Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du samedi 20 août

Publié le par franceinfo avec AFP France Télévisions

Un bombardement russe dans le sud de l'Ukraine, près d'une centrale nucléaire, a fait douze blessés samedi selon les autorités ukrainiennes.  

Selon les autorités ukrainiennes, douze Ukrainiens ont été blessés le 20 août 2022 dans un bombardement russe à Voznesensk (Ukraie), ville située non loin d'une centrale nucléaire dans le sud du pays.  (HANDOUT / UKRAINIAN STATE EMERGENCY SERVICE / AFP)

Selon les autorités ukrainiennes, douze Ukrainiens ont été blessés le 20 août 2022 dans un bombardement russe à Voznesensk (Ukraie), ville située non loin d'une centrale nucléaire dans le sud du pays. (HANDOUT / UKRAINIAN STATE EMERGENCY SERVICE / AFP)

L'armée ukrainienne a fait état de tentatives d'offensives russes notamment dans la région de Donetsk (Ukraine), samedi 20 août, près des localités de Bakhmout, Zaïtsevé et Kodema. "Les combats se poursuivent", a précisé l'état-major des forces armées ukrainiennes dans un communiqué. Un bombardement russe dans le sud de l'Ukraine, dans la région de Mykolaïv, a fait douze blessés selon le parquet, tandis qu'une nouvelle attaque au drone a visé l'état-major de la Flotte russe de la mer Noire à Sébastopol, dans la péninsule annexée de Crimée. Franceinfo revient sur les faits marquants du samedi 20 août sur le front de la guerre en Ukraine.

Bombardement russe près d'une centrale nucléaire

Selon les autorités ukrainiennes, douze Ukrainiens ont été blessés samedi dans un bombardement russe à Voznesensk, ville située non loin d'une centrale nucléaire dans le sud du pays. 

"Selon des informations préliminaires, douze personnes dont trois enfants ont été blessés. Deux enfants sont dans un état grave" après cette attaque dans la région de Mykolaïv, a annoncé le parquet sur Telegram.

La frappe a touché un immeuble résidentiel et plusieurs maisons à Voznesensk, où vivent une trentaine de milliers de personnes, a précisé sur Facebook le service d'Etat pour les situations d'urgence, publiant des images d'un bâtiment éventré.

L'état-major de la Flotte russe de la mer Noire visé

Une nouvelle attaque au drone a visé samedi l'état-major de la Flotte russe de la mer Noire à Sébastopol, sans faire de blessés, a annoncé le gouverneur de cette ville de la péninsule annexée de Crimée, Mikhaïl Razvojaïev. "Le drone a été abattu juste au-dessus de l'état-major de la Flotte, il est tombé sur le toit et a pris feu", a-t-il écrit sur Telegram.

L'incident "n'a pas fait de graves dégâts", ni de blessés, a précisé cette même source, rejetant la responsabilité de l'attaque sur les forces ukrainiennes.

Il s'agit, en moins d'un mois, de la deuxième attaque au drone contre l'état-major de la Flotte russe de la mer Noire à Sébastopol. Le 31 juillet, un drone s'était posé dans la cour de l'état-major de la Flotte, faisant cinq blessés parmi ses employés et provoquant l'annulation de festivités prévues ce jour-là, à l'occasion de la Journée de la Flotte russe. Cette attaque intervient dans un contexte de multiplication des explosions et des attaques visant des infrastructures militaires russes en Crimée.

Un appel à lever les "entraves" à l'exportation des engrais et produits agricoles russes

Les engrais et produits agricoles russes doivent pouvoir accéder aux marchés mondiaux "sans entrave", au risque d'une crise alimentaire mondiale dès l'an prochain, a lancé samedi le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

"Il est important que les gouvernements et le secteur privé coopèrent pour les faire parvenir sur le marché", a-t-il plaidé à Istanbul (Turquie) depuis le Centre de coordination conjointe (CCC), qui supervise l'application de l'accord sur l'exportation des céréales ukrainiennes signé en juillet par Kiev et Moscou, sous l'égide de l'ONU et de la Turquie. Cet accord garantit également à la Russie de pouvoir exporter ses produits agricoles et ses engrais malgré les sanctions occidentales.

Le secrétaire général de l'ONU a déclaré qu'en dépit de cela, les exportations d'engrais et de produits agricoles russes se heurtaient encore à des "obstacles""Sans engrais en 2022, il n'y aura peut-être pas assez de nourriture en 2023", a-t-il alerté. "Faire sortir plus de nourriture et d'engrais d'Ukraine et de Russie est essentiel pour apaiser les marchés (...) et faire baisser les prix pour les consommateurs."

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article