Chine - Etats-Unis, la bataille de tous les dangers

Publié le par L'Express par Eric Chol et Cyrille Pluyette

Même si son économie ralentit, le leader communiste, de plus en plus puissant et virulent contre l'Occident, semble oublier le pragmatisme de ses prédécesseurs.

  La Chine de Xi Jinping semble enfermée dans un discours idéologique rendant l'Occident coupable de tous les maux. Crédit : Paul Chan/Lun&lautre  Paul Chan/Lun&lautre

La Chine de Xi Jinping semble enfermée dans un discours idéologique rendant l'Occident coupable de tous les maux. Crédit : Paul Chan/Lun&lautre Paul Chan/Lun&lautre

Dans l'affrontement auquel se livrent les deux premières puissances mondiales, Joe Biden a dû concéder une première manche, dans l'enceinte onusienne du Conseil des droits de l'homme. Cette fameuse instance dont Washington s'était retiré sur ordre de Donald Trump, mais que son successeur a décidé de réinvestir, pour ne pas laisser le champ libre à la Chine.

Les Etats-Unis, qui ont tenté début octobre d'y faire adopter une motion sur les violations des droits de l'homme dans la région chinoise du Xinjiang ont été mis en minorité, malgré les suspicions de crimes contre l'humanité, ne recueillant que 17 voix pour, face à 19 voix contre, et 11 abstentions. Un coup dur pour le président américain, d'autant que l'événement était symbolique : c'était la première fois dans l'histoire de cette institution qu'un texte visait la Chine. On retrouve aux côtés de Pékin ses soutiens habituels en Afrique, en Amérique Latine ou au Moyen-Orient, quasiment tous liés au programme des "nouvelles routes de la soie" chinoises.

Si l'étrange conception que se fait l'empire du Milieu des droits humains a dévasté son image en Occident, son influence a grandi dans les pays en développement sous les dix ans de règne de Xi Jinping. Le carnet de chèques bien rempli ou la proximité politique avec des autocrates emportent souvent l'adhésion.

"Un processus historique irréversible"

Multipliant les démonstrations de force militaires, notamment autour de Taïwan, le régime communiste est le rival le plus sérieux que Washington n'a jamais eu à affronter. "Le grand renouveau de la nation chinoise est entré dans un processus historique irréversible", martèle l'héritier de Mao. L'objectif est de remplacer l'ordre mondial dominé par les Etats-Unis et de faire valoir les points de vue chinois, quitte à "rééduquer" les Taïwanais, comme le suggère l'ambassadeur de Chine en France. 

De plus en plus confiant même si son économie ralentit, l'omnipotent Xi Jinping, qui rêve de rester au pouvoir à vie, s'est, comme son "ami" russe Vladimir Poutine, enfermé dans un discours idéologique rendant l'Occident coupable de tous les maux. Prendra-t-il le risque d'une guerre Etats-Unis ? Redevenue idéologique, il faut espérer que la Chine renouera avec le pragmatisme. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article