Lili Leignel, rescapée des camps

Publié le par La Montagne

Lili Leignel, rescapée des camps de la mort, a donné une conférence devant 200 scolaires. Elle a transmis ses souvenirs et sa mémoire et fait passer des messages.

Lili Leignel-Rosenberg à Bort-les-Orgues avec, à la tribune, Xavier Kompa, directeur de l’ONAC VG et Eric Ziolo, maire et conseiller départemental. © Droits réservés

Lili Leignel-Rosenberg à Bort-les-Orgues avec, à la tribune, Xavier Kompa, directeur de l’ONAC VG et Eric Ziolo, maire et conseiller départemental. © Droits réservés

«A Ravensbruck, nous n’étions plus que des matricules » . Lili Leignel avait 11 ans en 1943 lorsqu’elle a été arrêtée par les Nazis avec sa famille et envoyée en camp de concentration.

Lili Leignel, juive française d’origine hongroise, a survécu et depuis, rencontre beaucoup d’élèves pour leur transmettre l’Histoire, son histoire. Dernièrement c’était à Bort-les-Orgues en présence de plus de 200 auditeurs lors d’une conférence qui s’est tenue salle Jean-Moulin.

De jeunes qui peuvent devenir des « messagers »

Lili Leignele a partagé un moment fort avec des collégiens et lycéens (*) venus de la Corrèze et de la Creuse. Cette rencontre, qui s’est également déroulée en présence de personnes sensibles à la période et aux événements de la Seconde Guerre mondiale, était initiée par le service départemental de l’Office National des Anciens combattants et victimes de guerre de la Corrèze en partenariat avec la Fédération nationale des déportés, internés résistants et patriotes (FNDIRP).

La Lilloise Lili Leignel, née Keller-Rosenberg, a évoqué ses souvenirs de déportée, faisant foi d’une émotion indemne. Raflée à Roubaix avec toute sa famille, elle est revenue de l’enfer deux ans plus tard, seule, avec ses deux petits frères. Elle est actuellement l’une des dernières rescapées des camps de Ravensbrück et de Bergen-Belsen.

À 90 ans, Lili Leignel témoigne sans relâche des camps de la mort devant des élèves dont elle entend faire des « messagers » pour empêcher le retour du pire. Elle continue à porter, à l’adresse de la jeune génération, des propos de souvenir et d’espoir : « Pour ne pas oublier, a-t-elle notamment souligné. Afin que de telles horreurs ne recommencent plus jamais. Le racisme et l’antisémitisme sont des fléaux à notre époque ».

(*) Collèges de Bort-les-Orgues, Merlines, Felletin, Chenerailles, Crocq et Lycée de Bort..

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article