Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine trouve le temps « long », Volodymyr Zelensky fait la une du « Time »

Publié le par 20 Minutes par M.P. avec AFP

RECAP' « 20 Minutes » fait le point pour vous tous les soirs sur l’avancée du conflit en Ukraine

Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse en décembre 2021. — Natalia KOLESNIKOVA / AFP

Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse en décembre 2021. — Natalia KOLESNIKOVA / AFP

  • La Russie a lancé son « opération militaire » en Ukraine le jeudi 24 février. Tous les soirs, à 19h30, 20 Minutes vous propose son point récap' sur le conflit diplomatique russo-ukrainien devenu une guerre qui fait chaque jour des morts, des blessés et des milliers de réfugiés.
  • Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Et qui soutient qui et pourquoi ? Vous saurez tout sur l’avancée des négociations et sur les événements de cette crise qui secoue la Russie, l’Ukraine, l’Europe ou encore les Etats-Unis.
  • Ce mercredi, Vladimir Poutine s’est exprimé lors de la réunion annuelle du Conseil présidentiel des droits humains, un organe consultatif formé en 2004.

Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

Le fait du jour

Valdimir Poutine a reconnu que le conflit en Ukraine était « long », lors d’une réunion retransmise à la télévision avec son Conseil pour la société civile et les droits de l’Homme, une assemblée pro-Kremlin. « Bien sûr, c’est un long processus », a déclaré le chef du Kremlin, tout en vantant des « résultats significatifs ». Le président Poutine faisait référence aux quatre régions ukrainiennes dont il a revendiqué l’annexion fin septembre, bien que la Russie ne les contrôle qu’en partie et que les combats y fassent rage avec les forces de Kiev.

Vladimir Poutine durant le Conseil de sécurité du 6 décembre 2022. - Kremlin Pool/UPI//SIPA

Vladimir Poutine durant le Conseil de sécurité du 6 décembre 2022. - Kremlin Pool/UPI//SIPA

Rappelons que l’offensive lancée en février était censée se solder par une victoire russe éclair, mais l’armée ukrainienne, galvanisée par les armes occidentales, a forcé la Russie à renoncer au printemps à prendre Kiev, puis à l’automne à se replier dans plusieurs autres régions. Ce mois-ci, l’armée russe a même dû battre en retraite de Kherson, la capitale de la région éponyme que Moscou considère portant comme sienne. 

Le Kremlin avait toujours nié que son offensive contre l’Ukraine était destinée à conquérir de nouveaux territoires, affirmant vouloir défendre les populations russophones et mettre fin à l’alliance entre Kiev et l’Occident.

Le chiffre du jour

150.000. C’est le nombre de réservistes russes actuellement déployés sur le front, en Ukraine. « Sur 300.000 de nos combattants mobilisés, nos hommes, nos défenseurs de la Patrie, 150.000 se trouvent dans la zone d’opération », a déclaré Valdimir Poutine, toujours lors de cette réunion retransmise à la télévision. Le président russe a précisé que 77.000 sont actuellement déployés directement au combat. Les 150.000 autres sont toujours en formation en Russie.

La phrase du jour

Pour avoir prouvé que le courage peut être aussi contagieux que la peur, pour avoir incité les gens et les nations à s’unir pour défendre la liberté, pour avoir rappelé au monde la fragilité de la démocratie - et de la paix –, Volodymyr Zelensky et l’esprit de l’Ukraine sont la personnalité de l’année 2022 du TIME. »

Tels sont les mots du rédacteur en chef du Time, Edward Felsenthal. Ces mots ont été prononcés ce mercredi alors que le président de l’Ukraine Volodymyr Zelensky a été désigné personnalité de l’année 2022 par le magazine américain. La distinction, accordée depuis 1927, est généralement vouée à souligner le poids et l’influence d’une personnalité sur la scène internationale, pas forcément sa popularité. En 2007, c’était Valdimir Poutine qui l’avait obtenue, à l’époque pour avoir « imposé la stabilité » à son pays et ramené « la Russie à la table des puissants de ce monde ».

La tendance du jour

Il avait ce mercredi réuni les membres triés sur le volet de son propre conseil des droits humains. Au menu, la guerre en Ukraine forcément et donc... Le soutien des alliés à Kiev. Valdimir Poutine a donc accusé l’ONU et d’autres organisations internationales, ainsi que les médias occidentaux, d’avoir une attitude biaisée anti-russe quant à l’offensive lancée par Moscou en Ukraine.

« Ce n’est qu’après le début de l’opération militaire spéciale que le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, le Conseil de l’Europe et d’autres soi-disant organisations de défense des droits de l’homme ont soudainement "vu la lumière" et ont commencé sans vergogne à démontrer leur parti pris cynique », a fustigé Valdimir Poutine. « Cela signifie que ces structures ne sont pas en mesure de remplir leurs missions statutaires », a-t-il ajouté lors de cette réunion retransmise à la télévision.

Valdimir Poutine a ainsi estimé que les organisations occidentales de défense des droits humains avaient été créées « principalement comme un instrument d’influence sur la politique intérieure de la Russie et surtout d’autres pays d’ex-URSS ». Il a également accusé les « médias étrangers » de diffuser des « faux ignobles » et des « mensonges flagrants » sur l’offensive de Moscou, les fustigeant pour leur « racisme ouvert » et leur « russophobie agressive ».

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article