Russie : ce que l’on sait de la mort de la fille du «guide spirituel de Poutine», tuée dans l’explosion de sa voiture

Publié le par Le Parisien

Selon un proche de la famille, interrogé par l’agence russe TASS, l’explosion pourrait être une tentative de meurtre visant Alexandre Douguine, père de Daria Douguina. L’Ukraine assure de ne pas être impliquée dans cette affaire.

Russie : ce que l’on sait de la mort de la fille du «guide spirituel de Poutine», tuée dans l’explosion de sa voiture

La fille du philosophe russe Alexandre Douguine, considéré comme le « guide spirituel de Poutine » et surnommé le « cerveau » du maître du Kremlin, Daria Douguina, a été tuée dans l’explosion de sa voiture près du village de Bolshie Vyazemy, dans la périphérie de Moscou samedi, a annoncé l’agence de presse russe TASS, relayé notamment par CNN, The Guardian et la BBC. Le Comité d’enquête russe a confirmé l’information dans un communiqué ce dimanche, précisant que la jeune femme « a été tuée sur les lieux ».

Que s’est-il passé ?

Selon Andrei Krasnov, chef du mouvement Russian Horizon, proche de la famille de la défunte et cité par l’agence TASS, Daria Douguina a « perdu le contrôle du véhicule alors qu’elle roulait à grande vitesse et a été propulsée à l’opposé de la route ». Ce dernier explique que « la voiture a pris feu immédiatement » après l’explosion, lorsqu’elle « a tourné vers l’autoroute de Mozhaiskoye, près du village de Bolshie Vyazemy ». Selon les enquêteurs du Comité, qui ont ouvert une enquête pour « homicide », un engin explosif a été placé dans le véhicule.

Pourquoi était-elle visée ?

Andrei Krasnov pense que l’explosion était une tentative de meurtre à l’encontre de son père Alexandre Douguine : « C’était la voiture de son père. Daria conduit une autre voiture habituellement, mais elle a conduit ce véhicule aujourd’hui, et Alexandre est parti dans une autre voiture ».

Promoteur de la doctrine « eurasiste », une sorte d’alliance entre l’Europe et l’Asie sous direction russe, Alexandre Douguine, qui influence une partie de l’extrême droite française, est visé depuis 2014 par les sanctions de l’Union européenne prises dans la foulée de l’annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par la Russie.

Qui était Daria Douguina ?

Née en 1992, Daria Douguina a, selon TASS, étudié à l’université de Moscou et avait été sanctionnée en mars 2022 par l’Office of Foreign Assets Control (OFAC), un organisme de contrôle financier, dépendant du Département du Trésor des États-Unis, pour sa contribution à un article sur le site Web United World International (UWI) suggérant que l’Ukraine « périrait » si elle était admise à l’OTAN.

Pour sa part, Daria Douguina était visée par des sanctions britanniques depuis juillet, Londres l’accusant de diffuser en ligne des « désinformations sur l’Ukraine ».

Qui est à l’origine de l’explosion ?

Si aucune preuve d’une éventuelle implication n’a pour le moment été trouvée sur les lieux du drame, le dirigeant de la République populaire de Donetsk (DNR), autoproclamée par les séparatistes prorusses dans l’Est de l’Ukraine, Denis Pouchiline a accusé ce dimanche les forces ukrainiennes d’être derrière l’assassinat de Daria Douguina. « Les terroristes du régime ukrainien ont tenté de liquider Alexandre Douguine, mais ont fait exploser sa fille », a affirmé M. Pouchiline sur Telegram.

« Si la piste ukrainienne se confirme (...) et elle doit être vérifiée par les autorités compétentes, il s’agira de la politique du terrorisme d’Etat mise en place par le régime de Kiev », a réagi de son côté, toujours sur Telegram, la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova.

Pour sa part, un conseiller de la présidence ukrainienne, Mikhaïlo Podoliak, a démenti toute implication ukrainienne dans cet attentat. « L’Ukraine n’a sans aucun doute rien à voir avec l’explosion d’hier, parce que nous ne sommes pas un Etat criminel », a affirmé M. Podoliak, lors d’une intervention télévisée.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article