Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du lundi 8 août

Publié le par franceinfo avec AFP France Télévisions

Dans la province de Zaporijia, en partie occupée, les autorités nommées par Moscou ont annoncé entamer des préparatifs en vue de l'organisation d'un référendum sur son rattachement à la Russie.

Des dégâts dans la zone de Zaporijia (Ukraine), le 5 août 2022. (DMYTRO SMOLYENKO / NURPHOTO / AFP)

Des dégâts dans la zone de Zaporijia (Ukraine), le 5 août 2022. (DMYTRO SMOLYENKO / NURPHOTO / AFP)

Tous les yeux sont rivés sur la centrale nucléaire de Zaporijia, située dans le sud de l'Ukraine. Moscou a accusé, lundi 8 août, Kiev de bombarder la centrale occupée par ses troupes. Le Kremlin a également souligné que le bombardement de la centrale "pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour une vaste zone, y compris pour le territoire européen". 

De son côté, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a brandi le spectre de la catastrophe de Tchernobyl. "Le monde ne doit pas oublier" la plus grande catastrophe nucléaire de l'histoire, car "c'est l'explosion d'un réacteur et la centrale de Zaporijia est dotée de six réacteurs", a-t-il martelé dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux dans la soirée.

Inquiétudes autour de la centrale de Zaporijia

Les deux belligérants s'accusent mutuellement depuis vendredi de bombarder cette centrale. "Nous continuons à appeler la Russie à cesser toutes ses opérations militaires dans et autour des centrales nucléaires ukrainiennes et à en redonner le contrôle à l'Ukraine", a exhorté lundi la Maison Blanche. Washington a affirmé qu'"heureusement, nous n'avons aucune indication d'une augmentation anormale des niveaux de radioactivité".

"Toute attaque contre des centrales nucléaires est une chose suicidaire", a pour sa part averti le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. "J'espère que ces attaques prendront fin. En même temps, j'espère que l'AIEA pourra accéder à la centrale"

Un référendum en préparation dans la province de Zaporijia

Dans la province de Zaporijia, en partie occupée, les autorités nommées par Moscou ont annoncé officiellement entamer des préparatifs en vue de l'organisation d'un référendum sur son rattachement à la Russie. La veille, Volodymyr Zelensky avait mis en garde les Russes contre de tels "référendums", les prévenant que s'ils persistent dans cette voie, "ils se fermeront à eux-mêmes toute possibilité de négociations avec l'Ukraine et le monde libre, dont ils auront certainement besoin à un moment donné".

Les convois de céréales continuent

Dans le même temps, les rotations régulières pour ravitailler les marchés agricoles mondiaux entamées la semaine dernière se sont poursuivies. Un cargo chargé de 60 000 tonnes de céréales a quitté pour la première fois depuis le début de la guerre Pivdenny, un des trois ports ukrainiens de la mer Noire concernés par l'accord qu'ont signé les belligérants le 22 juillet. Le ministère ukrainien des Infrastructures espère "atteindre un rythme de trois à cinq navires par jour" quittant le pays d'ici deux semaines.

Traité de désarmement mis à mal

En pleine offensive russe en Ukraine, Moscou "a officiellement informé" lundi Washington que tous les sites militaires russes soumis à des inspections américaines dans le cadre du traité de désarmement New Start en seraient "temporairement exemptés". Il s'agit notamment des bases de tir de missiles, ainsi que des bases aériennes et navales où se trouvent des engins nucléaires.

Pour rappel, New Start, qui limite les arsenaux des deux principales puissances nucléaires de la planète à un maximum de 1 550 ogives déployées chacune, est le dernier accord bilatéral du genre qui lie encore Washington et Moscou.

De nouvelles aides débloquées pour l'Ukraine

Washington a annoncé une nouvelle aide militaire d'un milliard de dollars à Kiev. Ce nouveau soutien comprend des munitions pour les systèmes d'artillerie de précision Himars, des missiles de courte et moyenne portées pour les systèmes de défense antiaérienne Nasams, ainsi que les redoutables Javelin, des armes antichars. De son côté, la Banque mondiale a annoncé qu'elle fournira 4,5 milliards de dollars à l'Ukraine grâce à des fonds apportés par les États-Unis, afin d'aider le gouvernement à faire face aux "besoins urgents engendrés par la guerre".

Un nouveau bilan divulgué par Washington

Au total, selon le Pentagone, "70 000 à 80 000 soldats" russes ont été tués ou blessés depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, le 24 février. Selon Colin Kahl, le numéro 3 du Pentagone, les forces ukrainiennes ont elles aussi subi de lourdes pertes, mais il n'a pas donné de chiffres précis. De son côté, Kiev a fait état d'au moins 10 000 morts et 30 000 blessés au sein de ses troupes.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article