Guerre en Ukraine : "les proches ont le droit de savoir", une pétition réclame un autre décompte des soldats russes morts après le bombardement à Makiïvka

Publié le par franceinfo Radio France

Le 31 décembre 2022, un bombardement, a coûté la vie, officiellement, à 89 soldats russes à Makiïvka en Ukraine. Pour les familles, il y a aujourd'hui beaucoup d'interrogations face à ce décompte officiel. Une pétition en ligne a été lancée.

Des débris sur les lieux après le bombardement ukrainien à Makiivka. Cette frappe aurait tué le 31 décembre au moins 89 soldats russes selon un décompte officiel.  (ALESSANDRO GUERRA / EPA)

Des débris sur les lieux après le bombardement ukrainien à Makiivka. Cette frappe aurait tué le 31 décembre au moins 89 soldats russes selon un décompte officiel. (ALESSANDRO GUERRA / EPA)

Les enterrements se succèdent dans la région de Samara. Parmi les 89 soldats russes officiellement morts dans la nuit du 31 décembre dans un bombardement à Makiïvka, nombreux d'entre eux étaient apparemment originaire de cette région, située à 800 kilomètres au sud-est de Moscou. Ce soir de réveillon, ces troupes russes étaient massées dans un bâtiment, à côté d'un dépôt de munitions. Les signaux envoyés par les portables des nombreux soldats avaient aidé l'armée ukrainienne à les repérer. D'après un dernier décompte effectué par un activiste local, les noms d'au moins 50 victimes du bombardement de Makiïvka originaires de la région ont été publiés par les autorités ou des médias locaux. 

Il y a eu probablement plus de victimes, mais à Samara, personne n'ose protester publiquement face à ce bilan des autorités. Pour autant, une pétition, lancée en ligne demande, aujourd'hui, à l'armée de publier la liste des victimes. Déjà 50 000 signatures ont été recueillies mardi 17 janvier. 

L'armée ne communiquera aucune information supplémentaire

"Ça a été un véritable coup de tonnerre pour les habitants de Samara", explique Serguey Podsitnik, à l'origine de cette pétition. Cet opposant au pouvoir originaire de cette région sur les bords de la Volga vit aujourd'hui en exil en Géorgie. "Les proches ont le droit de savoir ce qui leur est arrivé. Tout le monde est fatigué des statistiques. Cela suscite beaucoup d'émotions."

"La liste des noms est importante parce que ce sont des histoires humaines, des vies humaines dont il est question." Serguey Podsitnik, à l'origine de la pétition à franceinfo

Le commissaire militaire de Samara a répondu à cette pétition. Il explique qu'il ne publiera pas la liste des victimes parce que c'est une information exploitable par les renseignements étrangers. De son côté, l'armée ukrainienne a évoqué le chiffre de 400 militaires russes tués. Comme après le naufrage du Moskva, l'armée russe ne donnera pas plus d'informations sur le bombardement de Makiïvka. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article