63 ou 400 soldats russes tués dans une frappe ukrainienne ? Le difficile décompte des morts de la guerre en Ukraine

Publié le par franceinfo par Nathanaël Charbonnier - franceinfo Radio France

Au moins 63 militaires russes ont été tués dans une frappe ukrainienne sur Makiïvka, une ville de l'est de l'Ukraine, a annoncé hier le ministère russe de la Défense. Les autorités ukrainiennes qui reconnaissent avoir mené les frappes, évoquent un bilan bien plus élevé.
Des soldats ukrainiens tirent avec un canon Caesar français en direction de positions russes, le 15 juin 2022. (ARIS MESSINIS / AFP)

Des soldats ukrainiens tirent avec un canon Caesar français en direction de positions russes, le 15 juin 2022. (ARIS MESSINIS / AFP)

L'autre guerre : celle de l'information. Depuis le début de son intervention militaire en Ukraine en février 2022, l'armée russe, qui parle très peu du nombre des morts et des blessés dans ses rangs, n'avait jamais signalé de pertes aussi lourdes subies dans une seule attaque.

Pourtant, lundi 2 janvier, Moscou a reconnu la mort de 63 soldats en Ukraine, tués dans une frappe ukrainienne en territoire séparatiste dans l'est du pays. Il s'agit de l'une des plus lourdes pertes en une seule attaque admises par Moscou depuis le début de l'invasion. Le département des communications stratégiques des forces armées ukrainiennes a confirmé avoir mené cette frappe sur Makiïvka, ville sous occupation russe située à l'est de la ville séparatiste de Donetsk, le soir du Nouvel an, parlant de près de 400 soldats russes tués, avant que l'état-major général déclare qu'un bilan des "pertes" humaines était en train d'être établi. 

Selon le ministère de la Défense, les missiles ont été tirés par des systèmes HIMARS, une arme fournie par les Etats-Unis aux forces ukrainiennes et qui ont frappé "un centre de déploiement provisoire" de l'armée russe à Makiïvka. L'annonce de ces lourdes pertes a immédiatement provoqué des critiques envers le commandement militaire russe, accusé notamment par l'ancien responsable séparatiste Igor Strelkov, très au fait de la situation sur le terrain, d'avoir entreposé des munitions dans ce bâtiment non protégé.

200 000 morts selon les Etats-Unis

Depuis le début de l'"opération spéciale" défendue par le Kremlin, l'armée russe n'a qu'à de très rares reprises donné un bilan de son offensive ou communiqué sur ses pertes. Et le secret sur le nombre de victimes est un secret bien gardé. D'ailleurs, il l'est autant du coté russe que du coté ukrainien.

Si l'on tient compte des bilans officiels, à ce jour, la guerre aurait fait entre 10 et 13 000 morts dans l'armée de Kiev. Cette tendance est signée d'un conseiller à la présidence qui s'exprimait à la télévision, début décembre. Si l'on se place dans le camp russe, le dernier chiffre revendiqué par le ministre de la Défense Sergueï Choïgou tourne, lui, autour des 6000 soldats morts au combat. Mais ce chiffre date de septembre 2022 et semble bien inférieur à la plupart des estimations occidentales. Il faut dire que dans le domaine, la propagande fait loi, comme ce bombardement du nouvel An, où le bilan humain peut être multiplié par six. 

Dans ce contexte, on peut retenir le bilan des américains qui parlent de 100 000 victimes russes tués depuis février et qui en comptabilisent autant coté ukrainien. Reste enfin, le nombre de civils morts : ils seraient plus de 6700, d'après l'ONU

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article