Disparition de Marie-Thérèse Bonfanti en 1986 : découverte de restes humains en Isère

Publié le par Sud Ouest avec AFP

Marie-Thérèse Bonfanti, 25 ans et mère de deux enfants, distribuait des journaux à Pontcharra. Elle disparaît le 22 mai 1986. Le 9 mai 1985, soit un an avant, une jeune fille de 19 ans, Marie-Ange Billoud, s’était aussi volatilisée

Un crâne humain a été découvert mercredi à Buissière (Isère) lors de fouilles. © Crédit photo : Dequier Loïc/ « Sud Ouest »

Un crâne humain a été découvert mercredi à Buissière (Isère) lors de fouilles. © Crédit photo : Dequier Loïc/ « Sud Ouest »

Un crâne humain a été découvert mercredi à Buissière (Isère) lors de fouilles destinées à retrouver les restes du corps de Marie-Thérèse Bonfanti, disparue dans la ville voisine de Pontcharra en 1986, a annoncé vendredi le procureur de Grenoble.

« Rien ne permet d’établir formellement à ce stade qu’il s’agit des restes de Marie-Thérèse Bonfanti », a cependant indiqué le procureur Eric Vaillant, des expertises menées « au cours des prochaines semaines » devant confirmer « la nature féminine du crâne découvert et son identité ADN ».

Mis en examen et écroué

Marie-Thérèse Bonfanti, 25 ans et mère de deux enfants, distribuait des journaux à Pontcharra. Elle disparaît le 22 mai 1986. Un homme, qui habitait à proximité à l’époque, avait été soupçonné puis relâché, et l’enquête s’était soldée par un non-lieu.

Mais en mai 2022, Éric Vaillant a annoncé que l’affaire avait été élucidée. Ce même homme, qui habitait la Savoie et qui était alors âgé de 56 ans, a été interpellé et a reconnu « avoir tué » Marie-Thérèse Bonfanti. Il a été mis en examen pour « enlèvement, séquestration et meurtre » et est écroué.

Des fouilles organisées sur le « lieu de dépose supposé du corps de la victime indiqué par le mis en examen », « ont permis la découverte d’un crâne humain à environ 65 mètres » de l’endroit en question, a expliqué vendredi à la presse Eric Vaillant. Un « ossement partiel » dont « la nature humaine n’est pas confirmée », un bouton-pression et un bout de tissu ont également été retrouvés.

Le 9 mai 1985 une jeune fille de 19 ans, Marie-Ange Billoud, s’était volatilisée alors qu’elle s’apprêtait à quitter Pontcharra pour se rendre à Chambéry en auto-stop. Après l’élucidation du meurtre de Marie-Thérèse Bonfanti, une information judiciaire a été rouverte. Le procureur adjoint de Grenoble Boris Duffau avait déclaré que, si rien ne permettait de lier l’affaire Bonfanti à d’autres meurtres ou disparitions non résolus, rien n’empêchait « de s’interroger, d’investiguer et éventuellement de faire de nouveaux rapprochements ».

Source : Disparition de Marie-Thérèse Bonfanti en 1986 : découverte de restes humains en Isère

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article