Anny Duperey : “Il grattait toujours là où cela faisait mal”, ses confidences bouleversantes sur Patrick Dewaere

Publié le par Gala par Amandine Sanchez

À l'occasion de la diffusion du documentaire consacré à Patrick Dewaere, ce vendredi 21 octobre sur France 5, Anny Duperey, avec qui il a partagé l'affiche à deux reprises, a évoqué ses souvenirs douloureux au Figaro.

Crédits photos : CEDRIC PERRIN / BESTIMAGE

Crédits photos : CEDRIC PERRIN / BESTIMAGE

Ce vendredi 21 octobre, France 5 diffusait Patrick Dewaere, mon héros, un documentaire raconté par Lola, sa fille, qui avait 2 ans et demi lorsqu'il a mis fin à ses jours en 1982. À l'occasion de ce témoignage poignant mis en scène par Alexandre Moix, le frère de l'écrivain et chroniqueur Yann Moix, Anny Duperey a tenu à rendre hommage à son ancien ami. Quarante ans après sa mort, Patrick Dewaere reste en effet très présent dans l'esprit de sa partenaire à l'écran. Interrogée par Le Figaro ce 21 octobre, la comédienne de 75 ans a décrit l'état d'esprit de son compère à l'époque de Mille milliards de dollars, sorti cinq mois avant sa mort.

"Il m'avait parlé de la relation compliquée qu'il entretenait avec Elsa, la mère de Lola", a raconté l'actrice, avant de poursuivre : "J'avais trouvé Patrick tellement fragile, il grattait toujours là où cela faisait mal." Si Anny Duperey reconnaît "avoir eu peur pour lui", elle était loin de se douter du drame qu'avait connu la star des Valseuses dans son enfance. En effet, Patrick Dewaere avait été victime d'inceste de la part de son beau-père. "Il ne s'était confié que sur ses difficultés conjugales", s'est émue la mère de Sara Giraudeau.

Anny Duperey et Patrick Dewaere, unis par la souffrance

Profondément touchée par la démarche de Lola Dewaere, Anny Duperey a tenu à lui écrire. "Je sais le chemin pour l'avoir emprunté lorsque j'écrivais Le Voile noir, portant sur le souvenir occulté d'avoir trouvé mes parents morts par terre, asphyxiés dans leur salle de bains par le monoxyde de carbone", a confié l'ex-compagne de Bernard Giraudeau. Si Anny Duperey se reconnaît dans la souffrance de Patrick Dewaere, elle note une distinction majeure : "La différence vient de ce qu'avant le décès de mes parents, j'ai été aimée."

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article