Commémoration du 11 Novembre : Olivet célèbre le centenaire de son monument aux morts

Publié le par France Bleu par François Guéroult François Guéroult France Bleu Orléans

Après les 100 ans de la Grande Guerre, c'est un autre centenaire que célèbre la ville d'Olivet : celui de son monument aux morts. L'un des tout premiers érigés dans le Loiret en l'honneur des Poilus tombés pour la France.

La carte postale éditée lors de l'inauguration du monument aux morts à Olivet en 1921 © Radio France - François Guéroult

La carte postale éditée lors de l'inauguration du monument aux morts à Olivet en 1921 © Radio France - François Guéroult

Le centenaire de la Première Guerre mondiale a été l'occasion de beaucoup d'événements un peu partout en France. Il se poursuit en quelque sorte ce jeudi 11 Novembre à Olivet, qui célèbre les 100 ans de son monument aux morts, officiellement inauguré le 31 juillet 1921.

Une souscription publique dès 1919

Ce monument fut l'un des premiers érigés dans le Loiret à la mémoire des Poilus. "La décision a été prise dès le début 1919, donc avant la grande loi du 25 octobre 1919 qui incitait les communes en France à réaliser des monuments mémoriels, souligne Jacky Plotu, le président de l'association ARPO (A la Recherche du Passé d'Olivet). Cela est peut-être dû au traumatisme vécu par la population : 161 Olivetains morts lors de la Grande Guerre, et le double de blessés, sur une population qui comptait alors 3.800 habitants."

L'ARPO a retrouvé l'affiche de la souscription publique lancée à l'époque © Radio France - François Guéroult

L'ARPO a retrouvé l'affiche de la souscription publique lancée à l'époque © Radio France - François Guéroult

Conséquence de cette décision précoce : Olivet n'a pas bénéficié d'aide financière de l'État pour son monument aux morts, mais a dû recourir à une souscription publique. "Les élus ont eux-mêmes mis à la poche et ont fait du porte-à-porte auprès des habitants", raconte Jacky Plotu. Avec un succès certain : 13.000 francs de l'époque récoltés, sur les 15.000 francs qui s'avèreront nécessaires (le reste sera complété par la ville d'Olivet).

156 ou 161 Olivetains morts en 14-18 ?

La loi de séparation entre l'Église et l'État interdisant tout signe religieux sur l'édifice, seule une citation de Victor Hugo est inscrite sur le monument - "Gloire à notre France éternelle ! Gloire à ceux qui sont morts pour elle !" - ainsi que le nom de 156 Olivetains tombés au combat. "156 et non pas 161, comme nous les avons recensés, précise Jacky Plotu ; la différence vient de Poilus morts de leur blessure, mais après l'armistice, et qui n'ont pas été officiellement reconnus comme morts pour la France."

L'exposition autour des 100 ans du monument aux morts d'Olivet intègre objets et uniformes d'époque © Radio France - François Guéroult

L'exposition autour des 100 ans du monument aux morts d'Olivet intègre objets et uniformes d'époque © Radio France - François Guéroult

Cette histoire du monument aux morts d'Olivet est retracée par l'ARPO dans une exposition présentée à l'Alliage jusqu'à samedi (de 14h à 18h). Symboliquement, la commémoration de l'Armistice ce jeudi matin à Olivet fera étape sur le lieu de l'exposition.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article