Bas-Rhin : Bud Gahs, vétéran et héros américain de le seconde guerre mondiale, revient pour la première fois en Alsace

Publié le par France 3 Grand Est Écrit par Cécile Poure

Bud Gahs est un témoin précieux de la seconde guerre mondiale. Libérateur de Dachau, entré un des tout premiers à Munich, il a connu aussi les affrontements en Alsace. A 98 ans, le vétéran a souhaité revenir en Europe pour se souvenir et dire adieu à des camarades partis dans la fleur de l'âge. A Schweighouse-sur-Moder aussi. C'était le 25 janvier 1945.

Bud Gash de retour en Alsace 75 ans après la guerre • © Sylvie Malal / FTV

Bud Gash de retour en Alsace 75 ans après la guerre • © Sylvie Malal / FTV

C'est un des derniers témoins de la seconde guerre mondiale. Un de ses derniers héros aussi. Bud Gahs a cette année 98 ans. L'Américain a voulu, une ultime fois sans doute, revenir sur ses pas. Dachau, Munich, et ce samedi 27 août, Schweighouse-sur-Moder. Debout, sous les honneurs. 

Munich, Dachau et un arc-en-ciel

Bud Gahs a grandi à Baltimore dans le Maryland. D'abord mécanicien sur les bombardiers B-26s, avec l'arrivée de la guerre en Europe il est mobilisé à 23 ans comme fantassin dans la 42e division d'infanterie américaine, dite division "Arc-en-ciel", en première ligne. Sur le front, il rejoint la compagnie anti-char appartenant au 222ème régiment d’infanterie où il conduit le "Coughin Coffin", le premier camion à entrer dans Munich. Il sera ce même jour de 1945 un des tout premiers étrangers à entrer dans le camps de concentration de Dachau. Un libérateur.

Il gardera de cette époque son écusson arc-en-ciel et de sombres images. Bud est un témoin précieux, tourmenté, de cette époque.

A l'approche de son centenaire, Bud a souhaité revenir, une dernière fois, en pèlerinage, sur ces lieux qui ont fait l'histoire. La sienne et celle, plus grande, de l'Europe. Bud a lancé une cagnotte en ligne  pour financer son voyage. Deux ans et 10.000 dollars plus tard, le voilà exaucé. Depuis quelques jours, le soldat devenu jardinier et père de six enfants, revient sur ses pas. Au mémorial KZ à Dachau d'abord puis au cimetière américain de Dinozé (77) où deux de ses frères d'arme sont enterrés.

Durant ce pèlerinage, Bud est suivi par le réalisateur Erin Faith Allen afin que ses souvenirs, précieux, lui survivent sous forme de documentaire.

Ce samedi 27 août, Bud vient en Alsace. Il a, à Schweighouse-sur-Moder, également une page à lire puis à tourner. Celle du 25 janvier 1945. Le jour où près de 237 hommes de sa division sont morts sous les balles.

Un guet-apens

Ce 25 janvier 1945, Bud et ses équipiers se retrouvent dans une situation difficile. Bud se souvient encore clairement de sa chance. Il a probablement échappé à la mort ou à la capture lorsqu'il est parti tôt ce matin-là pour une mission de ravitaillement. "Peu de temps après mon départ, une compagnie de soldats allemands a encerclé la maison et mes coéquipiers à l'intérieur ont tenté de fuir. Certains ont réussi à s'échapper, tandis que d'autres ont été blessés ou tués." Bud, lui, revient et reste en poste pendant plus de deux heures, sa mitrailleuse M-3 sous le bras, et au-dessus de la tête une rafale de tirs intense. 

L'histoire retiendra que son acte courageux est à l'origine de la mort de dix soldats allemands, huit blessés et encore huit prisonniers de guerre. Un exploit numérique qui aurait fait reculer les lignes ennemies. 

Bud a d'ailleurs reçu, à son retour et pour ce jour en particulier, la Bronze Star Medal. La quatrième plus haute distinction des armées américaines, attribuée à toute personne qui, participant dans ou avec l'armée des États-Unis après le 7 décembre 1941, s'est distinguée par des actions héroïques.

Depuis sa démobilisation, Bud Gahs n'était plus revenu en France. Il n'avait jamais pu non plus dire adieu à son camarade d'armes Charles Cruse, 24 ans, tombé sous le tir ennemi à ses côtés et dont le souvenir le hante encore. Tombé juste là, sous cette maison rénovée, désormais souriante. Casquette World War Veteran vissée sur la tête, accent Yankee à couper au couteau, Bud fouille dans sa mémoire. "75 ans après j'ai du mal à reconnaître le quartier mais cette fameuse maison non je ne l'ai pas oubliée. J'étais au second étage, nous étions encerclés. C'était interminable. Interminable et horrible."

J'étais au second étage de cette maison, nous étions encerclés par les Allemands. C'était interminable. Interminable et horrible.

Bud Gahs, vétéran de le seconde guerre mondiale

Ce samedi Bud a retrouvé ses souvenirs et accroché une médaille supplémentaire à sa veste kaki. A Schweighouse, il a été fait chevalier de la Légion d'honneur.

 Bud Gash reçoit la légion d'honneur • © Sylvie Malal / FTV

Bud Gash reçoit la légion d'honneur • © Sylvie Malal / FTV

Deux de ses filles l'ont accompagné dans son pèlerinage européen. Sandy fait partie du voyage, passeuse d'histoire à son tour. Dépositaire du devoir de mémoire. 

Nous devons l'écouter et l'entendre. Nous devons nous en souvenir. C'est un devoir oui.

Sandy, fille de Bud Gahs

"Je voulais venir ici avec lui. Je voulais voir, savoir ce qu'il a vécu, tout ce qu'il a traversé. J'avoue que ça me bouleverse. Il ne nous en a jamais vraiment parlé alors qu'il se souvient de tout. C'est incroyable à 98 ans. Nous devons l'écouter et l'entendre. Nous devons nous en souvenir. C'est un devoir oui. Je le raconterai à mon tour à ses petits-enfants. On ne peut ni de doit l'oublier" explique t-elle. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article