Les souvenirs de déportation de Francine R. au Musée de la résistance de Chamalières

Publié le par La Montagne par Arnaud Vernet

La déportation a marqué beaucoup de Français… qui en ont peu parlé. Francine R. a attendu des décennies avant d’en parler à son neveu qui en a tiré une bande dessinée touchante.

Boris Golzio a recueilli les souvenirs douloureux de la cousine de sa grand-mère pour en faire une bande dessinée.

Boris Golzio a recueilli les souvenirs douloureux de la cousine de sa grand-mère pour en faire une bande dessinée.

Elle avait à peine plus de 20 ans et ressemblait à beaucoup de Françaises… sauf qu’elle n’aimait pas la collaboration. Et elle l’a payé cher. Arrêtée par la Gestapo en avril 44, elle va connaître les camps, à Ravensbruck et Holleischen avant de revenir en France en mai 1945 en pesant à peine 30 kg. Puis elle a repris sa vie d’ouvrière.

De cette histoire, elle n’a jamais parlé jusqu’à 80 ans ! Il aura fallu que son neveu, Boris Golzio l’interroge, l’enregistre des heures durant, et raconte son histoire, bien après sa mort, dans une bande dessinée émouvante : “Chronique de Francine R. Résistante et déportée”.

L’exiguïté du Musée de la résistance n’a pas permis de montrer l’intégralité de l’exposition, composée de 30 panneaux retraçant, à travers les images de la BD, le parcours de Francine. 12 ont été retenus. Mais en revanche, le fonds du musée complète à merveille cette histoire.

On y retrouve les mêmes tenues rayées que portaient les femmes prisonnières, les mêmes objets, carnets, boîte à sel, nécessaire de couture, chaussettes reprisées mille fois… qui ont marqué la vie dans les camps de Francine R.

Les plus passionnés pourront écouter les enregistrements de Francine réalisés par son neveu.
Au total, une page d’histoire racontée avec délicatesse.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article