Fuites Nord Stream : un acte de «terrorisme international» profitant aux États-Unis, à l'Ukraine et à la Pologne, dit Poutine

Publié le par Le Figaro avec AFP

L'origine des fuites sur les gazoducs reste officiellement inconnue, mais le président russe accuse les Occidentaux d'être derrière le sabotage.

Fuites Nord Stream : un acte de «terrorisme international» profitant aux États-Unis, à l'Ukraine et à la Pologne, dit Poutine

Les fuites ayant touché les gazoducs Nord Stream reliant la Russie à l'Allemagne sont un «acte de terrorisme international», a dénoncé mercredi 12 octobre Vladimir Poutine, assurant que cet incident profite aux États-Unis, à la Pologne et à l'Ukraine.

«Les bénéficiaires sont clairs (...) Car cet incident renforce l'importance géopolitique des systèmes gaziers restants, celui qui passe par le territoire de la Pologne (...) et de l'Ukraine, et que la Russie a construit à ses frais. Mais aussi aux États-Unis qui peuvent désormais livrer leur énergie à des prix élevés», a affirmé le président russe, lors d'un forum sur l'énergie.

Le projet de plafonnement du prix du pétrole russe, poussé par le G7 et l'Union européenne de façon à limiter les revenus engrangés par Moscou, «menace le bien-être de milliards de personnes», a également dénoncé Vladimir Poutine ce mercredi. «Avec leurs décisions hasardeuses, certains hommes politiques occidentaux détruisent en réalité l'économie mondiale de marché, menacent le bien-être de milliards de personnes», a fustigé le président russe lors de la même intervention.

«La Russie est prête à reprendre les livraisons» via le gazoduc Nord Stream 2, qui n'a jamais été mis en service à cause de l'offensive contre l'Ukraine, a enfin estimé le maître du Kremlin. «La balle est dans le camp de l'UE, si elle le veut, elle n'a qu'à ouvrir le robinet», a-t-il jugé, ajoutant en outre que les autres gazoducs du système Nord Stream ne seraient réparés que si leur exploitation était garantie.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article