Yves Coppens, codécouvreur de Lucy et visage de la paléontologie française, est mort

Publié le par Le Monde

Ancien directeur du Musée de l’homme et professeur émérite au Collège de France, le scientifique devait sa notoriété à la découverte, en 1974, de Lucy, l’australopithèque la plus célèbre du monde. Il s’est éteint mercredi à l’âge de 87 ans.

Yves Coppens chez lui à Paris en décembre 2016, tenant une reproduction du buste de Lucy. LIONEL BONAVENTURE / AFP

Yves Coppens chez lui à Paris en décembre 2016, tenant une reproduction du buste de Lucy. LIONEL BONAVENTURE / AFP

Le paléontologue français Yves Coppens, codécouvreur de Lucy, est mort mercredi 22 juin à l’âge de 87 ans, a annoncé son éditrice Odile Jacob.

« Yves Coppens nous a quittés ce matin. (…) Yves Coppens était un très grand savant, paléontologue de renommée mondiale, membre d’innombrables institutions étrangères, mais surtout professeur au Collège de France et membre de l’Académie des sciences », a écrit sur Twitter celle qui a édité un grand nombre de ses ouvrages. « Sa bienveillance, sa gentillesse, son humour, sa fidélité, son érudition n’avaient d’égal que son talent d’écrivain, de conteur, d’essayiste », a-t-elle ajouté.

Le scientifique est mort des suites d’une longue maladie, a précisé la maison d’édition à l’Agence France-Presse.

Travail de terrain

Yves Coppens est né à Vannes (Morbihan) le 9 août 1934. Il entre au CNRS en 1956 pour travailler sur la paléontologie des vertébrés. Il ne tarde pas à se rendre sur le terrain. A partir de 1960, il mène en particulier des recherches sur le site de Menalla, dans le désert du Djourab, au Tchad. Il y découvre en 1961 son premier hominidé, Tchadanthropus uxoris, d’1 million d’années. C’est sur ce site que Michel Brunet (université de Poitiers, CNRS) découvrira, quarante ans plus tard, le crâne de Toumaï, un préhumain de 7 millions d’années. Cette découverte de Tchadanthropus uxoris scellera l’entrée d’Yves Coppens dans le monde des médias. En 1963, le prix de la Fondation de la vocation, décerné par Marcel Bleustein-Blanchet, lui ouvre les portes de Publicis, qui l’accueille dans ses murs pour la présentation de ses travaux à la presse.

En 1969, il est appelé à la sous-direction du Musée de l’homme. Il en prend la direction en 1980, en même temps qu’il devient professeur au Muséum national d’histoire naturelle (chaire d’anthropologie). Entre-temps, il se rend dans la vallée de l’Omo, en Ethiopie, haut lieu des découvertes d’hominidés et de faunes anciennes. A la demande de Haïlé Sélassié, empereur d’Ethiopie, le paléoanthropologue britannique Louis Leakey organise une expédition internationale à laquelle participe Yves Coppens. Il y met au jour Australopithecus aethiopicus (2,5 millions d’années). Puis le scientifique français dirige ses pas vers l’Afar, dans l’est de l’Ethiopie. C’est alors en 1974 la découverte de Lucy (Australopithecus afarensis), avec le Français Maurice Taïeb et l’Américain Donald Johanson. Les cinquante-deux os de Lucy (un squelette humain en comporte 206) permettront de reconstituer son poids, son âge et de découvrir que les préhumains marchaient et grimpaient aux arbres.

En 1983, Yves Coppens devient titulaire de la chaire de paléoanthropologie et préhistoire du Collège de France. Deux ans plus tard, il est élu membre de l’Académie des sciences.

Biographie

  • 1934 Naissance à Vannes.
  • 1974 Découverte de Lucy.
  • 1980 Directeur du Musée de l’homme. Professeur au Muséum national d’histoire naturelle.
  • 1983 Professeur au Collège de France.
  • 2004 Conseiller scientifique sur le film Homo sapiens.
  • 2022 Mort, à 87 ans.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article