Disparition de Justine Vayrac : le suspect a avoué avoir tué la jeune femme et enterré son corps en forêt

Publié le par Le Parisien par Jean-Michel Décugis et Franck Lagier

Lucas L., ouvrier agricole de 21 ans et principal suspect, était en garde à vue depuis 48 heures en Corrèze. Il a reconnu avoir tué et enterré la jeune femme. Un corps a été retrouvé ce mercredi près de son domicile.

Disparition de Justine Vayrac : le suspect a avoué avoir tué la jeune femme et enterré son corps en forêt

Il avait passé une partie de la soirée de samedi en compagnie de Justine Vayrac, dans une discothèque de Brive-la-Gaillarde (Corrèze). Lucas L., principal suspect depuis la disparition de l’étudiante de 20 ans, a fini par reconnaître devant les enquêteurs avoir tué la jeune femme, alors que sa garde à vue touchait à sa fin, a appris Le Parisien de sources concordantes, confirmant une information de France 3.

Il aurait enterré son corps dans un bois, dans une zone située près de chez lui. « Un corps a été retrouvé dans la zone de recherche, pouvant correspondre à la victime disparue. L’identification formelle n’est pas acquise officiellement », a indiqué l’une des deux sources. « Il s’agissait effectivement d’un secteur proche du domicile du mis en cause ».

Des vérifications avaient été organisées ce mercredi matin sur le terrain, sans lui, en présence de la procureure de la République de Brive, Émilie Abrantes. À l’issue de sa garde à vue, Lucas L. a été présenté à un juge en vue de sa mise en examen. Une conférence de presse organisée par le parquet se tiendra à 18h30 ce mercredi.

Lors de perquisitions, des traces de sang avaient été décelées au domicile de ce jeune ouvrier agricole de 21 ans, dans sa chambre mais également dans son véhicule, au niveau du pommeau de levier de vitesse, avait indiqué mercredi la procureure de la République de Brive, alors que des analyses ADN étaient en cours. Le sac à main de Justine Vayrac, contenant des effets personnels, avait aussi été « découvert calciné à proximité du domicile du gardé à vue, à l’extérieur », avait aussi précisé la magistrate.

Recherches intenses

De nombreuses recherches ont été engagées pour retrouver la jeune femme, sans succès pour l’instant : battue mercredi aux alentours du domicile du gardé à vue, ratissage de la zone, plongeurs envoyés pour sonder les étangs, hélicoptère, drone équipé de caméra thermique…

Les recherches se poursuivent pour retrouver Justine Vayrac, ici mercredi dans le secteur de Beynat (Corrèze) où le suspect travaille dans une ferme d’élevage de vaches limousines. AFP or licensors

Les recherches se poursuivent pour retrouver Justine Vayrac, ici mercredi dans le secteur de Beynat (Corrèze) où le suspect travaille dans une ferme d’élevage de vaches limousines. AFP or licensors

Justine Vayrac a été aperçue pour la dernière fois vers 4 heures dimanche matin, près de la boîte de nuit « La Charrette » où elle passait la soirée, à Brive-la-Gaillarde. D’après des témoins, la jeune femme, qui réside à Tauriac (Lot), à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Brive, « aurait été aperçue pour la dernière fois en compagnie d’un jeune homme », près de la discothèque, « alors qu’elle était sortie pour s’aérer quelque temps », selon la procureure de la République de Brive-la-Gaillarde. Son véhicule a été retrouvé près de la discothèque, « ouvert et contenant des effets personnels ».

Placé en garde à vue, le jeune homme en question, Lucas L., a indiqué selon nos informations avoir raccompagné Justine, qu’il décrit comme ivre, à un endroit où elle devait, selon lui, être prise en charge par une autre personne, dans une zone industrielle. Il affirme posséder un alibi pour le reste de la soirée : il explique avoir raccompagné une autre jeune femme par la suite, ce que celle-ci a confirmé aux enquêteurs.

Mais il aurait ensuite reconnu « avoir violé Justine Vayrac sous la contrainte d’un autre homme ». Puis il se serait rétracté. Avant de finalement avouer avoir tué la jeune femme et l’avoir enterrée dans un bois.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article