Guerre Ukraine-Russie : après six mois où en est le conflit ? Kiev défend son indépendance

Publié le par linternaute par Maxime Gil,

UKRAINE. Six mois que la guerre en Ukraine dure depuis l'invasion du pays par la Russie. Le 24 août 2022, Kiev fête son indépendance et entend remporter la guerre pour prouver son autonomie mais les frappes se poursuivent. Les dernières infos sur le conflit.

Guerre Ukraine-Russie : après six mois où en est le conflit ? Kiev défend son indépendance

Six mois de guerre et le conflit russo-ukrainien ne semble pas prêt de connaître sa fin. Le mercredi 24 août 2022 est une date doublement symbolique car en plus de marquer l'entrée dans un septième mois d'affrontements elle célèbre les 31 ans de l'indépendance de l'Ukraine et la volonté du pays de prouver son autonomie par rapport à la Russie de Vladimir Poutine. Cet anniversaire marqué par les affres de la guerre remet aussi du baume au cœur des Ukrainiens et de celui du président Volodymyr Zelensky. "Nous allons nous battre jusqu'au bout" a-t-il promis dans un discours ajoutant : "Nos larmes n'ont pas encore séché. Mais nous voulons et nous allons à nouveau sourire. C'est le jour de l'indépendance durant la guerre de l'indépendance".

L'Ukraine reste toutefois sur le qui-vive et s'attend à des représailles de la Russie pendant son jour de l'indépendance. Le 20 août le président ukrainien anticipait que Moscou pouvait "faire quelque chose de particulièrement dégoûtant" et "cruel" en ce jour de fête car "un des objectifs clefs de l'ennemi est de nous humilier". La menace des bombardements est bien réelle après une multiplication des attaques au mois d'août. Les deux camps ont souffert mais la Russie accuse Kiev d'avoir mener deux affronts en attaquant la Crimée et en ôtant la vie à Daria Douguina, la fille d'un idéologue russe proche du Kremlin. Selon le Kremlin, les "services spéciaux" ukrainiens seraient responsables de la mort de la journaliste mais aucune preuve ne corrobore ces accusations. La guerre en Ukraine se concentre aussi sur un front très sensible : la centrale nucléaire de Zaporijjia visée par plusieurs frappes début août. Moscou et Kiev s'accusent mutuellement d'être à l'origine des attaques et les renseignements ukrainiens ont estimé le 24 août que la Russie frappait la centrale pour "soulever des nuages de poussière radioactive". En réponse la communauté internationale a appelé à la "retenue" aux abords de la centrale de Zaporijjia dont l'attaque serait équivalent à un "suicide" a déclaré l'Onu le 19 août. Actualités, carte et bilan... Voici les clés pour suivre la guerre en Ukraine au jour le jour.

Six mois de guerre en Ukraine

La guerre en Ukraine déclenchée par l'invasion du pays de l'est de l'Europe par les troupes de Vladimir Poutine traîne en longueur et les objectifs de l'"opération militaire spéciale" de Moscou censée "dénazifier" l'Ukraine sont toujours flous. Six mois après le début des combats la pression ne retombe pas et les bombardements sont toujours légions dans un pays qui a reçu le soutien du monde entier (ou presque) quand son agresseur s'est vu être sanctionné à divers niveaux par les principaux pays du globe. Un soutien qui se renforce au fil des mois, le 24 août, jour de l'indépendance de l'Ukraine plusieurs dirigeants ont annoncé l'apport de nouvelles aides militaires ou financières à l'Ukraine. Washington a promis un aide de trois milliards de dollars pour fournir de l'équipement militaire à l'armée de Kiev et Berlin complète ce soutien avec la livraison de 500 millions d'euros d'armes dont "une douzaine de chars de dépannage, 20 lance-roquettes montés sur pick-up" et de munitions. Quelques jours auparavant, le représentant de l'Union européenne Josep Borrell avait envisagé l'envoi d'une mission de formation "d'entraînement et d'assistance" à l'armée ukrainienne mais l'idée doit encore être validée avec les ministres de la Défense européens.

Si la guerre en Ukraine dure, sa typologie a évolué. Après avoir multiplié les bombardements à divers endroits du pays, la Russie a concentré ses efforts dans l'est et le sud du pays où elle a pris le contrôle de plusieurs régions mais aussi de la centrale nucléaire du Zaporijjia et de tous les accès à la mer, des lieux hautement stratégiques. Les troupes russes et ukrainiennes poursuivent les offensives tandis que le bilan humain déjà dramatique continue de s'alourdir. La guerre a également des conséquences à l'échelle mondiale, notamment d'un point de vue financier.

Après une fulgurance, la guerre en Ukraine piétine

Lors de l'invasion de la Russie en Ukraine et pendant les premières semaines du conflit, les offensives russes ont eu raison de la défense ukrainienne et l'armée de Kremlin a avancé sur plus de 82 000 km² avant d'être stoppée par les lignes défensives des soldats de Kiev. Depuis la fin du printemps, les lignes de front n'ont que très peu évolué. Si la guerre n'est pas gelée, les conquêtes des deux camps ne permettent que de grignoter du terrain sur l'ennemi sans renverser le cours des combats et les rapports de force. Le constat de cette guerre presque stationnaire est une défaite de la Russie qui au lieu de prendre Kiev et de s'imposer sur l'ensemble de l'Ukraine, comme le prévoyait le plan initial de l'attaque, n'a pu mettre la main que sur la bande limitrophe russo-ukrainienne composée des territoires séparatistes pro-russes et sur une partie du sud du pays lui permettant de contrôler les accès à la mer.

La guerre en Ukraine s'est transformée en guerre d'usure où les efforts vont devenir continus sur les principales lignes de front. La victoire pourrait être une question d'endurance des armées. Sur ce point, la quantité d'équipements militaires russes a souvent été vantée mais elle n'a pas suffi pour prendre le dessus sur Kiev et selon les renseignements britanniques, cette masse russe connaît quelques faiblesses : "La Russie souffre d'un manque de munitions, de véhicules et de soldats. Le moral est au plus bas dans de nombreux rangs de l'armée de Moscou, qui est significativement dégradée" ont-ils indiqué le 24 août. En face, l'Ukraine ne dispose pas dans la plus grande armée mais peut compter sur le soutien de l'Occident et le moral est plus optimiste. Dans une interview pour l'Express publié le 24 août également, le président Volodymyr Zelensky a affirmé sa volonté de "restaurer [ses] frontières" et de "reprendre l'ensemble des territoires de l'Ukraine".

La centrale de Zaporijjia au cœur de la guerre en Ukraine ?

Dix jours après le début de la guerre en Ukraine, soit le 4 mars 2022, l'armée russe s'est emparée de la centrale de Zaporijjia dans le sud-est du pays. Cette prise de contrôle n'est pas anodine puisque depuis la Russie a la main mise sur la plus grande centrale nucléaire d'Europe faisant planer une menace directe sur l'Ukraine et l'Occident. Plusieurs frappes ont frôlé le site et les villes voisines mais les tensions se sont ravivées en août quand plusieurs bombardements ont touché un bâtiment de stockage radioactif et provoqué l'arrêt automatique d'un des six réacteurs. Moscou et Kiev s'accusent mutuellement d'être à l'origine des frappes. Reste qu'aux yeux de la communauté internationale la Russie est la première responsable de la dangerosité du site, l'Agence internationale de l'énergie atomique explique notamment que depuis la prise de contrôle aucune information sur l'activité du site n'est disponible.

L'Onu et le directeur générale de l'Agence de l'énergie atomique, Rafael Grossi, ont demandé à la suite des frappes l'envoi d'une mission d'inspection sur place "dans les meilleurs délais". Un appel à la "retenue" réitéré par les présidents français et américain, le chancelier allemand et le Premier ministre britannique le 21 août. Mais l'organisation attend encore de pouvoir se rendre sur place. Selon l'Elysée, le 19 août Emmanuel Macron et Vladirmir Poutine ont convenu lors d'un entretien téléphonique des risques que représente une attaque de la centrale nucléaire et le maître du Kremlin a accepté une visite de l'AIEA mais le son de cloche diffère du côté russe. "La partie russe a confirmé être prête à fournir aux inspecteurs de l'AIEA l'assistance nécessaire" peut-on lire dans le communiqué de Moscou publié après l'échange diplomatique, signe que la venue des inspecteurs n'est pas encore prévue par la Russie.

Le président ukrainien adopte un ton alarmiste pour décrire la situation à Zaporijjia comparant la centrale à une "bombe à retardement" et une menace pour l'Europe tant qu'elle est aux mains des Russes. L'AIEA plaide pour qu'un accord soit trouvé entre Moscou et Kiev et permette la venue des experts de l'agence. "La situation à la centrale nucléaire est alarmante", a-t-il indiqué sur Twitter. "Les actions militaires mettent en péril la sûreté et la sécurité nucléaires. Elles doivent cesser immédiatement. Une mission de l'AEIA nous permettrait de mener à bien les activités techniques nécessaires et d'exercer une influence stabilisatrice" a-t-il ajouté.

La Crimée, nouveau front de la guerre en Ukraine ?

La péninsule de Crimée était jusque-là plutôt épargnée par la guerre en Ukraine mais le feu a été ouvert en août 2022. Plusieurs sites militaires russes ont été visés au début du mois par des attaques ukrainiennes. Une stratégie grâce à laquelle Kiev a frappé fort, prouvant sa capacité à lancer des assauts plus importants et sur des lignes de front éloignées mais aussi montrant la volonté de l'Ukraine de récupérer la Crimée annexée par la Russie en 2014. Une annexion qui n'a jamais été reconnue par l'Ukraine ou la communauté internationale. Plusieurs dirigeants européens ont d'ailleurs rappelé l'illégalité de l'annexion russe de la péninsule de Crimée et le président turc Recep Tayyip Erdogan a répété le 23 août que "la rétrocession de la Crimée à l'Ukraine est une exigence du droit international". 

Le guerre russo-ukrainienne a débuté avec l'invasion et l'annexion de la Crimée en 2014 et la péninsule pourrait également être la conclusion du conflit qui a repris le 24 février 2022. "Le monde commence à comprendre qu'il a eu tort en 2014 en décidant de ne pas répondre de toutes ses forces aux premières actions agressives de la Russie. La guerre en Ukraine a commencé avec la Crimée et doit se terminer avec sa libération", a scandé le président ukrainien Volodymyr Zelensky le 9 août seulement quelques heures après les attaques en Crimée avant d'ajouter : "La Crimée est ukrainienne et nous n'y renoncerons jamais".

Actualités sur la guerre en Ukraine

Depuis six mois, l'Ukraine est donc en guerre contre la Russie. Une invasion qui a des conséquences directes sur le pays, tant sur la perte de contrôle de certains territoires que sur un bilan humain particulièrement lourd. Alors que les frontières de l'Ukraine sont en passe d'être redessinées par la Russie, le retour de la guerre aux portes de l'Union européenne a entraîné d'importants chamboulements jusqu'en France et même dans le monde entier, tant sur le plan géopolitique que financier. Les répercussions sur les prix de l'alimentaire ou encore de l'énergie ne se sont pas faites attendre, tandis que diverses sanctions internationales ont été prises. Découvrez ci-dessous les dernières actualités liées à la guerre en Ukraine.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article