Guerre en Ukraine : échec des négociations en Turquie, les chars russes aux portes de Kiev

Publié le par Sud Ouest avec AFP

Alors que les bombardement de civils se poursuivent, l’étau russe se resserre. A Antalya, les pourparlers entre ministres russe et ukrainien des Affaires étrangères ont échoué

Une colonne de chars russes attaquée près de Kiev, ce jeudi © Crédit photo : Capture d’écran Twitter

Une colonne de chars russes attaquée près de Kiev, ce jeudi © Crédit photo : Capture d’écran Twitter

Le bombardement meurtrier d’un hôpital pédiatrique par les forces russes dans la ville assiégée de Marioupol a provoqué l’indignation des autorités ukrainiennes et des Occidentaux, alors que l’armée russe se rapproche de Kiev, selon l’état-major ukrainien.

Cette attaque est intervenue à la veille des discussions, en Turquie, entre les ministres russe et ukrainien des Affaires étrangères; Un premier face-à-face depuis le début de l’offensive russe en Ukraine il y a deux semaines qui s’est soldé par un échec.

En fin de journée, Moscou a annoncé que des couloir d’évacuation étaient ouverts., mais vers la Russie, tandis que ses chars continuent leur encerclement de Kiev, avec des combats de plus en plus proches de la ville.

Guerre en Ukraine : échec des négociations en Turquie, les chars russes aux portes de Kiev

22 h 23. Washington juge que Kiev n’a pas vraiment besoin d’avions de combat

Les Etats-Unis ont affirmé ce soir que l’Ukraine n’avait pas vraiment besoin d’avions de combat pour contrer les attaques russes, mais ont envisagé de lui fournir davantage de systèmes de défense sol-air.

«Quand on analyse la destruction semée par le Kremlin sur des régions d’Ukraine, c’est essentiellement dû à des missiles», «à des roquettes», «à des tirs d’artillerie», a-t-il estimé. «Les avions ne sont pas les mieux placés pour éliminer ces armes.»

Selon Ned Price, l’armée ukrainienne dispose d’ailleurs encore de «plusieurs escadrons d’avions» en état de voler.

21 h 32. Gerhard Schröder à Moscou pour rencontrer Poutine

L’ex-chancelier allemand Gerhard Schröder, critiqué pour ses liens avec la Russie, était ce jour à Moscou pour discuter avec Vladimir Poutine de l’invasion de l’Ukraine, affirme le site d’information Politico.

Arrivé à Moscou via la Turquie, l’ancien dirigeant social-démocrate, âgé de 77 ans, aurait été sollicité, dans le cadre d’un «effort de médiation», par un membre de la délégation ukrainienne qui a mené jeudi des pourparlers avec la partie russe à Antalya (Turquie).

Le gouvernement allemand a assuré n’avoir pas été informé de cette visite. 

20 h 12. Moscou annonce des couloirs humanitaires quotidiens vers la Russie

La Russie a affirmé qu’elle ouvrirait chaque jour des couloirs humanitaires pour permettre aux Ukrainiens fuyant les combats de rejoindre son territoire, alors que Kiev réclame des couloirs permettant l’évacuation de civils à l’intérieur de l’Ukraine.

«Nous annonçons officiellement que des couloirs humanitaires pour la Fédération de Russie seront désormais ouverts unilatéralement, sans coordination, chaque jour à partir de 10 heures du matin», a déclaré le ministère russe de la Défense cité par les agences de presse russes. Les couloirs allant «dans d’autres directions seront négociés avec la partie ukrainienne», a-t-il ajouté.

18 h 40. Des chars russes ou nord-est de Kiev

Sur le terrain des combats, des colonnes de fumée s’échappent du village de Skybyn, à quelques centaines de mètres du dernier barrage des forces ukrainiennes avant l’entrée de la capitale au nord-est. Des chars russes étaient déjà parvenus dans ses faubourgs nord et ouest.

Selon l’état-major ukrainien, les forces russes, tout en continuant leur «opération offensive» pour encercler la capitale, attaquent sur d’autres fronts, dans l’est, les villes d’Izioum, de Petrovske, de Hrouchouvakha, de Soumy et d’Okhtyrka ou dans les régions de Donetsk et de Zaparojie.

18 h 09. La Russie qualifie la frappe contre l’hôpital de Marioupol de «mise en scène»

L’armée russe a qualifié de «mise en scène» de «nationalistes» ukrainiens la frappe la veille ayant visé une maternité et un hôpital pédiatrique de la ville encerclée de Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine.

«L’aviation russe n’a accompli aucune mission de destruction de cibles dans la région de Marioupol», a assuré le porte-parole du ministère de la Défense, Igor Konachenkov. «La prétendue frappe aérienne est une mise en scène totale à des fins de provocation afin d’entretenir l’agitation antirusse du public occidental», a-t-il ajouté.

17 h 57. Bombardement d’une maternité : Macron condamne «un acte de guerre indigne»

Le président français Emmanuel Macron a condamné «avec la plus grande fermeté» le bombardement russe d’un établissement abritant une maternité et un hôpital pédiatrique à Marioupol en Ukraine, qui est «un acte de guerre indigne».

L’«objectif manifeste» de ce bombardement était «de tuer des civils, femmes et enfants en particulier», a ajouté M. Macron, en se disant «inquiet» et «pessimiste» sur le conflit en Ukraine, avant un sommet de l’UE à Versailles, près de Paris.

17 h 41. La popularité du président Zelensky s’envole de 31 % à 91 % avec le conflit

Depuis le début de la guerre, la popularité du président Volodymyr Zelensky s’est envolée, passant de 31 % le 21 décembre dernier à 91 %, selon un sondage du Ratings Sociological Group, relayé par L’Opinion. Désormais, neuf citoyens sur dix lui apportent leur soutien.

Son attitude ferme sur la scène internationale et sa volonté de poursuivre le dialogue pour tenter de trouver un compromis avec la Russie plaît aux Ukrainiens. Tout comme sa détermination à rester dans Kiev malgré l’avancée de l’armée russe. 

17 h 22. Ukraine : Il n’existe «pas de procédure rapide d’adhésion à l’UE»

Il n’existe «pas de procédure rapide d’adhésion à l’UE», a rappelé le Premier ministre néerlandais Mark Rutte à Versailles, alors que l’Ukraine a déposé une candidature dans l’espoir de rejoindre «sans délai» le bloc des Vingt-Sept.

16 h 59. D’autres sanctions contre Moscou possibles vu les atrocités, selon Yellen

Les États-Unis et ses alliés européens pourraient imposer des sanctions supplémentaires à la Russie, a déclaré la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, évoquant les «atrocités» contre les civils qui «semblent s’intensifier».

Elle a par ailleurs estimé que les sanctions prises à ce jour ont «dévasté» l’économie russe.

16 h 22. Goldman Sachs, première grande banque américaine à quitter la Russie

La banque d’affaires américaine Goldman Sachs a annoncé qu’elle allait se retirer de Russie, devenant ainsi le premier grand établissement de Wall Street à prendre ses distances avec Moscou après l’invasion de l’Ukraine. Citigroup, bien plus exposée en Russie, étudie la possibilité de faire la même chose.

15 h 43. La Russie maintient toutes ses exportations énergétiques, y compris via l’Ukraine

Le président russe Vladimir Poutine a souligné jeudi que son pays maintenait toutes ses livraisons d’hydrocarbures en dépit du conflit en Ukraine et des sanctions occidentales, jugeant la Russie pas responsable de l’envolée des cours mondiaux.

«Nous respectons toutes nos obligations en matière d’approvisionnements énergétiques», a-t-il souligné lors d’une réunion gouvernementale, soulignant que «tous les volumes» étaient livrés à l’Europe comme ailleurs et que même le «système de transport de gaz de l’Ukraine est rempli à 100%».

15 h 38. La banque centrale russe suspendue de la banque des règlements internationaux

La banque centrale russe a été suspendue de la Banque des règlements internationaux (BRI), a indiqué une porte-parole de cette institution considérée comme la banque centrale des banques centrales.

L’institution, qui a dit se conformer aux sanctions internationales, a suspendu l’accès de la Banque centrale de la Fédération de Russie à «tous les services de BRI», à précisé sa porte-parole.

15 h 25. 100 milliards de dollars de dégâts en Ukraine

Les dégâts provoqués par la guerre en Ukraine sont pour l’heure estimés à 100 milliards de dollars, selon des évaluations préliminaires, a indiqué jeudi Oleg Ustenko, le conseiller économique du président ukrainien.

Le conseiller de Volodymyr Zelensky a également souligné que l’Ukraine vivait «un vrai désastre» et c’est bien «plus grave que n’importe lequel d’entre nous aurait pu l’imaginer». Il a aussi évoqué l’important travail de reconstruction à venir alors que routes, ponts, hôpitaux ont été détruits.

14 h 46. 71 enfants tués depuis le début de l’offensive russe

Au moins 71 enfants ont été tués en Ukraine depuis le début de l’offensive russe le 24 février, et plus de 100 blessés, a annoncé Liudmyla Denisova, chargée des droits humains auprès du Parlement ukrainien.

13 h 51. La moitié de la population de Kiev a fui depuis le début de l’invasion russe 

La moitié de la population de l’agglomération de Kiev a fui depuis le début de l’invasion russe en Ukraine le 24 février, a annoncé jeudi le maire de la capitale ukrainienne Vitali Klitschko.

13 h 34. La Russie interdit d’exporter certaines marchandises et équipements étrangers

La Russie a interdit jeudi l’exportation de certaines marchandises et équipements du pays, pour faire face aux sévères sanctions économiques adoptées à son encontre par les Occidentaux pour le conflit en Ukraine.

Selon gouvernement, cette interdiction concerne certaines technologies liées aux télécommunications, à la médecine, des machines agricoles ou encore des équipements électriques. L’exportation de certains types de bois vers des pays «inamicaux» est aussi restreinte.

13 h 23. Le gouvernement «anticipe» jusqu’à «100 000 réfugiés» fuyant vers la France

Le gouvernement français anticipe l’arrivée possible dans les prochaines semaines en France de «50 000, peut-être 100 000» personnes fuyant le conflit en Ukraine et «se prépare» à organiser leur accueil, a annoncé jeudi le coordinateur de la cellule interministérielle de crise (CIC).

«Nous devons anticiper pour être prêts le cas échéant à accueillir 50 000, peut-être 100 000 réfugiés», a déclaré le préfet Joseph Zimet lors d’une conférence de presse au ministère de l’Intérieur, à l’issue de la première réunion de cette cellule de crise.

13 h 02. La France et l’Allemagne exigent de la Russie un “cessez-le-feu immédiat”

Une solution à la guerre en Ukraine doit passer par des « négociations entre l’Ukraine et la Russie », ont déclaré au président russe Vladimir Poutine les dirigeants français et allemand lors d’un entretien téléphonique jeudi.

« MM. Macron et Scholz ont insisté sur le fait que toute solution à cette crise devait passer par des négociations entre l’Ukraine et la Russie », a indiqué une source gouvernementale allemande. Lors de cet entretien, la France et l’Allemagne ont également « exigé de la Russie un cessez-le-feu immédiat ».

11 h 49. La maternité de Marioupol servait de base à des nationalistes ukrainiens, selon le ministre russe Lavrov

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a justifié jeudi le bombardement d’une maternité dans la ville ukrainienne assiégée de Marioupol, dont le bâtiment servait selon lui de base à un bataillon nationaliste.

« Cette maternité a été reprise depuis longtemps par le bataillon Azov et d’autres radicaux, et toutes les femmes en couches, toutes les infirmières et tout le personnel de soutien ont été mis à la porte », a assuré Lavrov à l’issue de pourparlers avec son homologue ukrainien en Turquie.

11 h 06. Pourparlers d’Antalya : « Pas de progrès sur un cessez-le-feu », selon le ministre ukrainien

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba a regretté jeudi l’absence de progrès sur un cessez-le-feu dans son pays, lors des entretiens avec son homologue russe Serguei Lavrov dans le sud de la Turquie.

« Nous avons évoqué un cessez-le-feu mais aucun progrès n’a été accompli en ce sens », a-t-il déclaré devant la presse, ajoutant cependant qu’avec Serguei Lavrov, ils avaient décidé de « poursuivre leurs pourparlers dans ce format ».

Selon lui, son homologue russe Sergueï Lavrov lui a assuré que la Russie « allait continuer (son) agression jusqu’à ce que nous acceptions leur demande de capituler ». Mais « l’Ukraine ne s’est pas rendue, ne se rend pas et ne se rendra pas », a-t-il martelé face aux journalistes.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba ce jeudi lors des pourparlers à Antalya CEM OZDEL/AFP

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba ce jeudi lors des pourparlers à Antalya CEM OZDEL/AFP

10 h 30. Le Kremlin va se « renseigner » sur le bombardement de la maternité de Marioupol

Le Kremlin a indiqué qu’il allait interroger son armée sur le bombardement d’une maternité de la ville ukrainienne assiégée de Marioupol, qui selon les autorités locales a été touchée par une frappe russe.

« Nous allons obligatoirement nous renseigner auprès de nos militaires, car nous, comme vous, n’avons pas une information claire sur ce qu’il s’est passé, et a priori, les militaires nous donnerons des informations », a indiqué lors d’un briefing à la presse, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui a condamné un « crime de guerre », a partagé des vidéos montrant la destruction après un raid aérien de l’établissement, qui abritait une maternité et un hôpital pédiatrique, à Marioupol. HANDOUT/AFP

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui a condamné un « crime de guerre », a partagé des vidéos montrant la destruction après un raid aérien de l’établissement, qui abritait une maternité et un hôpital pédiatrique, à Marioupol. HANDOUT/AFP

10 h 14. La France suspend les procédures d’adoption pour les enfants d’Ukraine et de Russie

Les procédures d’adoption internationale d’enfants résidant en Russie et en Ukraine sont suspendues en France en raison de la guerre en Ukraine, selon deux arrêtés publiés jeudi au Journal officiel.

10 h 07. Début de la rencontre des chefs des diplomaties russe et ukrainienne en Turquie

Les pourparlers entre les ministres des Affaires étrangères de Russie Serguei Lavrov et d’Ukraine Dmytro Kuleba ont commencé dans le sud de la Turquie en présence de leur homologue turc, a confirmé un diplomate turc.

Il s’agit de la première rencontre à ce niveau depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février, il y a tout juste deux semaines.

9 h 50. La Russie ne participera plus au Conseil de l’Europe

La Russie ne participera plus au Conseil de l’Europe, a annoncé jeudi l’agence de presse TASS citant le ministère russe des Affaires étrangères, rapporte Reuters. Le ministère a déclaré dans un communiqué que les pays de l’OTAN et de l’Union européenne sapaient l’organe européen conçu pour défendre les droits de l’homme, l’État de droit et la démocratie.

9 h 13. Moscou accuse le Pentagone d’avoir financé en Ukraine des recherches sur des armes biologiques

Le ministère russe de la Défense a accusé jeudi les États-Unis d’avoir financé un programme d’armes biologiques en Ukraine, affirmant avoir trouvé des preuves en ce sens dans des laboratoires ukrainiens.

« L’objectif de ces recherches biologiques financées par le Pentagone en Ukraine était de créer un mécanisme de propagation furtive de pathogènes meurtriers », a dit dans son briefing matinal sur le conflit en Ukraine le porte-parole du ministère, Igor Konachenkov.

8 h 57. Des frappes « inhumaines et lâches », selon Gabriel Attal

Le porte-parole du gouvernement français Gabriel Attal a dénoncé jeudi des frappes « inhumaines et lâches » après le bombardement mercredi d’un hôpital pour enfants par les forces russes dans la ville assiégée de Marioupol en Ukraine.

« Je veux le dire au nom du gouvernement français : les frappes de la Russie contre l’hôpital pédiatrique de Marioupol sont inhumaines et lâches. Ce sont des femmes, des enfants, des soignants qui ont été ciblés, c’est inqualifiable et nous appelons à nouveau au cessez-le-feu », a-t-il déclaré.

8 h 43. Trois personnes dont une fillette tuées à l’hôpital pédiatrique de Marioupol

Trois personnes, dont un enfant, ont été tuées dans le bombardement russe d’un hôpital pédiatrique à Marioupol (est) mercredi, a annoncé jeudi la mairie de cette ville portuaire.

« Trois personnes ont péri, dont une fillette », a indiqué la municipalité sur Telegram. Le précédent bilan publié la veille par les autorités faisait état de 17 personnes blessées.

8 h 27. Déjà près de 7 000 réfugiés ukrainiens accueillis en France

Élan de générosité « colossal », propositions d’hébergement par milliers, délivrance express de papiers : la France s’est organisée pour offrir un accueil sur mesure aux réfugiés ukrainiens. Mercredi, 6 823 déplacés (dont 6 540 Ukrainiens) avaient rejoint la France. Parmi eux, plus de 3 000 sont d’ores et déjà pris en charge en hébergement d’urgence, comme des gymnases ou des hôtels, essentiellement en Île-de-France. Une semaine seulement après les premières arrivées, 265 enfants ukrainiens sont déjà inscrits dans les écoles françaises.

8 h 07. L’Union européenne n’enverra pas d’avions à l’Ukraine, selon Josep Borrell

« L’Union européenne n’enverra pas d’avions à l’Ukraine », a fait savoir ce jeudi au micro de « Franceinfo » le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, même s’il estime que les États membres peuvent le faire de leur propre initiative. Selon lui, « il faut aider l’Ukraine, mais il faut éviter l’escalade ».

Il a notamment accusé la Russie et Vladimir Poutine de viser délibérément les civils.

6 h 44. Les forces russes poursuivent leur opération pour encercler Kiev

L’État-major ukrainien a indiqué que les forces russes poursuivaient leur « opération offensive » pour encercler Kiev, tout en attaquant sur d’autres fronts les villes d’Izioum, de Petrovske, de Hrouchouvakha, de Soumy, d’Okhtyrka, ou dans les régions de Donetsk et Zaparojie.

Des colonnes de chars russes ne se trouvaient plus mercredi qu’à une quinzaine de kilomètres, à proximité de Brovary. À 30 km de cette localité, des combats ont également eu lieu près de Rusaniv, ont indiqué des soldats ukrainiens.

Guerre en Ukraine : échec des négociations en Turquie, les chars russes aux portes de Kiev

6 h 36. L’Union européenne en sommet de crise à Versailles pour s’affirmer face à la guerre en Ukraine

Les chefs d’État et de gouvernement de l’UE vont tenter jeudi et vendredi à Versailles de poser les fondations d’une Europe plus souveraine après le choc de l’invasion russe en Ukraine qui a exposé ses faiblesses.

6 h 30. Volodymyr Zelensky dénonce un « un crime de guerre »

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui a condamné un « crime de guerre », a partagé des vidéos montrant la destruction - après un raid aérien - de l’établissement, qui abritait une maternité et un hôpital pédiatrique, à Marioupol, port stratégique sur la mer d'Azov (sud-est). La Maison Blanche a de son côté dénoncé un usage « barbare » de la force contre des civils, et le Premier ministre britannique Boris Johnson a qualifié le bombardement d'« immoral ».

« Il n’y a aucun enfant » parmi les blessés et « aucun mort », selon un bilan fourni par les autorités locales. Le gouvernement russe n’a pas nié l’attaque, mais a affirmé que des « bataillons nationalistes » ukrainiens utilisaient l’hôpital comme base de tirs.

6 h 24. 35 000 civils évacués de villes ukrainiennes

Le chef de l’administration militaire de la région de Soumy, Dmytro Jivitsky a indiqué jeudi que deux femmes et un garçon de 13 ans venaient d’être tués lors d’un bombardement nocturne à Velyka Pysarivka. Il a aussi annoncé que trois couloirs humanitaires, avec au point de départ différent, devraient ouvrir jeudi pour évacuer des habitants de la région vers la ville de Poltava.

La Russie et l’Ukraine se sont entendues mercredi sur des cessez-le-feu pour permettre d’établir des couloirs humanitaires autour de zones durement frappées ces derniers jours par les combats. Au moins 35 000 civils ont été évacués mercredi de Soumy, d’Enerhodar et de zones proches de la capitale Kiev, a annoncé le président Zelensky mercredi soir. Plusieurs couloirs étaient également prévus afin de laisser se replier, vers Kiev, les habitants de villes à l’ouest de la capitale.

Les réfugiés attendent leur transport après avoir traversé la frontière polonaise au poste-frontière de Medyka, dans le sud-est de la Pologne, le 9 mars 2022. LOUISA GOULIAMAKI/AFP

Les réfugiés attendent leur transport après avoir traversé la frontière polonaise au poste-frontière de Medyka, dans le sud-est de la Pologne, le 9 mars 2022. LOUISA GOULIAMAKI/AFP

6 h 16. La Turquie réunit les chefs de la diplomatie russe et ukrainien

Ce jeudi, Serguei Lavrov et son homologue ukrainien Dmytro Kuleba seront reçus par le ministre turc Mevlut Cavusoglu à Antalya (sud), station balnéaire prisée des touristes russes.

Mercredi, Dmytro MKuleba a assuré dans une vidéo sur Facebook qu’il ferait tout pour que les « pourparlers (soient) les plus efficaces possible » tout en confiant avoir des « attentes limitées ». « Je n’ai pas grand espoir mais nous ferons tout pour en retirer le maximum », a-t-il dit, affirmant que « tout dépendra des instructions que Lavrov aura reçues avant ces discussions ».

6 h 07. Premier vote au Congrès pour le budget américain avec 14 milliards de dollars pour l’Ukraine

Les élus américains de la Chambre des représentants ont adopté mercredi soir un nouveau budget fédéral américain qui comprend une enveloppe de près de 14 milliards de dollars pour la crise ukrainienne. Le texte, qui comprend un volet économique et humanitaire, mais aussi des livraisons d’armes et de munitions pour Kiev, doit désormais être voté au Sénat. Le FMI a également approuvé mercredi une aide d’urgence d’un montant de 1,4 milliard de dollars en faveur de l’Ukraine.

6 h 00. Sony et Nintendo suspendent leurs expéditions vers la Russie

Les géants japonais du jeu vidéo Sony et Nintendo ont annoncé la suspension de leurs expéditions à destination de la Russie, rejoignant un nombre croissant d’entreprises se désengageant du pays après l’invasion russe de l’Ukraine.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article