Un tableau de Monet aspergé de purée par des activistes environnementaux à Potsdam

Publié le par Le Monde avec AFP

« Les Meules » étaient protégées par une vitre et n’ont subi aucun dommage. Les activistes de Letzte Generation prônent la désobéissance civile, pour forcer les autorités allemandes et autrichiennes à prendre des mesures contre le réchauffement climatique.

Les activistes de Letzte Generation devant « Les Meules » au Musée Barberini, à Potsdam, le 24 octobre 2022. AP

Les activistes de Letzte Generation devant « Les Meules » au Musée Barberini, à Potsdam, le 24 octobre 2022. AP

Après Van Gogh, Claude Monet. Deux activistes environnementaux du mouvement allemand Letzte Generation (« Dernière Génération », en allemand) ont lancé, dimanche 23 octobre, de la purée sur Les Meules, de Claude Monet, au Musée Barberini, à Potsdam, à proximité de Berlin.

« S’il faut un tableau – sur lequel on a jeté de la purée ou de la soupe à la tomate – pour faire que la société se souvienne que la course aux énergies fossiles nous tue tous : alors nous allons vous donner de la purée sur un tableau ! », ont revendiqué les activistes environnementaux, en diffusant une vidéo de l’acte. Letzte Generation prône la désobéissance civile pour forcer les gouvernements fédéraux allemand et autrichien à prendre des mesures contre le réchauffement climatique.

Les Meules, de Monet, font partie de la collection du milliardaire Hasso Plattner. Le tableau, acheté aux enchères en 2019 pour 111 millions de dollars – un record pour un Monet – est un prêt permanent au musée.

Habillés en noir avec des gilets orange, les deux activistes ont jeté la purée sur le tableau, avant de prendre la même pose que ceux qui avaient fait de même avec de la soupe à la tomate le 14 octobre sur Les Tournesols, de Van Gogh, à la National Gallery de Londres : à genoux, dos à l’œuvre, une main collée au mur. « Est-ce qu’il faut lancer de la purée sur un tableau pour que vous écoutiez ? Ce tableau ne vaudra plus rien si nous devons nous battre pour trouver de quoi manger », a lancé l’un des deux activistes.

Les deux jeunes gens ont été interpellés par la police. Le tableau était protégé par une vitre, a précisé le musée, ajoutant que, selon les experts, il n’avait subi aucun dommage. Les Meules seront à nouveau visibles à partir de mercredi.

Série d’actions

Dans le cadre de leur série d’actions commencée au début d’octobre contre l’exploitation des hydrocarbures, deux militantes écologistes du mouvement Just Stop Oil ont jeté, le 14 octobre, de la soupe à la tomate sur le chef-d’œuvre de Van Gogh Les Tournesols à la National Gallery de Londres, qui n’avait subi aucun dommage, à part quelques « dégâts mineurs » sur le cadre. Elles ont comparu le 15 septembre devant un tribunal londonien, accusées de dégradations pour un montant inférieur à 5 000 livres. Le juge les a remis en liberté à la condition qu’elles n’entrent dans aucun musée ou galerie, et n’utilisent plus de peinture ou de substance adhésive dans l’espace public. Leur procès est fixé au 13 décembre.

Deux jours plus tard, des militants de Just Stop Oil s’en sont pris à une concession de la marque automobile de luxe Aston Martin en plein centre de Londres. Le lendemain, le 17 octobre, deux autres militants de Just Stop Oil ont escaladé le pont autoroutier Queen Elizabeth II au-dessus de la Tamise, près de Londres, provoquant d’importants embouteillages.

Vendredi, une dizaine de militants du mouvement Extinction Rébellion (XR) ont mené une action au Mondial de l’automobile à Paris, certains se collant brièvement à des voitures de sport, pour dénoncer le « modèle de la voiture individuelle » toujours promu par l’industrie, ont-ils expliqué dans un communiqué.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article