Adolf Hitler : le mystère macabre de la mort de Geli Raubal, sa nièce et "son véritable amour"

Publié le par BBC Brasil par la rédaction

"Des ténèbres mystérieuses" entourent la mort de cette "beauté inhabituelle", selon le journal allemand Fränkische Tagespost, deux jours après la découverte du corps d'Angela Maria Raubal dans l'appartement d'Adolf Hitler à Munich, en Allemagne.

Geli Raubal  Crédit photo, Getty Images Légende image,  Geli Raubal est née à Linz, en Autriche (alors Empire austro-hongrois) en 1908 et morte à Munich, en Allemagne (alors République de Weimar) en 1931.

Geli Raubal Crédit photo, Getty Images Légende image, Geli Raubal est née à Linz, en Autriche (alors Empire austro-hongrois) en 1908 et morte à Munich, en Allemagne (alors République de Weimar) en 1931.

Connue sous le nom de Geli, Angela était la demi-nièce d'Hitler. Et, selon Joachim Fest, un biographe allemand respecté du leader nazi, "son grand amour, un amour tabou".

La nature physique exacte de cet "amour" fait l'objet d'un débat houleux parmi les historiens, mais peu de doutes que c'était, comme l'a dit l'historien américain William Shirer, "la seule histoire d'amour vraiment profonde de sa vie".

Le 19 septembre 1931, Raubal est retrouvée morte dans sa chambre de l'appartement d'Hitler à Munich. Son corps gisait dans une mare de son propre sang, avec une blessure par balle à la poitrine, à côté du pistolet de son oncle.

L'affaire n'a jamais fait l'objet d'une enquête et même une autopsie n'a pas été pratiquée - ce qui aurait pu étouffer les rumeurs existantes. Le manque de recherche a fini par alimenter une énigme qui reste non résolue à ce jour, neuf décennies plus tard.

On ne sait pas - et on ne le découvrira probablement jamais - quelle part de la culpabilité d'Hitler dans ce qui s'est passé. On sait seulement que l'épisode l'a profondément secoué.

Après la mort de sa nièce, Hitler est tombé dans une profonde dépression, glissant dans un quasi coma, selon des membres proches de sa famille. Il fallait le surveiller, car il parlait de suicide.

On dit que c'est là qu'il devint végétarien, car voir de la viande lui rappelait le cadavre de Geli Raubal. Et quand il a récupéré, il a ordonné que la pièce soit scellée et conservée comme un sanctuaire, qu'il a orné de fleurs.

"La mort de Geli a eu un effet si dévastateur sur Hitler que... cela a changé sa relation avec tout le monde", a déclaré Hermann Göring, le deuxième homme le plus important de l'Allemagne nazie, devant les tribunaux de Nuremberg, qui ont jugé les crimes nazis.

Et Heinrich Hoffmann, photographe et ami proche d'Hitler, est allé plus loin. Pour lui, si Raubal n'était pas morte, tout aurait pu être différent. Selon Hoffmann, sa mort a fait que "les graines de l'inhumanité ont commencé à germer au sein d'Hitler".

Mais qui était cette femme qui a si profondément marqué l'un des personnages les plus infâmes de l'histoire ?

"L'oncle Alf"

Geli Raubal est entrée dans la vie d'Hitler quand elle avait 17 ans et il en avait 36. La mère de Raubal, Angela, travaillait comme gouvernante à Vienne, en Autriche, et son "oncle Alf" l'a invitée à travailler dans la même capacité dans sa maison à Munich.

Getty Images Légende image,  Angela et Adolf Hitler étaient des enfants de mères différentes mais du même père.

Getty Images Légende image, Angela et Adolf Hitler étaient des enfants de mères différentes mais du même père.

Il était déjà chef du parti national-socialiste et tomba bientôt aux pieds de sa nièce, qu'il qualifia d'"exceptionnellement belle".

Raubal l'a fait se comporter "comme un homme amoureux" qui "la suivait de très près", comme s'il était un "adolescent ", selon l'homme d'affaires Ernst Hanfstaengl, ami proche et collaborateur de longue date d'Hitler.

Konrad Heiden, l'un des premiers et des plus respectés journalistes à écrire sur Hitler, a rapporté qu'il promenait sa nièce à travers les villes, "lui montrant comment 'Oncle Alf' pouvait charmer les masses".

Mais elle n'a pas été en reste. "C'est une grande adolescente séduisante, toujours enjouée et aussi intelligente avec les mots que son oncle", selon Rudolf Hess, qui deviendra le lieutenant d'Hitler en 1927. "Il pouvait difficilement rivaliser avec son intelligence."

À Munich, il défilait bras dessus bras dessous avec elle, l'emmenant dans des cafés, des rassemblements sociaux et des spectacles. Il paya aussi des cours de chant, rêvant qu'il la verrait un jour incarner sur scène l'une des héroïnes des opéras wagnériens, ses préférés.

Et, plus son pouvoir et sa fortune augmentaient, plus la relation se consolidait.

Getty Images Légende image,  Geli et son oncle Alf lors d'une de leurs promenades bucoliques.

Getty Images Légende image, Geli et son oncle Alf lors d'une de leurs promenades bucoliques.

Quand Hitler a emménagé dans son luxueux appartement sur l'élégante place Prinzregentenplatz de Munich, il a demandé à Angela d'emménager dans sa plus grande maison, appelée le Berghof, à Berchtesgaden, dans le sud de l'Allemagne, mais Geli est restée avec lui, dans l'une de ses neuf chambres.

À l'époque, elle avait 21 ans et était passée du statut de fille de la gouvernante à celui de reine de la cour du soi-disant "roi de Munich", suscitant envie et admiration.

Charme

"Une femme était très rarement admise dans notre cercle restreint", se souvient Hoffmann, "mais elle n'était jamais autorisée à occuper une position centrale. Elle devait rester vue mais pas entendue. [...] Parfois, elle pouvait avoir un petit rôle dans la conversation, mais elle n'a jamais été autorisée à défendre un point de vue ou à contredire Hitler.

Pas même Eva Braun - l'une des employées de Hoffmann qu'Hitler avait rencontrée pour la première fois à l'automne 1929 - ne serait pas une exception, malgré sa longue relation avec le dirigeant nazi.

"Pour lui", selon le photographe, "elle n'était qu'une jolie petite chose, dans laquelle, malgré ses points de vue sans importance et sa faible intelligence, ou peut-être précisément à cause d'elles, il trouvait le genre de détente et de repos qu'il recherchait. pour. [...] Mais il ne s'est jamais comporté, dans ses paroles, ses regards ou ses gestes, de manière à suggérer un intérêt plus profond pour elle.

Mais avec sa nièce, c'était très différent.

"Quand Geli était à table, tout tournait autour d'elle", selon Hoffmann, "et Hitler n'a jamais essayé de dominer la conversation."

"Geli était magique. Grâce à ses manières naturelles, totalement débarrassées de toute affectation, sa seule présence mettait toutes les personnes présentes dans la meilleure des humeurs. Tout le monde parlait d'elle en bien, en particulier son oncle, Adolf Hitler", rapporte le photographe.

Getty Images Légende image,  Selon le photographe d'Adolf Hitler, "Geli était magique"

Getty Images Légende image, Selon le photographe d'Adolf Hitler, "Geli était magique"

En fait, pas tous.

Hanfstaengl l'appelait «une petite putain à la tête vide, avec le type de fleur grossière d'une femme de chambre». Elle a ajouté que si elle était "parfaitement satisfaite et propre dans ses beaux vêtements, elle n'a certainement jamais montré d'impression de réciprocité pour la tendresse tordue d'Hitler".

Mais peu de personnes dans le cercle semblaient ressentir ce genre d'aversion.

La fille du photographe d'Hitler, Henriette Hoffmann, était une amie de Raubal. Pour elle, Geli "était impolie, provocante et un peu querelleuse", mais a également souligné qu'elle était "grande, gaie et sûre d'elle. Les photos ne rendaient pas justice à son charme. Aucune des photos prises par mon père ne l'a capturée."

"Geli ressemblait plus à une enfant", a déclaré Patrick Hitler, fils du demi-frère d'Adolf, Alois Hitler, après la guerre.

"On ne peut pas dire qu'elle était vraiment jolie", a-t-il dit, "mais elle avait un grand charme naturel. Elle avait l'habitude de sortir sans parapluie et portait des vêtements très simples, des jupes plissées et des chemisiers blancs. Aucun bijou à part une croix gammée en or, qu'elle a reçue en cadeau de l'oncle Adolf, qu'elle appelait «oncle Alf».

Pour le chauffeur d'Hitler, Emil Maurice, Raubal était "une princesse, ses grands yeux étaient un poème et elle avait des cheveux magnifiques. [...] Les gens dans la rue se tournaient [pour la voir]", comme il l'a dit à l'écrivain italien Nerin E Gun, auteur du livre Eva Braun: Hitler's Mistress (Ed. Record).

Et c'est justement un épisode avec Maurice qui semble donner la clé d'un autre aspect de leur relation.

Cage dorée ?

Getty Images Légende image,  Avec un personnage comme Hitler, il est difficile de savoir si ce qui est dit sur l'affaire est vraiment vrai.

Getty Images Légende image, Avec un personnage comme Hitler, il est difficile de savoir si ce qui est dit sur l'affaire est vraiment vrai.

Diverses sources indiquent que si Hitler aimait afficher sa nièce pour l'admiration, son premier biographe, Allan Bullock, a indiqué qu'il était consommé par ce qu'il appelait la «possession zélée».

Hoffmann cite Hitler dans son livre Hitler Was My Friend (1955) en disant: "Je suis tellement inquiet pour l'avenir de Geli que je sens que je dois veiller sur elle."

Il poursuit : "J'aime Geli et je pourrais l'épouser. Mais vous connaissez mon point de vue. Je veux rester célibataire. Je conserve donc le droit d'exercer une influence sur son cercle d'amis jusqu'à ce qu'elle trouve l'homme qu'il faut." Ce que l'on voit comme une compulsion est simplement de la prudence. Je veux l'empêcher de tomber entre les mains de quelqu'un d'inapproprié.

Selon Henriette Hoffmann, Geli est devenue de plus en plus indifférente à Hitler alors qu'il tombait de plus en plus amoureux d'elle. Et elle a fini par tomber amoureuse d'un de ces « soupirants » : Maurice, qui a même avoué être « tombé éperdument amoureux » de Geli.

Elle a dit que Geli ne voulait plus être aimée par Hitler et préférait sa relation avec le chauffeur. "Être aimée n'est pas amusant, mais aimer un homme, vous savez, l'aimer, c'est à ça que sert la vie. Et quand on peut aimer et être aimée en même temps, c'est le paradis."

Quand Hitler l'a découvert, il a violemment rejeté l'idée d'un compromis entre eux, au moins pour un temps, selon une lettre de décembre 1928 de Geli.

"Oncle Adolf insiste pour que nous attendions deux ans", lit-on dans la lettre. "Pensez, Emil, pendant deux années entières, nous ne pouvons nous embrasser que de temps en temps et toujours sous la surveillance de l'oncle Adolf. Je ne peux que vous donner mon amour et être inconditionnellement fidèle. Je vous aime tellement, infiniment."

Maurice a été licencié.

Getty Images Légende image,  Hitler est rapidement tombé amoureux de la "beauté inhabituelle" de Geli Raubal.

Getty Images Légende image, Hitler est rapidement tombé amoureux de la "beauté inhabituelle" de Geli Raubal.

Geli Raubal a continué à recevoir l'affection d'Hitler, mais on ne sait pas quelle forme cette affection a prise dans l'intimité. De nombreux proches s'accordent à dire qu'il était de plus en plus évident que, pour elle, ni le luxe ni la célébrité publique ne pouvaient compenser l'oppression de son confinement.

Jusqu'à ce que, dans les derniers mois de sa vie, Raubal tente désespérément de s'échapper.

Le dernier jour

Le 18 septembre 1931, un vendredi, était le dernier jour de la vie de Geli Raubal.

Séparément, elle et son oncle Alf avaient l'intention de voyager. Hitler a organisé un rassemblement samedi soir à Hambourg, en Allemagne, pour lancer sa prochaine campagne présidentielle. Et Raubal voulait aller à Vienne - pour toujours, selon certains.

Presque toutes les sources, à l'exception d'Hitler, garantissent que les deux se sont disputés sérieusement, car il lui a ordonné de rester à la maison pendant son absence. Il y eut un moment où elle s'enferma dans sa chambre.

Getty Images Légende image,  "Je sens que je dois m'occuper d'elle", a déclaré Adolf Hitler à propos de Geli Raubal.

Getty Images Légende image, "Je sens que je dois m'occuper d'elle", a déclaré Adolf Hitler à propos de Geli Raubal.

Son dernier acte connu a été de commencer à écrire une lettre qui disait: "quand j'irai à Vienne, j'espère très bientôt, nous irons à Semmering et ..."

Elle n'a pas fini la première phrase. En fait, elle n'a même pas terminé le dernier mot : "e", en allemand, c'est "und" - et elle n'a réussi à écrire que "un".

Elle est devenue l'une des pièces d'un puzzle qui n'a jamais été achevé. Geli Raubal a été retrouvée morte et l'information publiée était qu'elle s'était suicidée.

Mais pourquoi a-t-elle arrêté d'écrire à ce moment-là ? Et, surtout, pourquoi quelqu'un sur le point de se suicider écrirait-il quelque chose d'aussi optimiste ?

On a également dit qu'il s'agissait d'un accident, selon la version des événements privilégiée par Hitler qui, terrifié à l'idée que le scandale puisse mettre fin brutalement à ses aspirations au pouvoir, écrivit au Münchner Post :

  • Ce n'est pas vrai que je me disputais fréquemment avec ma nièce [Geli] Raubal et que nous nous étions disputés le vendredi, ni à aucun moment avant ce jour-là.
  • Il n'est pas vrai que j'étais décidément contre son voyage à Vienne.
  • Il n'est pas vrai qu'elle entrerait dans un compromis à Vienne, ni que je serais opposé à un compromis. Il est vrai que ma nièce était tourmentée par l'inquiétude de ne pas être encore en mesure de faire une apparition publique. Elle voulait aller à Vienne pour qu'un professeur de chant révise sa voix une fois de plus.
  • Ce n'est pas vrai que j'ai quitté mon appartement le 18 septembre après une violente bagarre. Il n'y avait pas de disputes, pas d'émotions, quand j'ai quitté mon appartement ce jour-là.

Mais il existe une quantité vertigineuse de versions divergentes de ce qui s'est passé.

L'une de ces versions prétend que Heinrich Himmler, le nouveau chef des SS (la police nazie), a rendu visite à Raubal et l'a convaincue de se suicider pour avoir trahi Hitler. Selon un autre, Hitler lui-même l'a poussée à se suicider parce qu'elle était enceinte d'un amant juif, sinon il l'aurait assassinée lui-même.

La seule chose que l'on sache avec certitude, c'est qu'entre l'après-midi du 18 septembre et le matin du 19, Geli Raubal, 23 ans, a été abattue.

Un mois plus tard, Joseph Goebbels, qui deviendra ministre de la Propagande du Troisième Reich, commente une conversation avec Hitler dans laquelle il "parle de Geli. Il l'aimait beaucoup. Il avait les larmes aux yeux... Cet homme, au sommet de son succès, n'a aucun bonheur personnel."

Hitler a également dit à son conseiller et confident Otto Wagener qu'elle lui manquait beaucoup. "Son rire joyeux était toujours une vraie joie et ses conversations inoffensives étaient très amusantes", dit-il.

Mais il a ajouté: "Je suis maintenant complètement libre, intérieurement et extérieurement. Désormais, je n'appartiens qu'au peuple allemand et à ma mission."

Ce que Goebbels et Wagener ne savaient pas, c'est que, peu de temps après la mort de leur nièce, Hitler avait intensifié sa relation avec une femme qui allait jouer le rôle le plus important dans sa vie après sa mère : Eva Braun.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article