Olena Zelenska, première dame d'Ukraine, revient sur les récents événements: "Ce ne sont pas les pires choses qui peuvent nous arriver"

Publié le par La Libre par la Rédaction

Olena Zelenska, première dame d’Ukraine, s’est livrée à cœur ouvert dans une longue interview pour la BBC. L’épouse de Volodymyr Zelensky s’est longuement épanchée sur la guerre avec la Russie et le rude hiver qui s’annonce pour son pays : “Nous tiendrons”.

La première dame d'Ukraine Olena Zelenska ©Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

La première dame d'Ukraine Olena Zelenska ©Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

L’objectif de Vladimir Poutine pour les prochaines semaines semble clair : saper les forces et le moral des Ukrainiens en bombardant les infrastructures énergétiques du territoire. Des coupures massives d’électricité et d’eau touchent actuellement le pays, plongeant le pays dans le chaos et forçant les habitants à affronter une terrible épreuve de plus.

”Nous sommes prêts à endurer cela”, affirme cependant Olena Zelenska, première dame d’Ukraine pour la BBC. “Nous avons subi tant de difficultés, vu tant de victimes et de destruction que ces blackouts ne sont pas les pires choses qui peuvent nous arriver”, annonce-t-elle.

Olena Zelenska reconnaît toutefois que la période à venir sera rude et incertaine pour les Ukrainiens : “Vous savez, c’est facile de courir un marathon lorsque vous connaissez le nombre de kilomètres. Ici, nous ne connaissons pas la distance”, métaphorise-t-elle, “mais de nouvelles émotions nous aident à tenir”, assure-t-elle également.

La première dame d’Ukraine s’est par ailleurs exprimée sur sa propre situation et son quotidien avec son mari le président Volodymyr Zelensky : “Je vis séparément avec mes enfants et mon époux reste au travail. Ce qu’il nous manque surtout ce sont les choses simples, comme s’asseoir et ne pas faire attention au temps qui passe, aussi longtemps que nous le voudrions.”

Pour Olena Zelenska, il est toutefois hors de question de capituler face à Moscou : “Nous comprenons tous que sans la victoire, il n’y aura pas de paix. Ce serait une fausse amnistie qui ne durerait pas”, clame-t-elle.

Enfin, interrogée sur une éventuelle “fatigue” que pourraient ressentir les pays alliés, notamment face aux hausses historiques de l’énergie et de la nourriture, la première dame d’Ukraine affirme ne pas avoir d’inquiétude : “Tout le monde comprend qu’il ne s’agit pas simplement d’une guerre en Ukraine mais d’une guerre de vision du monde”, nuance-t-elle.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article