Épisode 1/4 : Occupations et résistances

Publié le par France Culture

Alors que les forces de l’axe, Allemagne, Japon et Italie, connaissent leurs premières défaites majeures, l’espoir renait. Mais l’Europe toute entière reste sous domination nazie.

Paris occupé - 1943 : Marche des troupes allemandes le long des Champs Elysées, Paris, vers l'Arc de Triomphe. ©Getty - (Photo par Keystone/Getty Images)

Paris occupé - 1943 : Marche des troupes allemandes le long des Champs Elysées, Paris, vers l'Arc de Triomphe. ©Getty - (Photo par Keystone/Getty Images)

Le Reich a annexé l’Autriche, le Luxembourg, la Bohème Moravie et une partie de la Pologne. Les pays satellites, Bulgarie, Hongrie, Slovaquie, Finlande et Roumanie, officiellement alliés de l’Allemagne, conservent une forme de souveraineté mais sont totalement soumis aux exigences des nazis.

Le reste de l’Europe est occupé par l’Allemagne : Pays-Bas, Belgique, Norvège, Serbie, Grèce, Danemark et la France toute entière depuis que les allemands ont envahi la zone dite libre le 11 novembre 1942.

En France, le quotidien est de plus en plus dur, comme le rappelle l’historien, Olivier Wievorka : “C'est une période où les Français ont faim. C'est une période où les Français ont froid. C'est donc une occupation de plus en plus rude”. Mais il explique également combien cette année est charnière, car l’occupation de tout le pays en 1943 va rabattre les cartes : “Le fait que le régime de Vichy ait perdu une très large part de son autonomie va agir comme un réducteur d'incertitude. Beaucoup de Français patriotes pouvaient croire ou voulaient croire au double jeu du maréchal Pétain. Mais, à partir du moment où Pétain n'est plus que la marionnette de l'Allemagne, ces illusions tombent pour toute une partie de la population française et pour l'armée. On peut dire que les masques se déchirent, ils sont placés au pied du mur”. Sans compter, un autre élément essentiel au basculement de cette période qui est, “la généralisation du Service du travail obligatoire en février 1943. Cela va créer un électrochoc et amener la résistance française à se mobiliser dans l'hiver 42-43".

Dans les pays annexés ou occupés, la répression fait rage, avec des degrés différents selon les régions, la Pologne que l’Allemagne entend coloniser, subit un régime particulièrement violent. À Prague, à Paris ou à Athènes, en zone d’occupation allemande, italienne ou hongroise, comment vivent les populations durant cet hiver 43, entre occupation et résistance ?

Un documentaire de Kristel Le Pollotec et Thomas Dutter.

Avec :

Xavier Bougarel, historien, spécialiste des Balkans

Olivier Wievorka, historien, spécialiste de la Seconde Guerre mondiale

Marie-Anne Matard Bonucci, historienne, spécialiste du fascisme

Catherine Horel, historienne, spécialiste de l’Europe Centrale contemporaine

Barbara Lambauer, historienne de la Seconde Guerre mondiale

Caroline Mezger, Institut d’Histoire Contemporaine de Munich

Comédien•nes :

Journal - Jean Cocteau : Thomas Dutter

Journal – Maurice Garçon : Pierre-Benoist Varoclier

Revue les Lettres françaises : Lucas Dérode

Anne Steffens prête sa voix aux traductions des historien(nes)s allemand(e)s.

Liens :

Source : Épisode 1/4 : Occupations et résistances

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article