Guerre en Ukraine : un tiers des centrales électriques détruites en une semaine

Publié le par Le HuffPost avec AFP

Après 236 jours de guerre, la Russie continue de s’attaquer à des infrastructures sensibles de l’Ukraine, comme les centrales électriques et hydrauliques, provoquant plusieurs pannes d’ampleur.

EUGENE KOTENKO / AFP Vue de Kiev tard le 11 octobre 2022, lors d’une panne de courant dans certaines parties des quartiers de la capitale ukrainienne, à la suite d’attaques à la roquette contre des infrastructures critiques.

EUGENE KOTENKO / AFP Vue de Kiev tard le 11 octobre 2022, lors d’une panne de courant dans certaines parties des quartiers de la capitale ukrainienne, à la suite d’attaques à la roquette contre des infrastructures critiques.

GUERRE EN UKRAINE - Après les attaques contre la population ou celles contre les centrales nucléaires, la Russie a trouvé sa nouvelle cible en Ukraine : l’électricité. À en croire la déclaration faite ce mardi 18 octobre par le président Volodymyr Zelensky, la Russie a détruit par ses bombardements en un peu plus d’une semaine 30 % des centrales électriques ukrainiennes, provoquant des coupures de courant « massives » à l’approche de l’hiver. Rendant la « situation critique » en Ukraine, selon la présidence.

« Un autre type d’attentats terroristes russes : cibler l’énergie et les infrastructures critiques. Depuis le 10 octobre, 30 % des centrales électriques ukrainiennes ont été détruites, provoquant des pannes massives dans tout le pays », a indiqué le chef d’État ukrainien sur Twitter, réitérant son refus de négocier avec son homologue russe Vladimir Poutine.

La vidéo partagée par Zelensky donne à voir plusieurs exemples de bombardements russes dont ceux sur des sites de centrales électriques, avec un message clair et affiché en fin de vidéo : « Négocier avec la Russie n’est possible qu’après sa défaite ».

L’armée russe a confirmé ce mardi avoir ciblé des infrastructures énergétiques lors d’une nouvelle série de bombardements. « Les forces armées russes ont continué de frapper avec des armes aériennes et maritimes de haute précision et à longue portée le commandement militaire et les systèmes énergétiques d’Ukraine », a indiqué le ministère russe de la Défense dans son rapport quotidien, assurant que « toutes les cibles ont été touchées ».

Sur l’utilisation de drones de fabrication iranienne, pointée du doigt par Kiev comme étant à l’origine des frappes, le Kremlin s’est pour sa part refusé à tout commentaire. « Nous n’avons pas de telles informations », a répondu le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov à la question d’un journaliste sur ce point. « De la technologie russe est utilisée, avec des noms russes », a-t-il ajouté.

Black-out partiels en Ukraine

Kiev, comme plusieurs autres régions du pays rencontraient toujours des pannes d’électricité et d’eau courante ce mardi, après les frappes russes ayant visé dans la matinée des infrastructures essentielles pour le deuxième jour consécutif, ont annoncé les autorités locales.

L’opérateur DTEK a rapporté des « interruptions » dans l’approvisionnement en électricité et en eau pour les habitants de la rive gauche de la capitale. « Les ingénieurs déploient tous les efforts nécessaires pour rétablir l’approvisionnement », a-t-il indiqué sur Facebook.

À Dnipro, dans le centre de l’Ukraine, le gouverneur Valentin Reznitchenko a annoncé que deux missiles russes avaient frappé des « infrastructures énergétiques » provoquant « un incendie et de sérieuses destructions ». « Plusieurs quartiers de Dnipro (...) sont sans électricité », a-t-il indiqué sur Telegram.

Dans la même région, à Pavlograd, les bombardements russes ont provoqué un « arrêt temporaire de l’approvisionnement en eau » et l’arrêt d’une station de pompage locale, a annoncé le conseil municipal sur Telegram. Des frappes sur les infrastructures critiques ont aussi été signalées à Jytomyr, dans le Nord, où « la ville est privée d’électricité et d’eau ». « Les hôpitaux fonctionnent avec une alimentation de secours », a annoncé sur Facebook le maire Serguiï Soukhomline.

Selon l’armée ukrainienne, la Russie a frappé plus de 35 localités ces dernières 24 heures, usant de missiles de croisière, de missiles antiaériens et de l’aviation, ainsi que des fameux drones Shahed de fabrication iranienne. La Russie avait déjà mené des frappes massives visant les infrastructures d’électricité et d’eau des villes ukrainiennes lundi, ainsi que le lundi précédent.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article