CARTE. Guerre en Ukraine. La Russie menace l’Occident, nouveaux bombardements… Le point au 291e jour

Publié le par Ouest-France

L’ex-président russe Dmitri Medvedev a affirmé dimanche que Moscou fabriquait les « moyens de destruction les plus puissants » et a menacé de s’en servir contre l’Occident. Sur le terrain, de nouveaux bombardements ont fait des victimes, à Kherson notamment. Voici ce qu’il faut retenir de ce dimanche 11 décembre 2022, 291e jour de l’invasion russe en Ukraine.

Un homme dans les rues de Lyman, le 11 décembre, dans la région de Donetsk. Elle avait été occupée par les Russes. | SHANNON STAPLETON / REUTERS

Un homme dans les rues de Lyman, le 11 décembre, dans la région de Donetsk. Elle avait été occupée par les Russes. | SHANNON STAPLETON / REUTERS

L’ex-président russe et actuel numéro 2 du Conseil de sécurité, Dmitri Medvedev, a proféré de nouvelles menaces anti-occidentales dimanche.

« Notre ennemi ne s’est pas retranché uniquement dans le gouvernement de Kiev. Il est aussi en Europe, en Amérique du Nord, au Japon, en Australie, en Nouvelle-Zélande et dans d’autres endroits ayant prêté allégeance aux nazis de notre temps », estime Dmitri Medvedev. « Voilà pourquoi nous intensifions la production des moyens de destruction les plus puissants, y compris ceux basés sur de nouveaux principes », a-t-il poursuivi dans un message publié tôt dimanche matin sur son compte Telegram.

Il n’a pas détaillé ces nouveaux principes, mais faisait, semble-t-il, référence notamment aux nouvelles générations d’armes hypersoniques que Moscou se targue de développer activement ces dernières années.

Le port d’Odessa hors-service

Le port ukrainien d’Odessa était hors d’usage dimanche, après une attaque russe sur le réseau électrique de la région, a déclaré à Reuters le ministre de l’Agriculture Mykola Solsky. Les générateurs électriques n’ont pas encore été mis en route. Les négociants en céréales devraient cependant être en mesure de poursuivre leurs exportations, grâce aux ports de Chornomorsk et Pivdennyi, qui sont en partie opérationnels.

La situation en Ukraine au 291e jour du conflit. | INFOGRAPHIE OUEST-FRANCE

La situation en Ukraine au 291e jour du conflit. | INFOGRAPHIE OUEST-FRANCE

De nouveaux bombardements à Kherson

Deux personnes ont été tuées et cinq autres blessées dans des bombardements russes qui ont visé la région de Kherson, dans le sud de l’Ukraine, selon le gouverneur de la région. La ville de Kherson a été reprise en novembre par les forces ukrainiennes lors d’une contre-offensive, qui a entraîné le retrait des forces russes passées sur la rive gauche du fleuve Dniepr.

De leur côté, les forces ukrainiennes ont attaqué samedi soir la ville de Melitopol (sud de l’Ukraine) occupée par la Russie. Cette ville stratégique, qui comptait un peu plus de 150 000 habitants avant la guerre, est située dans la région de Zaporijjia, dont Moscou revendique l’annexion.

Les deux camps ont communiqué des informations contradictoires sur les cibles des frappes et les victimes.

Une conférence internationale pour l’Ukraine à Paris

Emmanuel Macron s’est entretenu dimanche au téléphone avec Volodymyr Zelensky pour notamment préparer la nouvelle conférence de soutien à l’Ukraine, qui se tiendra mardi à Paris. Près de 500 entreprises françaises seront réunies « pour répondre aux besoins critiques de l’Ukraine, contribuer à la reconstruction du pays et investir sur le long terme dans le potentiel de l’économie ukrainienne », a précisé ensuite l’Élysée.

Volodymyr Zelensky interviendra en visio « pour la résilience et la reconstruction de l’Ukraine ».

Selon l’Elysée, « des chefs d’État, des chefs de gouvernement, des ministres » de 47 pays participeront, de même que le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres.

Des enquêteurs se penchent sur les accusations de violences sexuelles

Une équipe internationale de conseillers juridiques a travaillé ces derniers jours avec des procureurs locaux dans la ville de Kherson, récemment libérée par l’armée ukrainienne, afin de rassembler des preuves de crimes sexuels présumés commis par les forces russes, annonce l’agence Reuters.

L’équipe est composée d’experts de Global Rights Compliance, un cabinet juridique international dont le siège est à La Haye.

Peu après l’invasion russe du 24 février, des accusations de viols et d’autres abus ont fait surface dans tout le pays, selon les témoignages recueillis par Reuters et l’organe d’enquête des Nations unies. Ce que réfute Moscou.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article