En Ukraine, un QG du groupe Wagner bombardé après une bourde sur Telegram ?

Publié le par Le HuffPost par Paul Guyonnet

Kiev affirme avoir frappé une base du groupe paramilitaire russe grâce aux renseignements diffusés par un journaliste favorable à la Russie.

Photo Getty Images via Anadolu Agency & Capture d’écran Telegram Selon l’Ukraine, ses forces armées sont parvenues à détruire un quartier général du groupe paramilitaire Wagner. Un succès permis par une erreur de communication des pro-russes (photo prise début juillet à Severodonetsk, dans la région de Louhansk).

Photo Getty Images via Anadolu Agency & Capture d’écran Telegram Selon l’Ukraine, ses forces armées sont parvenues à détruire un quartier général du groupe paramilitaire Wagner. Un succès permis par une erreur de communication des pro-russes (photo prise début juillet à Severodonetsk, dans la région de Louhansk).

GUERRE EN UKRAINE - Entre le rôle joué par les drones Bayraktar TB2 et la guerre de communication que se livrent les deux parties sur les réseaux sociaux, le conflit ukrainien est régulièrement qualifié de « moderne » ou de « 3.0 » par les observateurs. Et les dernières revendications en provenance de Kiev ne peuvent qu’accréditer cette idée.

Lundi 15 août, l’Ukraine a annoncé avoir frappé avec succès une base du groupe paramilitaire Wagner, une société privée aux agissements obscurs dont les mercenaires sont accusés de travailler de concert avec Moscou sur plusieurs théâtres de guerre dont la Syrie, le Sahel et donc l’Ukraine.

Sur la messagerie cryptée Telegram, le gouverneur de la région de Louhansk, Sergueïï Haïdaï, a ainsi assuré que des « wagnériens » avaient été tués dans la ville de Popasnaya au cours d’une « frappe de précision » des forces ukrainiennes contre « un quartier général de l’ennemi ». Et d’affirmer que les médias russes avaient confirmé cette attaque. Dans son message, le gouverneur ajoute que le bâtiment de Wagner a été « détruit » et qu’un bilan humain précis est attendu.

De la propagande à la bourde

Comme le rapportent nos confrères de franceinfo, plusieurs sources ukrainiennes affirment que cette frappe a été permise par une bourde du camp pro-russe. Selon le journal local Ukrainska Pravda, qui étaye son propos avec de nombreuses captures d’écran, un correspondant militaire de la presse russe aurait en effet publié sur Telegram, une semaine plus tôt, des photos du quartier général de Wagner à des fins de propagande.

Sauf que sur les photographies figurait une adresse, reprise ainsi par plusieurs titres de presse russes ravis de mettre en avant le message enjoué d’un journaliste envoyé au cœur des régions que se disputent les deux belligérants.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article