Guerre en Ukraine : le vrai-faux cessez-le-feu de Vladimir Poutine n’aura pas lieu

Publié le par La Croix par Olivier Tallès

Les faits Vladimir Poutine a annoncé un cessez-le-feu unilatéral en Ukraine les 6 et 7 janvier, à l’occasion du Noël orthodoxe. Rejetée par les Ukrainiens, cette déclaration a également été critiquée par les nationalistes russes pro-guerre.

Un habitant devant une maison en feu touchée par les bombardements russes à Kherson, en Ukraine, la veille du Noël orthodoxe vendredi 6 janvier 2023.  LIBKOS/AP

Un habitant devant une maison en feu touchée par les bombardements russes à Kherson, en Ukraine, la veille du Noël orthodoxe vendredi 6 janvier 2023. LIBKOS/AP

Sans surprise, la trêve unilatéralement décrétée par la Russie en Ukraine n’aura pas vu le jour. À Bakhmout, épicentre des combats dans l’Est, les tirs d’artillerie se sont poursuivis des deux côtés de la ligne de front. L’armée russe a également frappé vendredi, à deux reprises, la ville de Kramatorsk. Au mieux, l’intensité des combats semblait moindre par rapport aux jours précédents, selon les journalistes de l’Agence France-Presse présents sur place.

La veille, Vladimir Poutine avait annoncé un « cessez-le-feu sur toute la ligne de contact entre les parties à partir de 12 heures, le 6 janvier de cette année jusqu’à 24 heures le 7 janvier ». Cette déclaration avait été précédée d’une demande du patriarche orthodoxe russe Kirill d’organiser une trêve à l’occasion du Noël orthodoxe. Il s’agissait, dans la tête de ce haut responsable religieux, d’une parenthèse, le temps que « les orthodoxes puissent assister aux offices de la veille et du jour de Noël » en Ukraine.

Des Russes sceptiques

Pour la plupart des observateurs, l’annonce du maître du Kremlin était avant tout une opération de communication à usage interne. « Le cessez-le-feu cadre bien avec la logique du président russe qui pense être du bon côté de l’histoire et se battre pour la justice, précise sur Telegram la politologue Tatiana Stanovaya. Il est aussi lié à la mort de dizaines de soldats russes lors de la destruction d’un bâtiment de Makiïvka, le soir du Nouvel an. Poutine ne veut pas que cela se répète ce jour de Noël. »

La proposition du dirigeant russe avait été rejetée par les Ukrainiens, qui avaient pour leur part proposé une trêve durant les fêtes entre Noël et le Jour de l’An, sans obtenir de réponse du côté russe. Même à Moscou, l’annonce a provoqué l’étonnement, notamment chez les va-t-en guerre qui réclament au contraire un renforcement de l’effort militaire. « Les correspondants de guerre russes semblent choqués par l’annonce du cessez-le-feu, ajoute Tatiana Stanovaya. Personne ne comprend vraiment pourquoi de tels « jeux de vertus » sont nécessaires. »

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article