"La ligne de front a nettement progressé" : dans la région de Kherson, l'armée ukrainienne s'appuie sur les lance-roquettes américains Himars

Publié le par franceinfo par Gaële Joly et Laurent Machietti - franceinfo Radio France

Les États-Unis ont promis de fournir 18 lance-roquettes Himars supplémentaires à l’Ukraine dans les mois à venir. Ces engins longue portée ont causé de lourds dégâts à l’armée russe et permis à Kiev de prendre l'avantage.

Un lance-roquettes Himars pendant un exercice militaire en Lettonie, le 26 septembre 2022. (GINTS IVUSKANS / AFP)

Un lance-roquettes Himars pendant un exercice militaire en Lettonie, le 26 septembre 2022. (GINTS IVUSKANS / AFP)

"Les Russes ont promis de payer très cher pour localiser ces lance-roquettes. Ils payent 100 000 dollars, ne serait-ce que pour un seul véhicule", explique Oleg, un militaire de la brigade 63 de l’armée ukrainienne. Franceinfo a pu suivre ce militaire sur le champ de bataille dans la région de Kherson pour assister à un tir de roquette Himars (High Mobility Artillery Rocket System), des armes fournies par l’armée américaine. L’opération est classée secret défense. 

Ces lance-roquettes longue portée ont été surnommés les "armes miraculeuses" par certains gradés. Les États-unisont livré 16 de ces engins en juin dernier et promis quatre autres, ce qui a valu à Joe Biden de chaleureux remerciements du président ukrainien, Volodymyr Zelensky. Caché derrière une rangée d’arbres, le canon se lève vers le sud et tire. Il faut se reculer très vite car le couvercle est rejeté. À 80 kilomètres de là, côté russe, la cible est touchée avec une précision d’un à deux mètres. 

"On a eu presque un mois tranquilles" 

"Grâce aux Himars, la ligne de front a nettement progressé, relate Oleg. Maintenant les Russes sont obligés d’installer leurs dépôts d’obus à 150 kilomètres en arrière du front. C’est beaucoup plus difficile côté logistique pour eux. Cela réduit de dix fois l’intensité de leurs tirs.

"Très vite, nous avons pu mesurer l’efficacité de ces lance-roquettes." Oleg, militaire de l'armée ukrainienne à franceinfo

Après leur livraison, on a eu presque un mois tranquilles, sans tirs, vu les problèmes que ça leur a posés". Le militaire sort de la voiture. On apprendra le lendemain qu’un seul tir de ces Himars a fait des centaines de morts.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article