Face à une « sécheresse exceptionnelle », Élisabeth Borne active la cellule interministérielle de crise

Publié le par Le Journal du Dimanche par Marianne Lecach avec AFP

La Première ministre, Élisabeth Borne, va réunir la cellule interministérielle de crise dans la journée, en raison de la sècheresse « la plus grave jamais enregistrée » en France. 

 Élisabeth Borne va réunir dans la journée de vendredi la cellule interministérielle de crise. (JEANNE ACCORSINI/SIPA)

Élisabeth Borne va réunir dans la journée de vendredi la cellule interministérielle de crise. (JEANNE ACCORSINI/SIPA)

Le gouvernement prend des mesures pour faire face à la « sècheresse exceptionnelle » qui frappe le pays ces derniers jours. Des communes sont déjà privées d’eau et d’autres sont soumises à des restrictions pour éviter d’accroître la sécheresse , nettement accentuée par les fortes chaleurs et l’absence de pluie. En raison de cette « situation historique que traversent de nombreux territoires »,Élisabeth Borne a décidé d’activer la cellule interministérielle de crise et la réunira dans la journée de ce vendredi, a annoncé Matignon comme le relaie l’AFP. 

La sécheresse pourrait devenir « plus préoccupante » 

Appelant chaque Français à « préserver nos ressources en eau », la Première ministre a prévenu que « cette sécheresse est la plus grave jamais enregistrée dans notre pays ». La situation risque de « perdurer sur les 15 prochains jours, voire devenir plus préoccupante encore  », selon les prévisions météo. Élisabeth Borne a demandé aux préfets de réunir « dès la semaine prochaine, dans chaque zone de tension les commissions locales de l’eau » et, si possible, d’autres « structures de concertation locale de gestion de l’eau ». Le but : mettre en place une « priorisation des usages en cas de nécessité ». 

Matignon a déploré dans un communiqué dont se fait l’écho l’AFP : « La sécheresse exceptionnelle que nous connaissons actuellement prive d'eau de nombreuses communes et est un drame pour nos agriculteurs, nos écosystèmes et la biodiversité. » Avant de confirmer que la sécheresse est « aggravée par l'accumulation de vagues de chaleur successives qui viennent renforcer l'évaporation et les besoins en eau ». 

Que peut faire cette cellule de crise ? 

C’est donc pour cette raison que la cellule interministérielle de crise a été activée. Elle doit assurer « une remontée d'information régulière par les préfets de département des zones les plus touchées », « anticiper l'activation éventuelle des plans ORSEC », mais également pouvoir « coordonner les mesures de sécurité civile nécessaires », en gérant par exemple l’approvisionnement en eau et la livraison d'eau potable. 

D’après le communiqué, la cellule pourra aussi constater les « impacts de cette sécheresse pour nos infrastructures de production d'énergie et de transport et pour notre secteur agricole, notamment le secteur de l’élevage ». Jeudi, des restrictions d’eau étaient appliquées dans 93 départements, 62 d’entre eux sont considérés comme étant « en crise » c’est-à-dire au niveau d’alerte maximale. Mercredi, les départements de la Nièvre et la Creuse sont passés à stade. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article