Législatives : quatre choses à savoir sur la "Rev", le parti d'Aymeric Caron allié à la Nupes

Publié le par La Dépêche par Lucas Serdic

Au sein de la Nouvelle union populaire, écologique et sociale, découpée en quatre "blocs", pas moins de 14 partis sont représentés. Parmi ceux intégrant le bloc de La France Insoumise, apparaît la Révolution écologique pour le vivant, dirigé par l'ancien journaliste Aymeric Caron.

Aymeric Caron, dirigeant de la Révolution écologique pour le vivant. AFP - JOEL SAGET

Aymeric Caron, dirigeant de la Révolution écologique pour le vivant. AFP - JOEL SAGET

En 2018, la création par Aymeric Caron, ancien visage connu de l'émission "On n'est pas couché" sur France 2, d'un nouveau parti baptisé la Révolution écologique par le vivant, s'était faite dans un relatif anonymat. Mais l'heure est peut-être venue aujourd'hui pour la formation imaginée par l'ancien journaliste de prendre un peu de lumière. La "Rev" fait en effet partie des partis politiques alliés à la Nouvelle union populaire, écologique et sociale (Nupes). Et elle interroge dans le cadre de l'alliance, tant certaines idées sont parfois éloignées des propositions prévues par l'accord à gauche.

Militant de l'antispécisme

L'un des principaux combats du parti, est de mettre en avant l'antispécisme en politique. Il a d'ailleurs participé à la rédaction du programme de Jean-Luc Mélenchon sur ce point de la condition animale. Pour rappel, l'antispécisme est un courant de pensée qui s'oppose, par définition, au spécisme qui place l'espèce humaine au-dessus de toutes les autres espèces - y compris les animaux donc. Si bien que dans son programme d'origine, la Rev imagine par exemple la fin de l'élevage pour la viande, comme le rappellent nos confrères de Marianne.

Partisan d'une Assemblée "naturelle"

Au niveau parlementaire, même si de nombreux points concordent (comme "l'instauration de la proportionnelle pour garantir une réelle représentativité démocratique", La Rev souhaiterait en revanche l'abolition du Sénat, au profit d'une "Assemblée naturelle" dont le but serait de "représenter les intérêts des animaux non humains, des végétaux, des fleuves et des mers, ainsi que les intérêts actuels et futurs des humains".

Cette assemblée serait composée "à un tiers d’élus du peuple, à un tiers de hauts fonctionnaires spécialement formés à toutes les questions qui touchent le vivant, et à un tiers de représentants des ONG spécialistes du vivant". Elle aura en outre "le pouvoir d’initier des lois et de poser son véto à une loi décidée par l’Assemblée nationale, dans le cas où cette loi contrevient aux intérêts du vivant". Un fonctionnement parlementaire qui ferait donc, en partie, la part belle à une forme de technocratie assez éloignée des principes de La France insoumise, notamment.

Une semaine à 28 heures de temps de travail

Dans son programme économique et social, la Rev prône la sortie de la "consol'mation", c'est-à-dire "la consolation par la consommation", afin de "privilégier l’épanouissement personnel". "Nous voulons consommer moins pour vivre mieux, travailler moins pour s’épanouir davantage, consacrer du temps libre à la culture, au divertissement et aux relations sociales", explique le parti, qui vise dans son programme une réduction du temps de travail à 28 heures hebdomadaires, ou encore "l'instauration d'un revenu d'existence de 2 000 euros par personne, en échange de 20 heures de travail hebdomadaires ou de la poursuite d'un cursus scolaire". Le tout couplé à un revenu maximum de 40 000 euros mensuels, avec une imposition à 100% pour "tout revenu dépassant ce seuil".

Au moins six candidats investis aux législatives

Selon nos confrères de Marianne, la Nupes devrait permettre à "au moins six candidats" issus de la Rev d'être investis au nom de l'union. Le dirigeant et fondateur du parti, Aymeric Caron, sera de ceux-là. Son nom figure en effet sur la liste de 324 candidats investis dévoilée par LFI mardi soir. Il se présentera dans la 18e circonscription de Paris.

Un autre candidat de la Rev a été désigné par la Nupes pour se présenter au nom de l'union. Il s'agit de Victor Pailhac, porte-parole des jeunes pour le parti d'Aymeric Caron. Il sera éligible dans la 9e circonscription des Yvelines.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article