Le ministre de la Défense russe a-t-il survolé la ligne de front ?

Publié le par TF1 par Caroline Quevrain

Le ministre de la Défense russe a-t-il survolé la ligne de front ?
  • L’armée russe a communiqué sur la visite de Sergueï Choïgou sur la ligne de front.
  • Mais pour un groupe d’experts en géolocalisation, il se serait rendu en Crimée.
  • Une manipulation dénoncée par un responsable ukrainien aux Affaires étrangères.

Dans la guerre en Ukraine, le combat se passe bien entendu sur le terrain, mais aussi par voie de propagande, grâce à l’image. Dimanche 18 décembre, l’armée russe a diffusé une courte vidéo de son ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, à bord d’un hélicoptère au-dessus de la "ligne de front". L’appareil a notamment "survolé les zones où les troupes sont déployées et a vérifié les positions avancées des unités russes", selon le communiqué.

Moscou ne précise pas dans quels territoires le ministre se trouve, si ce n’est qu’il s’est rendu dans les "zones de l’opération miliaire spéciale", ni quand. Il n’en faut pourtant pas plus à certains observateurs du conflit pour douter.  Dix mois après le début de la guerre, la ligne de front s’étend sur des centaines de kilomètres, tandis que l’armée russe se fait repousser à l’est par la contre-offensive ukrainienne. Au total, les soldats de Kiev auraient regagné plus de 70.000 km² de territoire

Et comme l’a résumé Volodymyr Zelensky lundi 19 décembre, "Bakhmout reste le point le plus chaud de toute la ligne de front, plus de 1300 kilomètres d'hostilités actives". Après plusieurs revers dans le sud du pays, les Russes ont concentré leurs efforts sur cette ligne de front au nord de Donetsk.

La ligne de front vue de haut, selon des images de l'armée russe - Armée russe

La ligne de front vue de haut, selon des images de l'armée russe - Armée russe

On peut supposer qu’en évoquant la ligne de front dans son communiqué, l’armée russe vise ce territoire du Donbass. Mais pour un groupe d’experts en géolocalisation, Sergueï Choïgou se trouverait à des dizaines de kilomètres de là… en Crimée. Pour affirmer une telle chose, le projet GeoConfirmed, avec l’aide du compte Glasnost Gone, s’appuie sur les tranchées et les crevasses du sol visibles du ciel, qu’il a retrouvées à l’identique en Crimée, sur "la ligne défensive" à 85 kilomètres de là. "Il a volé près de la frontière Kherson-Crimée. Ils montrent des tranchées pour prouver qu'il a survolé la ligne de front pendant qu'ils lui donnent une explication (sur quoi ?) mais en réalité, il vole à 85 km derrière la ligne de front", affirme GeoConfirmed.

Il va jusqu’à donner les coordonnées GPS de qu’il pense être la fameuse vue du ciel, aperçue dans la vidéo. Le ministre de la Défense de la Fédération de Russie se trouverait ainsi dans le nord de la Crimée, non loin d'Armyansk, une ville occupée par la Russie depuis 2014. Des éléments qui ont été repris par le média ukrainien Pravda. Dans le même temps, un conseiller au ministère ukrainien des Affaires étrangères a dénoncé une manipulation de l’armée russe, insistant sur un autre aspect.

Sur son compte Twitter, Anton Gerashchenko a notamment fait remarquer que "vue depuis la fenêtre de son hélicoptère, mi-décembre, l'herbe est verte dans la zone ‘opération militaire spéciale’". Ce qui parait très peu crédible au regard de la météo actuelle dans la région du Donbass, où il fait des températures négatives et où la neige est fréquente en cette saison. Même en l’absence de neige, le paysage vu de haut au début de l’hiver n’est pas si vert, comme on peut le constater facilement sur des outils comme Google Earth Pro. Ici, une comparaison des environs de la ville de Bakhmout en décembre 2020 et en juillet 2021.

La ville de Bakhmout et ses environs en décembre, puis en juillet - DR / Google Earth Pro

La ville de Bakhmout et ses environs en décembre, puis en juillet - DR / Google Earth Pro

Côté ukrainien, Volodymyr Zelensky s’est justement rendu à Bakhmout ce mardi 20 décembre, selon son service de presse. Si le président se déplace régulièrement dans des zones situées près de la ligne de front, sa visite dans la ville semble le plus risqué de ses voyages.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article