Chine : comment le président Xi Jinping a (encore) renforcé son pouvoir à la tête du pays

Publié le par franceinfo France Télévisions

Le dirigeant chinois a été officiellement reconduit dimanche à la tête du Parti communiste, s'entourant de fidèles alliés pour devenir le dirigeant le plus puissant de la Chine moderne. Il s'assure un troisième mandat présidentiel en mars prochain.

Le président chinois Xi Jinping lors du 20e congrès du Parti communiste chinois, à Pékin, la capitale chinoise, le 23 octobre 2022. (NOEL CELIS / AFP)

Le président chinois Xi Jinping lors du 20e congrès du Parti communiste chinois, à Pékin, la capitale chinoise, le 23 octobre 2022. (NOEL CELIS / AFP)

La nouvelle est sans surprise. En poste depuis 2012, le président chinois Xi Jinping a été reconduit à la tête du Parti communiste chinois (PCC) lors du 20e congrès du parti, dimanche 23 octobre. Avec cette reconduction de cinq ans, l'homme fort de Pékin s'assure un troisième mandat présidentiel en mars prochain. Franceinfo résume comment, en franchissant cette nouvelle étape, Xi Jinping a encore renforcé sa position à la tête du pays, faisant de lui le dirigeant le plus puissant du pays depuis Mao Tsé-toung.

Il a placé plusieurs de ses alliés au sein du Comité central du Parti communiste

L'appellation peut sembler nébuleuse mais le Comité permanent est un groupe restreint de personnes au sommet du pouvoir en Chine. Il rassemble les sept membres les plus importants du Bureau politique du Comité central du PCC. Le Comité permanent est désormais composé de sept hommes, des fidèles de Xi Jinping"Ce sont des figures qui me sont familières", a affirmé le président chinois en les présentant, a rapporté sur Twitter le correspondant de RFI en Chine. Il a connu certains d'entre eux lorsqu'il dirigeait le PCC de la province orientale du Zhejiang, précise le journaliste.

Le nouveau numéro 2 de la Chine, qui sera le futur Premier ministre, s'appelle Li Qiang. "Il a été le secrétaire général du Parti communiste à Shanghai, l'homme qui avait imposé le confinement dur et chaotique de la capitale économique chinoise au printemps dernier", souligne Arnauld Miguet, correspondant de France Télévisions en Chine.

"Xi Jinping est donc entouré de fidèles parmi les fidèles", insiste Arnauld Miguet. "Cela semble être une consolidation de la positition de Xi Jinping. Cela signifie que les politiques, les stratégies, seront davantage directement liées à lui", a estimé auprès de l'agence de presse Reuters (en anglais) Ja Ian Chong, politologue à l'université nationale de Singapour. "Ce sont tous des hommes de Xi, cela montre qu'il veut gouverner au-delà d'un troisième mandat", donc après 2027, souligne de son côté Alfred Wu Muluan, expert en politique chinoise à l'Université nationale de Singapour.

Il a préparé le terrain pour devenir président à vie

Depuis la mort de Mao Tsé-toung en 1976, des règles encadraient la transition du pouvoir. Le président chinois ne pouvait rester au pouvoir que pour deux mandats, et pour une durée maximale de dix ans. Mais en 2018, Xi Jinping a réussi à obtenir une modification de la Constitution, supprimant ces restrictions et abolissant la limite des mandats. Face à cette configuration inédite, des observateurs pressentaient déjà à l'époque que ce changement ouvrait la possibilité d'une présidence à vie pour le dirigeant aujourd'hui âgé de 69 ans.

Cela se confirme. "La reconduction de Xi Jinping est le fruit d'une extrême concentration de son pouvoir personnel", a estimé auprès de l'AFP un politologue chinois, sous couvert d'anonymat. Pour lui, il ne fait "aucun doute" que l'actuel président chinois cherche à se maintenir au pouvoir à vie. 

Il a fait institutionnaliser "la pensée Xi Jinping"

Cette nouvelle étape n'est que le dernier étage de la fusée minutieusement assemblée par Xi Jinping pour le propulser au sommet de l'histoire de la Chine. Sur un plan moins technique et juridique que la révision constitutionnelle et la composition du Comité central, Xi Jinping a promu sa pensée pour qu'elle soit institutionnalisée, à différents niveaux et dans différentes instances.

En novembre 2021, le PCC a adopté un texte dithyrambique sur ses 100 ans d'histoire. Xi Jinping y est élevé parmi les icônes du régime, comme le relatait franceinfo, rapportant ces extraits : "La pensée de Xi Jinping est la quintessence de la culture et de l'âme chinoises" ou encore "depuis l'arrivée au pouvoir de Xi, le socialisme à la chinoise est entré dans une nouvelle ère".

Le président chinois a également réussi à faire entrer sa pensée dans les manuels scolaires. Depuis la rentrée 2021, les livres d'école sont truffés de citations de Xi Jinping. Les thèmes sont variés, comme le montrait franceinfo : patriotisme, rôle du Parti communiste, place des citoyens ou encore importance de l'armée. Concrètement, dès l'âge de 6 ans, tous les élèves de Chine se voient inculquer la pensée du président, présentée comme la référence absolue.

Avant cela, en 2020, des universités chinoises ont mis en place des cours consacrés à la pensée du président Xi Jinping, rapportait Courrier international (article abonnés). Un jeu télévisé avait aussi été consacré à la théorie politique du président chinois. Dès 2018, Xi Jinping avait réussi à faire inscrire son nom dans la charte du PCC, une première pour un dirigeant chinois depuis Mao Tsé-toung, le plaçant symboliquement à l'égal du fondateur du régime.

Le culte de la personnalité mis en place par Xi Jinping s'est également accompagné par la mise en ligne, en 2019, d'une application pour smartphone permettant de tout savoir sur la vie et l'œuvre du président chinois. Cette application, baptisée "Etudier Xi, rendre le pays plus fort", propose d'étudier la pensée de Xi Jinping, de suivre l'actualité grâce à une sélection d'articles du Quotidien du peuple, le journal officiel du Parti communiste, ou des vidéos de la télévision d'Etat chinoise. Pour chaque article lu ou vidéo regardée, l'utilisateur gagne des points, échangeables contre des cadeaux. "L'application sait ce que vous avez lu et quand, précisait franceinfo. Certains fonctionnaires ou employés d'entreprises d'Etat se plaignent, sur les réseaux sociaux, d'être obligés d'atteindre 40 ou 50points par jour."

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article