Kiev attaquée par des "drones kamikazes" ce lundi, selon la présidence ukrainienne

Publié le par BFMTV avec AFP

La capitale ukrainienne s'est réveillée ce lundi au son des sirènes d'alerte et des explosions. Des responsables ukrainiens parlent d'une attaque de drones.

Kiev attaquée par des "drones kamikazes" ce lundi, selon la présidence ukrainienne

Kiev a été ciblée tôt lundi matin par des "attaques de drones kamikazes", a indiqué le chef de cabinet de la présidence ukrainienne, après une série d'explosions qui ont secoué le quartier de Shevchenkiv, au centre de la capitale.

"Les Russes pensent que cela les aidera, mais cela montre leur désespoir", a commenté ce même responsable, Andriï Iermak.

Il a également appelé à un soutien immédiat à la défense anti-aérienne ukrainienne, réclamant "plus d'armes pour défendre le ciel et détruire l'ennemi".

"À la suite d'une attaque de drone, un incendie s'est déclaré dans un bâtiment non résidentiel dans le quartier Shevchenkivskyi de Kiev" et "plusieurs bâtiments résidentiels ont été endommagés", a indiqué sur Telegram le maire de la ville, Vitali Klitschko.

Des médecins ont été dépêchés mais le bilan humain n'est pas encore connu. Le maire a également publié une photo de ce qu'il affirme être des fragments d'un des drones ayant attaqué la capitale.

Des bombardements une semaine plus tôt

Trois explosions ont été entendues vers 6h35 et 6h45 et 6h58 heure locale (4h35, 4h45 et 4h58 heure française). Les sirènes d'alerte aérienne avaient retenti peu avant. Les habitants sont invités à rester chez eux.

Une semaine avant, lundi 10 octobre, des bombardements russes d'une ampleur inégalée depuis des mois avaient touché Kiev et d'autres villes d'Ukraine, faisant au moins 19 morts et 105 blessés et suscitant un tollé international. Mardi, la Russie, qui a essuyé de nombreux revers militaires récemment, avait poursuivi ses tirs, de moindre ampleur, frappant notamment très loin du front les installations énergétiques de l'Ouest ukrainien.

Les tirs avaient été effectués en représailles à l'explosion qui a en partie détruit le pont russe de Crimée, de grande importance stratégique. Vendredi, le président russe Vladimir Poutine s'est montré satisfait de ces frappes massives, et a jugé que de nouveaux bombardements d'ampleur sur les villes d'Ukraine n'étaient pas nécessaires "pour l'instant".

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article