (Lambert Wilson). On lui prédisait alors un destin à la Sophie Marceau.

Une filmographie loin de la gloire qu’on lui promettait

C’est à quelques jours de ses 18 ans qu’elle apprend avoir contracté le VIH. Avec un « prince gothique », membre d’un groupe de rock connu, dira-t-elle seulement.

Elle n’est pas retenue pour « Noce blanche » (1989), après avoir partagé le secret de sa maladie avec le metteur en scène. Puis Charlotte Valandrey a publiquement révélé sa séropositivité en 2005 avec son autobiographie « L’Amour dans le sang », gros succès de librairie (180 000 ventes) ensuite adapté en téléfilm.

« Elle s’en est ouverte et sa carrière au cinéma s’est arrêtée net comme son cœur aujourd’hui », rappelle sa famille dans le communiqué. Par la suite, sa filmographie est en effet loin de la gloire qu’on lui promettait. Sa carrière se fera essentiellement à la télévision en jouant de 1991 à 2000 dans la série « Les Cordier, juge et flic » (jusqu’à 11,4 millions de téléspectateurs) ou dans « Demain nous appartient » (2017-2019).

En sommeil pendant dix ans, le virus s’est un jour réveillé et les premiers traitements ont abîmé son cœur. En 2003, elle bénéficie d’une transplantation, ce qui fait d’elle la première séropositive greffée du cœur en France.

Charlotte Valandrey sera inhumée « dans l’intimité » à Pléneuf-Val André, commune des Côtes d’Armor qui lui inspira son nom de scène. Elle reposera « non loin de la plage immense des vacances de son enfance », précisent ses proches. Une cérémonie religieuse se déroulera en septembre, à Paris.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article