Décès de l'homme de télévision Pascal Josèphe

Publié le par Le Figaro avec AFP

Ancien directeur des antennes de plusieurs chaînes privées et publiques, il est décédé à l'âge de 68 ans des suites d'une «maladie foudroyante».

Décès de l'homme de télévision Pascal Josèphe

Pascal Josèphe, directeur des antennes de plusieurs chaînes privées ou publiques et candidat malheureux à la présidence de France Télévisions, est décédé à l'âge de 68 ans des suites d'une «maladie foudroyante», a annoncé dimanche sa famille à l'AFP.

Consultant auprès de nombreux groupes de télévisions et de médias, Pascal Josèphe était un vétéran du secteur audiovisuel. Il avait notamment été directeur des antennes de plusieurs chaînes privées et publiques (TF1, La 5, France 2 et France 3) et un des responsables de l'agence médias Carat. Il avait aussi fondé son cabinet de consulting IMCA (International Média Consultants Associés) en 1994, racheté ensuite par le cabinet NPA.

Pascal Josèphe, proche collaborateur d'Hervé Bourges (ancien PDG de TF1 et France Télévisions), a contribué au lancement d'émissions télévisées marquantes telles «Droit de Réponse», «Taratata», «Le Cercle de Minuit», «Froufrou», «Bas les Masques», «Geopolis» ou la série «L'Instit».

Les réactions ont déferlé au fil de la journée pour rendre hommage à cette figure de l'audiovisuel, méconnue du grand public mais respectée par ses pairs. Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, a salué dans un communiqué «la mémoire d'un seigneur de la télévision publique qui en avait fait sa passion et a toujours su traduire en actes sa haute idée du service public avec toujours une envie d'être utile à tous les Français».

Les larmes de Leïla Kaddour

La ministre de la Culture Rima Abdul Malak a déploré dans un communiqué la perte «d'un grand professionnel qui a dédié sa vie au devoir d'information de nos concitoyens, à la transmission de la culture et l'ouverture au monde». «Il y a des nouvelles que l'on aimerait ne jamais avoir à annoncer», a lancé la présentatrice du journal de France 2 de 13h, Leïla Kaddour, avant de fondre en larmes en direct en faisant part de ce décès.

«Émotion partagée» a tweeté Mathieu Gallet après les larmes de Leïla Kaddour. Pour l'ancien PDG de Radio France et de l'Ina, «avec lui, c'est la télé du temps de sa puissance et de son influence sur la société qui s'efface un peu plus». «Il aimait et pensait la télévision qui le pleure aujourd'hui», commente sur Twitter Michel Field, directeur culture et spectacle vivant sur France Télévisions.

Le Groupe TF1 loue sur ses réseaux sociaux «un grand homme des médias». «Le monde de l'audiovisuel perd une de ses grandes figures, dont les réalisations, l'engagement et l'humanité resteront dans toutes les mémoires», écrivent dans un communiqué le président Roch-Olivier Maistre et les membres de l'Arcom, instance de régulation des médias.

En avril 2015, quand le CSA devait choisir un nouveau dirigeant pour France Télévisions, Delphine Ernotte l'avait emporté de justesse sur Pascal Josèphe, après deux votes successifs qui n'avaient pas permis de les départager. Dernièrement, Pascal Josèphe s'était investi dans le projet Plumm.tv, plateforme dédiée à la culture méditerranéenne, avec Rachid Arhab, ancien journaliste de France 2.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article