Coupe du monde 2022 : L’Argentine sacrée au terme d’un match de légende

Publié le par Sud Ouest

L’Argentine a décroché le troisième titre mondial de son histoire au terme d’un match qu’elle a longtemps écrasé, avant d’être poussée en prolongation, puis aux tirs au but par un triplé de Mbappé. Mais Messi a fini par avoir le dernier mot (3-3, 4 tirs au but à 2)

Lionel Messi et Angel Di Maria peuvent exulter : ils tiennent (enfin) leur Coupe du monde ! © Crédit photo : ADRIAN DENNIS / AFP

Lionel Messi et Angel Di Maria peuvent exulter : ils tiennent (enfin) leur Coupe du monde ! © Crédit photo : ADRIAN DENNIS / AFP

Après 1978 et 1986, l’Argentine a décroché son troisième titre de champion du monde ce dimanche à Lusail (Qatar), au terme d’une finale incroyable pour ce qu’elle a proposé comme retournements de situations. La France, invisible et outrageusement dominée pendant 80 minutes, a miraculeusement refait surface jusqu’à pousser l’Argentine en prolongation puis aux tirs au but.

Dès l’entame, l’équipe du sélectionneur Lionel Scaloni a pris le match à son compte, étouffant totalement une équipe de France à côté de la plaque, à l’image de Théo Hernandez, régulièrement débordé par un Lionel Messi intenable. Et cette pression n’a cessé de monter jusqu’à l’inéluctable : une faute assez anodine et un peu maladroite de Dembélé sur Di Maria. Le penalty, peut-être un peu sévère n’a pas échappé à Messi, qui a pris Lloris à contre-pied (23e) en même temps qu’il devenait seul meilleur buteur de ce mondial.

Giroud et Dembélé sortis tôt

Une ouverture du score totalement logique. La suite allait le confirmer au cours d’un match à sens unique où les Bleus subissaient un véritable calvaire. Une deuxième sentence tombait d’ailleurs sur une sortie de camp-éclair des Argentins, avec une relance de Messi vers Mac Alister qui servait Di Maria, facile face à Lloris pour le but du break (2-0, 36e).

La France coulait à pic et Didier Deschamps réagissait rapidement en sortant Olivier Giroud et Ousmane Dembélé, remplacés par Marcus Thuram et Randal Kolo Muani (41e). Mais à la mi-temps, le constat était accablant pour les Bleus : pas un tir au but et pas l’once d’un espoir.

L’étincelle Kolo Muani

Et c’était à peine mieux à la reprise… Mais Kolo Muani tentait de remuer les choses jusqu’à forcer Otamendi à le stopper irrégulièrement. Mbappé s’avançait pour transformer sans trembler le penalty qui relançait tout (80e, 2-1). Et la star française, invisible jusque-là, allait offrir en suivant une incroyable égalisation d’une splendide reprise de volée (81e, 2-2).

Et cette fois, la France, totalement relancée, mettait la main sur le match en même temps que Messi et les siens disparaissaient. Rabiot était ainsi à deux doigts de sceller le sort de cette finale (90e+4) d’une frappe sèche, puis Kolo Muani était repris de justesse (90+6) avant un incroyable sauvetage de Lloris sur une ultime frappe de Messi (90+7).

La prolongation, irrespirable, ne choisissait pas son camp, jusqu’à ce que Messi surgisse pour crucifier Lloris. Le génie argentin était hors-jeu au départ de l’action. Mais pour SA finale de Coupe du monde, on ne pouvait rien lui refuser (3-2, 109e). Terminé ? Toujours pas ! Car ces Bleus en voulaient encore, et Mbappé voyait sa frappe contrée de la main par Montiel : nouveau penalty et triplé du Français. La finale entrait dans la légende et allait se jouer aux tirs au but. Mais Coman, puis Tchouaméni rataient leur tir et l’Argentine pouvait savourer son sacre au terme d’une soirée inoubliable.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article