Olena Zelenska : La Première dame d’Ukraine dénonce le « grand nombre de viols » commis par l’armée russe

Publié le par Paris Match par Rédaction Paris Match Belgique

La Première dame d’Ukraine Olena Zelenska a affirmé lundi lors d’une conférence à Londres que « violences et crimes sexuels » faisaient partie de « l’arsenal » russe pour « humilier les Ukrainiens », appelant à une « réponse globale » des dirigeants dans le monde.

 Olena Zelenska. | © ABACAPRESS.

Olena Zelenska. | © ABACAPRESS.

Depuis l’invasion russe le 24 février, « les opportunités des occupants se sont élargies pour humilier les Ukrainiens et malheureusement, les violences sexuelles et les crimes sexuels font partie de leur arsenal », a affirmé Mme Zelenska. La Russie a recours à la violence sexuelle « systématiquement et ouvertement », a-t-elle souligné.

« Les victimes parlent encore moins que d’habitude en raison de la guerre »

« C’est pour cette raison qu’il est extrêmement important que ce soit reconnu comme un crime de guerre pour poursuivre tous les agresseurs », a-t-elle dit, pressant pour une « réponse globale » lors d’une conférence organisée à Londres contre les violences sexuelles pendant les conflits. « Vraiment, j’espère qu’il y aura une réponse du monde entier pour tout ce qui se passe en Ukraine en ce moment », a-t-elle plaidé.

L' »Initiative pour lutter contre les violences sexuelles dans les conflits » est organisée lundi et mardi à Londres par le gouvernement britannique avec des représentants du monde entier. Vendredi, le ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, en visite à Kiev, a annoncé de nouvelles aides et « un soutien crucial aux survivantes des violences sexuelles perpétrées par l’armée russe ».

Pour Olena Zelenska, les violences sexuelles sont « la façon la plus cruelle, la plus animale de prouver une domination ». « Tout le monde sait qu’il y a un grand nombre de viols » commis par l’armée russe en Ukraine mais selon Mme Zelenska, les victimes parlent encore moins que d’habitude en raison de la guerre, de peur que leurs agresseurs reviennent et recommencent. « En ce moment, le bureau du procureur enquête sur plus de 100 » cas de crimes sexuels présumés, a affirmé la Première dame, rappelant que le premier cas qui a donné lieu à des poursuites était celui d’une femme violée par des soldats qui venaient de tuer son mari. Le gouvernement a lancé une cellule de soutien psychologique pour aider les victimes de la guerre, a précisé Mme Zelenska.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article