Guerre en Ukraine : quatre questions sur le référendum que l'occupant russe veut organiser à Zaporijjia

Publié le par franceinfo France Télévisions

Les autorités locales de la région de Zaporijjia, installées par Moscou, ont annoncé lundi vouloir organiser un référendum sur le rattachement de la région à la Russie. Celui-ci pourrait se dérouler au début de l'automne.

Un drapeau russe est installé sur une gare routière à Melitopol, dans la région de Zaporijjia (Ukraine), le 1er juillet 2022. (ALEXEI KONOVALOV / TASS / SIPA USA / SIPA)

Un drapeau russe est installé sur une gare routière à Melitopol, dans la région de Zaporijjia (Ukraine), le 1er juillet 2022. (ALEXEI KONOVALOV / TASS / SIPA USA / SIPA)

La région de Zaporijjia va-t-elle connaître le même sort que la Crimée ? Les autorités locales installées par Moscou ont annoncé, lundi 8 août, l'organisation prochaine d'un référendum sur l'appartenance de la région ukrainienne de Zaporijjia, dans le sud-est de l'Ukraine, à la Fédération de Russie. Alors que la région est occupée par les forces russes, la tenue d'un tel référendum inquiète les autorités ukrainiennes.

Qui est à l'origine de ce projet de référendum ?

Mi-juillet, le chef de l'administration civile et militaire mise en place dans la région de Zaporijjia, Evguéni Balitski, avait déjà exprimé sa volonté d'organiser un référendum dès le début automne pour rattacher la région à la Russie.

Lors d'un événement prorusse à Melitopol organisé lundi, le leader a officiellement lancé les préparatifs pour la tenue du référendum. "J'ai signé un ordre pour que la Commission électorale centrale commence à travailler à l'organisation d'un référendum sur le rattachement de la région de Zaporijjia à la Russie", a ainsi déclaré Evguéni Balitski.

Comment l'Ukraine a-t-elle réagi ?

Volodymyr Zelensky avait tenté la veille, dans son intervention quotidienne, de dissuader l'organisation d'un tel référendum. Ce vote rend selon lui impossible toute négociation de paix avec la Russie. "Si les occupants suivent la voie de ces pseudo-référendums, ils se fermeront toute possibilité de négociations avec l'Ukraine et le monde libre, dont ils auront certainement besoin à un moment donné", a déclaré le président ukrainien.

Dans cette même adresse, Volodymyr Zelensky a aussi tenté de dissuader la population d'y participer. "Quiconque aide les occupants de quelque manière que ce soit à réaliser leur intention sera tenu pour responsable. Ils seront responsables envers l'Ukraine."

La tenue d'un tel référendum va-t-elle à l'encontre du droit international ?

La région de Zaporijjia ne fait pas partie du territoire russe. En conséquence, la Russie ne peut pas faire voter un référendum sur un territoire qui ne lui appartient pas. Pour Anastasiya Shapochkina, maîtresse de conférences en géopolitique à Sciences Po, "cette annonce est illégale", car "elle ne rentre pas dans le droit de la Russie, dont la Constitution prévoit les règles du référendum".

La spécialiste des relations Europe-Russie, s'inquiète par ailleurs de voir la Russie chercher à truquer le référendum. "Il est possible que la Russie fasse venir à Zaporijjia une population qui lui est favorable pour voter", explique-t-elle.

Comment la Russie répond-elle à ces accusations ?

"Ce n'est pas nous qui organisons le référendum, ce sont les habitants de ces régions qui ont de tels projets", s'est défendu lundi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Il faut qu'il (le président ukrainien Zelensky) demande à ses citoyens pourquoi beaucoup d'entre eux ne veulent pas vivre dans son pays." En effet, si les autorités locales mises en place par Moscou disent vouloir organiser leur rattachement à la Russie, le Kremlin n'a pas officiellement affiché cet objectif.

Pourtant, sur place, les autorités locales d'occupation mènent une politique de russification intense. Les habitants sont poussés à prendre un passeport russe et le rouble a été introduit au détriment de la hryvnia, la monnaie ukrainienne. Par ailleurs, le système de protection sociale, les écoles et les entreprises sont à présent sous contrôle russe.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article