Guerre en Ukraine: Kiev reconnaît la mort de 9000 de ses soldats

Publié le par BFMTV par A.A. avec AFP

La précédente estimation donnée par le gouvernement ukrainien remontait à avril dernier, lorsque Volodymyr Zelensky avait parlé de 3000 soldats tués.
Des soldats ukrainiens dans la région du Donbass, le 9 juin 2022 - ARIS MESSINIS / AFP

Des soldats ukrainiens dans la région du Donbass, le 9 juin 2022 - ARIS MESSINIS / AFP

Un chiffre rarement dévoilé. L'Ukraine a reconnu lundi que près de 9000 de ses soldats avaient été tués depuis le début de l'invasion russe, il y a six mois.

S'exprimant devant un forum à Kiev, le commandant en chef de l'armée ukrainienne, le général Valery Zaloujny, a déclaré que des enfants ukrainiens avaient besoin d'une attention particulière car leurs pères étaient partis sur le front et "se trouvaient probablement parmi près de 9000 héros qui avaient été tués".

Il s'agit d'une des rarissimes déclarations de responsables ukrainiens au sujet de pertes militaires de Kiev dans cette guerre, lancée le 24 février par Moscou et qui a mis l'Ukraine à feu et à sang. La précédente estimation date de la mi-avril, lorsque le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait évoqué le chiffre de 3000 militaires ukrainiens tués et environ 10.000 blessés depuis le début de l'offensive russe.

Une guerre "conventionnelle" et "à grande échelle"

Alors que de nombreux pays européens fournissent de l'équipement militaire à l'Ukraine, l'UE envisage d'organiser une mission "d'entraînement et d'assistance" à l'armée ukrainienne qui se déroulerait dans les pays voisins, a précisé lundi le Haut représentant de l'UE pour la politique étrangère, Josep Borrell.

La proposition sera discutée la semaine prochaine à Prague lors du Conseil des ministres de la Défense des pays membres de l'UE.

"Une guerre qui dure et qui semble devoir durer nécessite un effort non seulement en termes de fourniture d'équipement, mais aussi d'entraînement et d'assistance à l'organisation de l'armée", a commenté Josep Borrell lors d'une conférence de presse en Espagne.

"Nous sommes face à une guerre à grande échelle", "une guerre conventionnelle" avec "de moyens extraordinairement importants et des centaines de milliers de soldats" , a-t-il expliqué. "Il ne s'agit pas d'une petite guerre", a insisté le Haut représentant de l'UE, de nationalité espagnole. "Dix millions d'Ukrainiens ont quitté leur pays, c'est comme si 20% des Espagnols avaient quitté l'Espagne".

"On est dans un moment où le front se stabilise. Même si l'armée russe continue de tenter des offensives (limitées), on voit un essoufflement; Moscou est en position défensive sur une grande partie du front et une partie de son arrière en Ukraine", a déclaré à l'AFP Dimitri Minic, chercheur au Centre Russie/NEI de l'Institut français des relations internationales (IFRI).

100 soldats tués lundi selon la Russie

Deux avions de l'armée américaine vont survoler lundi plusieurs pays en Europe du Sud-Est, une nouvelle démonstration de force pour souligner "l'engagement" des États-Unis aux côtés des membres de l'Otan sur fond de guerre en Ukraine, a annoncé pour sa part le commandement américain. Lundi après-midi, les bombardiers du type B-52 Stratofortress basés au Royaume-Uni "effectueront des survols à basse altitude du Sud-Est de l'Europe", a expliqué l'armée dans un communiqué.

Sur le terrain en Ukraine, le ministère de la Défense russe a affirmé lundi que ses troupes avaient tué jusqu'à 100 soldats ukrainiens dans trois différentes localités de la région de Donetsk, 30 dans la région de Zaporijia, ainsi que 50 dans la région de Mykolaïv, dans l'est de l'Ukraine.

Des dizaines de véhicules blindés ukrainiens y ont été détruits, ainsi que huit postes de commandement, un lanceur de système de missiles antiaériens Buk-M1 et six dépôts d'armes et de munitions pour roquettes et artillerie, selon le ministère.

L'Ukraine nie son implication dans un assassinat en Russie

Les services de sécurité russes (FSB) ont accusé lundi les "services spéciaux" ukrainiens d'avoir tué la fille d'un idéologue réputé proche du Kremlin, morte samedi soir dans l'explosion de sa voiture près de Moscou.

Selon un communiqué du FSB cité par les agences de presse russes, la voiture conduite par Daria Douguina a été piégée par une femme de nationalité ukrainienne née en 1979, arrivée en Russie en juillet avec sa fille mineure. Cette femme ukrainienne se serait ensuite enfuie en Estonie avec sa fille.

Journaliste et politologue née en 1992, Daria Douguina était la fille d'Alexandre Douguine, un idéologue et écrivain ultranationaliste promouvant une doctrine expansionniste et farouche partisan de l'offensive russe en Ukraine. Mise en cause dès samedi par des médias russes estimant que la cible de l'attaque était en fait Alexandre Douguine, l'Ukraine avait démenti dimanche toute implication dans la mort de Douguina.

"L'Ukraine n'a certainement rien à voir avec l'explosion (de samedi), parce que nous ne sommes pas un État criminel", avait déclaré un conseiller de la présidence ukrainienne, Mikhaïlo Podoliak.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article