Le parquet de Poitiers confie quatre dossiers au pôle national dédié aux crimes non élucidés, les "cold-cases"

Publié le par France 3 Nouvelle Aquitaine Écrit par Céline Serrano

Meurtre d'un étudiant en 2004, meurtre d'un sexagénaire en 2010, tentative de meurtre sur une joggeuse en 2015, disparition de Tiphaine Véron en 2018. Les cabinets d'instruction poitevins se sont dessaisis de ces quatre affaires non résolues, pour les confier au pôle "cold-cases" de Nanterre.

Cold cases • © MARTIN BUREAU / AFP

Cold cases • © MARTIN BUREAU / AFP

Mis en place en mars 2022, le pôle national dédié au traitement des crimes sériels ou non élucidés, rattaché au tribunal judiciaire de Nanterre, peut être saisi pour des infractions de meurtre, viol, actes de torture et de barbarie, ou encore d'enlèvement et séquestration, présentant une complexité particulière et irrésolus 18 mois après les faits.

"Des réquisitions aux fins de dessaisissement au profit du tribunal judiciaire de Nanterre ont été prises, et quatre dossiers ont, après échanges avec le pôle, fait l'objet d'un dessaisissement par les cabinets d'instruction poitevins" indique le procureur de la République de Poitiers Cyril Lacombe.

Le meurtre d'un étudiant à Poitiers en 2004

Porté disparu après une soirée entre amis, Olivier Fargues avait été retrouvé mort dix jours plus tard, le 11 mars 2004, à Mignaloux Beauvoir. Le cadavre de cet élève de l'ENSMA était dissimulé dans deux sacs-poubelles rassemblés par du ruban adhésif.

L'enquête, close en 2009 sur un non-lieu, avait été relancée en 2011 en raison de nouvelles empreintes génétiques exploitables.

Ce dossier d'instruction "ouvert des chefs d'homicide volontaire et vol, commis en mars 2004 à Mignaloux-Beauvoir et Poitiers, et nécessitant des mesures d'expertises et d'investigations particulières" a été transmis au pôle de Nanterre le 28 octobre 2022.

Un sexagénaire tué à l'arme blanche dans son jardin en 2010

Le corps d'Yves-Laurent Grimault, tué par arme blanche, avait été découvert le 23 novembre 2010 dans le jardin de son domicile, chemin de la Loubantière à Buxerolles. La victime, un retraité installé à Buxerolles en 2005, avait reçu une dizaine de coups de couteau.

Trois ans après les faits, le procureur de la République de Poitiers et le juge d'instruction chargé de l'enquête avaient lancé un appel à témoin qui n'avait pas permis d'élucider l'affaire.

Le pôle dédié aux crimes non élucidés a été saisi de ce dossier "ouvert contre X du chef de meurtre commis le 23 novembre 2010 à Buxerolles et dont les investigations présentent une complexité particulière" le 9 janvier 2023.

Une jeune femme victime de viol et tentative de meurtre en 2015

Le 23 juin 2015 vers 18h30, une jeune joggeuse était violée et son agresseur tentait de la tuer avant de s'enfuir. Les faits ont eu lieu le long du Clain, très fréquenté par les joggeurs. Malgré les nombreux témoignages recueillis par les enquêteurs, et les prélèvements relevés sur place, l'agresseur n'a pas été identifié.

Ce dossier d'instruction "ouvert contre X du chef de tentative de meurtre précédée, accompagnée ou suivie d'un autre crime commis le 23 juin 2015 à Poitiers et dont les investigations présentent une complexité particulière" a été transmis le 28 octobre 2022.

La disparition de Tiphaine Véron

L'ordonnance de dessaisissement du "dossier d'instruction ouvert contre X du chef d'arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire commis le 29 juillet 2018 au JAPON, au préjudice de Mme Tiphaine Véron" est intervenue le 16 janvier 2023.

Avis de recherche Tiphaine Véron au Japon • © France Télévisions

Avis de recherche Tiphaine Véron au Japon • © France Télévisions

Tiphaine Véron a été vue pour la dernière fois le 29 juillet 2018 lors d'un voyage au Japon. Aucune enquête criminelle n'a été ouverte dans le pays. La police de Nikko, la ville où la jeune femme a disparu, reste sur une piste accidentelle.

En France, l'instruction ouverte à Poitiers avait pris fin en juillet dernier, faisant craindre un non-lieu. La famille de Tiphaine attend désormais de pouvoir rencontrer le juge qui sera en charge du dossier à Nanterre. "L'un des enjeux de ce transfert, c'est qu'un juge puisse se déplacer au Japon. C'est un dossier complexe, beaucoup de pistes n'ont pas été étudiées. On espère avoir enfin des réponses", confie Damien Véron, le frère de la disparue, qui revient du Japon.

Le pôle des affaires non élucidées, composé de trois magistrats et de greffiers, a pour mission de reprendre ces affaires de zéro pour tenter d'y apporter une réponse.

Source : Le parquet de Poitiers confie quatre dossiers au pôle national dédié aux crimes non élucidés, les "cold-cases"

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article