Guerre en Ukraine : un employé de la centrale de Zaporijjia assure que les Russes ont stocké "de l'armement à perte de vue" sur le site

Publié le par franceinfo par Gaële Joly Radio France

En Ukraine, dans la région Zaporijjia, Russes et Ukrainiens s'accusent toujours mutuellement d'avoir bombardé, dimanche 20 novembre, la plus grande centrale nucléaire d'Europe. Franceinfo a pu contacté un employé ukrainien de la centrale. 

Un garde russe monte la garde devant la centrale de Zaporijjia (Ukraine), le 1er septembre 2022.  (YURI KOCHETKOV / EPA)

Un garde russe monte la garde devant la centrale de Zaporijjia (Ukraine), le 1er septembre 2022. (YURI KOCHETKOV / EPA)

Des frappes délibérées et ciblées, selon le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), ont de nouveau touché la centrale nucléaire de Zaporijjia, dimanche 20 novembre. Tandis qu'Ukraine et Russie se rejettent la responsabilité des bombardements, Rafael Grossi a appelé les deux camps à "arrêter cette folie"

Celui que nous appellerons Louka vit et travaille à l'intérieur de la centrale, sous occupation russe. Malgré le risque que cela représente pour lui, il communique par messages vocaux, en cachette. 

Depuis le quatre mars dernier, il est piégé dans la centrale. Dimanche 20 novembre, il a entendu les explosions, des tirs intentionnels russes, selon lui. Les infrastructures ont été gravement touchées. Il confirme que la Russie cache de l'armement à l'intérieur même de la centrale. "Il y a de l'armement stocké ici à perte de vue. Des blindés de transports de troupes sont stationnés-là."

"Dans la salle du premier et du deuxième réacteur, il y a de l'équipement militaire. Dans la salle des turbines, aussi. Et autour, comment vous dire, tous les abords sont minés." Louka, employé de la centrale de Zaporijjia à franceinfo

"Ils font semblant de travailler"

La centrale tourne au ralenti. Un seul réacteur sert surtout à alimenter les turbines de refroidissement de la centrale. Louka se dit très inquiet de la situation et ce n'est pas la présence des deux inspecteurs de l'AIEA à Zaporijjia qui le rassure. Il est très en colère contre eux. "En ce qui concerne Rafael Grossi, le patron et ses inspecteurs, les employés de l'Agence internationale pour l'énergie atomique : ils viennent ici, ils font semblant de travailler. Mais le monde entier sait déjà ce qui se passe ici. Pourtant, rien n'est fait." 

"Les employés de la centrale sont là, on est très surpris par ce qu'on voit. Les inspecteurs communiquent de façon très agréable avec les Russes, alors que ce sont des envahisseurs et personne ne fait rien." Louka, employé de la centrale de Zaporijjia à franceinfo

Louka ne veut pas en dire plus, les Russes sont comme la Gestapo dit-il. Ils fouillent sans relâche les ordinateurs et les téléphones des employés ukrainiens. Plusieurs de ses collègues ont déjà été arrêtés. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article