En direct : l'Ukraine dit s'attendre à de nouvelles attaques russes cette semaine

Publié le par Mémoires de Guerre

Les responsables ukrainiens ont dit s'attendre à une nouvelle vague de bombardements russes cette semaine, les précédentes salves ayant visé des infrastructures critiques et provoqué des coupures massives d'eau et d'électricité. Suivez les derniers développements de la guerre en Ukraine, ce lundi 28 novembre, heure par heure. 

En direct : l'Ukraine dit s'attendre à de nouvelles attaques russes cette semaine
  • 21 h 34 : la guerre en Ukraine accroît la menace d'utilisation d'armes chimiques, selon le chef de l'OIAC

L'invasion de l'Ukraine par la Russie a accru la menace d'utilisation d'armes de destruction massive, y compris les munitions chimiques, a déclaré le chef de l'organisme mondial de surveillance des armes toxiques. 

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) continue de suivre de près la situation en Ukraine, a déclaré son chef Fernando Arias, lors de la réunion annuelle du régulateur au siège de l'organisation à La Haye, aux Pays-Bas.

  • 17 h 04 : pour Olena Zelenska, les violences sexuelles font partie de "l'arsenal" russe

Depuis l'invasion russe le 24 février, "les opportunités des occupants se sont élargies pour humilier les Ukrainiens et, malheureusement, les violences sexuelles et les crimes sexuels font partie de leur arsenal", a affirmé la Première dame d'Ukraine Olena Zelenska, lors d'une conférence à Londres.

La Russie a recours à la violence sexuelle "systématiquement et ouvertement", a souligné Olena Zelenska. "C'est pour cette raison qu'il est extrêmement important que ce soit reconnu comme un crime de guerre pour poursuivre tous les agresseurs", a-t-elle insisté, pressant pour une "réponse globale".

  • 16 h 48 : report des discussions entre Washington et Moscou sur le désarmement nucléaire

La réunion prévue entre Russes et Américains pour discuter de la possible reprise de leurs inspections dans le cadre du traité New Start, un accord clé de désarmement nucléaire, a été reporté sine die, annonce la diplomatie russe, sans fournir d'explication.

Des représentants des deux grandes puissances devaient se retrouver à partir de mardi et jusqu'au 6 décembre au Caire, la capitale égyptienne, pour débattre de la reprise des inspections prévues par le cadre du traité de désarmement New Start, suspendues en mars 2020 en raison de la pandémie de Covid-19 et qui n'ont pas repris depuis.

Ce report survient au neuvième mois de l'offensive russe en Ukraine, et alors que les tensions entre Moscou et les Occidentaux sont au plus haut.

"Pour le Kazakhstan, la Russie a toujours été et reste le principal partenaire stratégique", a déclaré le président kazakh, Kassym-Jomart Tokaïev, lors d'une rencontre avec Vladimir Poutine au Kremlin.

Il s'est félicité des "relations profondes dans des domaines tout à fait différents" entre Moscou et Astana, en précisant avoir de "grands projets pour le capital russe" au Kazakhstan et promettant de faire "tout son possible" pour assurer sa présence "permanente" dans le pays.

Il s'agit de la première visite à l'étranger du président kazakh depuis son investiture la semaine dernière pour un deuxième mandat à la tête du Kazakhstan, ex-république soviétique d'Asie centrale, riche en hydrocarbures.

Le fait que cette visite soit effectuée en Russie "a une signification politique et bien sûr un certain symbolisme", a assuré Kassym-Jomart  Tokaïev.

Pour sa part, le maître du Kremlin a fait l'éloge du "caractère spécial" des relations entre la Russie et le Kazakhstan. En juin, Kassym-Jomart Tokaïev avait publiquement critiqué son homologue russe lors d'un forum à Saint-Pétersbourg (nord-ouest de la Russie), où il s'était prononcé contre la reconnaissance des territoires séparatistes pro-russes de l'est de l'Ukraine.

  • 10 h 51 : l'Ukraine dit s'attendre à de nouvelles attaques russes cette semaine

Les responsables ukrainiens ont dit s'attendre à une nouvelle vague de bombardements russes cette semaine, les précédentes salves ayant visé des infrastructures critiques et provoqué des coupures massives d'eau et d'électricité, notamment dans la capitale Kiev.

"Il est fort probable que le début de la semaine soit marqué par une telle attaque", a déclaré lundi la porte-parole du commandement Sud de l'armée ukrainienne, Natalia Humeniuk, soulignant qu'un navire russe porteur de missiles était apparu en mer Noire.

"C'est un porte-missiles de surface qui embarque huit missiles de type Kalibr. Cela indique que des préparatifs sont en cours", a-t-elle ajouté à la télévision ukrainienne.

Selon la marine ukrainienne, 11 navires de combat russes dont ce porte-missiles se trouvent actuellement en mer Noire, au large de l'Ukraine, ainsi que plusieurs autres en mer d'Azov et en mer Méditerranée, pour un total de 76 ogives pouvant être tirées. 

À Kherson, des habitants retrouvent leurs maisons complètement détruites. 

  • 10 h 35 : la Russie n'a pas l'intention de quitter la centrale nucléaire de Zaporijjia

Le porte-parole du Kremlin a démenti les rumeurs affirmant que la Russie préparait son départ de la centrale nucléaire de Zaporijjia, contredisant les affirmations faites la veille par le président d'Energoatom, la compagnie nationale de production d'énergie nucléaire d'Ukraine

"Pas besoin de chercher des signes (de préparatifs de retrait-NDLR) quand il n'y en a aucun et qu'il ne peut y en avoir aucun", a dit Dmitri Peskov lors d'une conférencetéléphonique avec des journalistes.

  • 07 h 42 : l'Ukraine repousse la Russie dans certaines zones du Donetsk 

Les forces ukrainiennes ont repoussé les attaques russes dans plusieurs zones du Donestk, dont Bakhmut et Avdiivka, a affirmé l'état-major ukrainien. Les Ukrainiens ont détruit samedi six unités militaires et trente soldats ont été blessés près de la ville occupée d'Enerhodar, où vivent de nombreux travailleurs de la centrale de Zaporijjia, toujours sous contrôle russe, a-t-il ajouté. 

  • 06 h 45 : les discussions se poursuivent pour libérer Brittney Griner et l'ex marine Paul Whelan 

Selon l'agence de presse russe RIA Novosti, citant les propos d'Elizabeth Rood, chargée d'affaires à l'ambassade américaine de Moscou, les États-Unis et la Russie continuent à échanger, par des canaux spéciaux, sur la libération de la star de basketball Britnney Griner et celle de l'ancien marine Paul Whelan, détenus en Russie. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article