Décès de Renée Gailhoustet, architecte emblématique des logements sociaux

Publié le par Le Figaro avec AFP

Cette militante communiste, qui a profondément transformé Ivry-sur-Seine, a voulu offrir une alternative aux barres et tours d'habitation. Elle s'est éteinte à 93 ans.

Renée Gailhoustet était l'une des rares architectes à vivre dans l'une de ses créations HLM. Bridgerman

Renée Gailhoustet était l'une des rares architectes à vivre dans l'une de ses créations HLM. Bridgerman

Célèbre pour ses réalisations en matière de logement social en banlieue parisienne, Renée Gailhoustet est décédée à l'âge de 93 ans, a annoncé le maire d'Ivry Philippe Bouyssou, où l'architecte-urbaniste résidait. Renée Gailhoustet, l'une des rares architectes à vivre dans l'une de ses créations HLM, au Liégat, s'est éteinte dans la nuit de mardi à mercredi à Ivry-sur-Seine, lieu de ses principales réalisations.

Militante communiste dans les années 1960, Renée Gailhoustet a travaillé pendant quarante ans à exprimer son engagement social à travers sa vision du logement collectif. Avec son confrère Jean Renaudie, Renée Gailhoustet veut offrir une alternative aux barres et tours de logement social. Le duo mise plutôt sur des immeubles à même le centre-ville. Ils emboîtent passages et terrasses, mêlent béton brut et végétal. L'innovation n'est pas seulement formelle, elle est aussi fonctionnelle. Commerces, bureaux, logements et équipements publics doivent coexister harmonieusement.

«Son expertise et sa profession, elle les mettait au service du logement social. Elle le concevait comme un espace d'échanges, de rencontres et de bien-être, plaçant l'humain au centre de ses réalisations», a salué Philippe Bouyssou.

Contribuer à la réflexion sur la qualité du logement

«Avec pour souci de contribuer à la réflexion sur la qualité du logement dans la France productiviste des Trente Glorieuses, elle fut l'une des premières femmes à exercer le métier d'architecte en son nom propre, en concevant et en construisant d'ambitieux projets dans la périphérie de Paris», a rendu hommage samedi la ministre de la Culture, Rima Abdul Malak, dans un communiqué. Et de poursuivre : «Elle a mené une réflexion exigeante et prolifique sur l'individualisation de l'habitat social, en refusant la construction standardisée de cette époque».

La cité Jeanne Hachette à Ivry-sur-Seine Bridgerman

La cité Jeanne Hachette à Ivry-sur-Seine Bridgerman

Parmi ses réalisations majeures: la rénovation de la ville d'Ivry-sur-Seine, avec notamment les tours Raspail, Lénine, Jeanne Hachette et Casanova, ainsi que les ensembles Spinoza, Liégat et Marat. Elle est également à l'origine de la construction de près de 900 logements dans le quartier de la Maladrerie à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, agencés sous forme de pyramides de béton laissant aussi place au végétal. À Saint-Denis, elle s'est aussi attachée à conserver le caractère industriel des bâtiments de la ZAC Montjoie.

En reconnaissance de son travail, elle s'est vue décerner en octobre le prix d'honneur du Grand Prix national d'architecture (GPNA) pour l'ensemble de sa carrière. Elle a également reçu la médaille d'honneur de l'Académie d'architecture en 2018 et le Grand Prix des arts de Berlin en 2019.

Plusieurs des ensembles qu'elle a construits bénéficient du label «Architecture contemporaine remarquable» et sa première construction, la Tour Raspail à Ivry-sur-Seine, a été inscrite en 2022 au titre des Monuments historiques.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article