Omerta dans le village, profil de la victime... Ce que l'on sait sur l'affaire de l'Escarène, où un homme a été lynché par des habitants

Publié le par Nice-Matin par La rédaction

Que s'est-il passé dans ce "paisible" village azuréen pour qu'une poignée de villageois en vienne à lyncher un homme? Voici ce que l'on sait de cette affaire sordide, où la victime, 39 ans, a été battu à mort et où l'un des suspects aurait fui à l'étranger.

 Que s'est-il réellement passé, à l'Escarène, ce 12 octobre au soir? Les enquêteurs tentent de faire toute la lumière sur cet épouvantable drame. Photo: Dylan Meiffret/Nice Matin

Que s'est-il réellement passé, à l'Escarène, ce 12 octobre au soir? Les enquêteurs tentent de faire toute la lumière sur cet épouvantable drame. Photo: Dylan Meiffret/Nice Matin

Tout le monde sait, mais personne ne parle. A l'Escarène, l'omerta règne depuis la mort de Jéremy Dasylva, lynché par des habitants de ce village du Paillon, le 12 octobre dernier.

Depuis le drame, sa compagne, une Escarénoise, tente de comprendre et attend, comme la famille de Jérémy, que justice soit rendue. Une information judiciaire a été ouverte pour tenter de faire la lumière sur ce drame sordide. Que s'est-il passé ce soir-là et pourquoi? Voici ce que l'on sait. 

Les faits

L'affaire remonte au 12 octobre dernier. Ce soir-là, Jeremy Dasylva est à Nice avec sa compagne. C’est le début de soirée, ils décident de rentrer chez eux. Légère prise de bec. La jeune femme prend la voiture pour retourner chez elle. Lui décide de s’y rendre en train.

Dans la soirée, vers 20h35, les gendarmes sont appelés pour ce qui ressemble à un "cambriolage". Un peu plus d'une heure plus tard, ils sont à nouveau appelés et apprennent que "le présumé suspect a été arrêté, neutralisé par des habitants", assurent les forces de l’ordre.

La dame a crié, des habitants sont arrivés. Certains avaient des chiens, ils ont lancé au moins l’un d’entre eux sur la victime, qui a été frappée dans le jardin d’enfants, puis encore ailleurs", raconte une source.

Selon, un témoin de la scène, "plusieurs personnes, des jeunes, sont à l’origine de la chasse à l’homme. Il y en avait un qui avait deux chiens, il frappait le jeune homme". Un proche ajoute: "Il a été déshabillé, certains de ses vêtements ont été jetés dans le Paillon, il a été frappé." En fin de soirée, les pompiers transportent la victime au CHU Pasteur 2 à Nice, où il décédera deux jours plus tard. 

Selon sa compagne Olivia, Jeremy Dasylva aurait été lynché pour avoir prétendument dérobé "la carte bancaire et 45 euros" chez une dame. "Rien n'a été retrouvé", assure-t-elle cependant. "À l’hôpital, il m’a dit qu’il n’avait rien volé. D’ailleurs, rien n’a été retrouvé, c’est une preuve. Ni les affaires qu’on l’accuse d’avoir prises, ni son sac à dos et son téléphone", dit-elle.

Où en est l'enquête?

Une information judiciaire est ouverte faire toute la lumière sur ce drame. "À ce stade, nous confirmons l’ouverture d’une information judiciaire du chef de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Aucune mise en examen n’est encore intervenue.", a indiqué à Nice-Matin Jean-Philippe Navarre, procureur adjoint de la République de Nice.

L’enquête a été confiée à la brigade de recherche de Nice, où les enquêteurs tentent de démêler cette sombre histoire, identifier les auteurs et déterminer leur implication. Les images des caméras de vidéosurveillance de la commune ont été visionnées.

Selon une source proche de l’enquête, au moins l’un des auteurs a été identifié. Il serait en fuite à l’étranger et un mandat d’arrêt aurait été lancé. Les auteurs risquent jusqu'à 20 ans de prison.

Qui était la victime?

La victime, Jeremy Dasylva est un homme de 39 ans, né à Nice et installé à La Colle-sur-Loup. Ses proches parlent d'un papa attentionné, d'un frère et d'un fils aimant. "Il aimait danser, le rap et le football", confie encore l’un de ses amis.

"C’était un garçon gentil, jovial, avenant. Sa mort a choqué tous les gens de sa génération, dans le village où tout le monde l’avait côtoyé. Les circonstances de sa mort sont révoltantes et révulsantes et nous sommes beaucoup à vouloir des réponses, à vouloir que toute la lumière soit faite. Personne ne mérite de mourir comme ça", réagit Morgan, qui a connu Jérémy à La Colle.

Séparé de la maman de son fils, celle-ci assure toutefois qu'il était un "père présent malgré la distance". Après cette séparation justement, il avait retrouvé l'amour avec Olivia, une Escarénoise.

Sa compagne est sous le choc, dans l'incompréhension

Olivia, la compagne de Jeremy Dasylva, originaire de l'Escarène, aimerait comprendre et que la justice soit rendue. Depuis la mort de son compagnon, elle est sous le choc.

"C’est moi qui l’ai trouvé, ses vêtements déchirés, sans chaussures", dit-elle. "À l’hôpital, il m’a dit qu’il n’a rien volé. D’ailleurs rien n’a été retrouvé, c’est une preuve. Ni les affaires qu’on l’accuse d’avoir prises, ni son sac à dos et son téléphone", assure Olivia. "Le soir, j’ai arpenté tout le village, je n’ai rien trouvé. Et le dimanche encore toute la journée, j’ai retrouvé l’une de ses chaussures dans le Paillon."

Alors où sont passés "la carte bancaire et les 45 euros" que Jérémy est soupçonné d’avoir dérobés chez une dame qui habite un peu plus haut que le bar-tabac? "Cela prouve bien que ce n’est pas lui", souffle sa compagne. "Vous vous rendez compte, il a fait au moins trois fois le tour du village pour échapper à ceux qui le poursuivaient", conclut-elle, bouleversée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article